Naviguer / Chercher

Qu’a-t-il manqué dans la prise en charge de cette patiente? #1

Une patiente de 47 ans se présente à la consultation en avril 2004. Elle cherche un dentiste qui “travaille sur l’occlusion”. Elle pense qu’une couronne est abimée en haut à gauche et doit être refaite.
Elle se plaint de douleurs gingivales “plutôt en bas” ou au niveau des dents couronnées.
Elle se brosse les dents trois fois par jour à l’aide d’une brosse manuelle et “prend soin de ses dents”… “Ca saigne parfois”
Elle est en bonne santé, non fumeuse, non médiquée.

A l’examen clinique, on note que presque toutes les dents ont été réhabilitées, les couronnes prothétiques sont moyennement ajustées au niveau des limites, plutôt surcontourées.
Il existe un fort décalage sagittal de classe 2.
Peu de tartre est visible, mais de la plaque et une gingivite modérée généralisée.
Un bilan rétroalvéolaire long cone est réalisé.
Elle ne donne pas suite à notre proposition d’assainissement avant de débuter tout traitement restaurateur.

Bilan initial
Bilan initial

Septembre 2014, 10 ans plus tard.
La patiente, que nous n’avons pas revue depuis, se présente à nouveau à la consultation.
Elle a des problèmes pour mâcher car “des couronnes en bas à gauche sont tombées”, qu’elle voudrait “recoller si possible”
Elle a été contente d’un confrère “qui a travaillé sur son occlusion”.
Malheureusement, des couronnes réalisées “il y a peu” se sont “abimées” (en bas à droite) : éclats de céramique. Elle a également eu des “infections au niveau des incisives centrales”, pourtant “refaites il y a 3 mois”.
Elle craint “que ce ne soit pas durable”.
Toujours rien à signaler au niveau de son état général.
Elle est toujours régulière au brossage.
Elle a été suivie régulièrement, et fait des détartrages “une fois par an”.
A l’examen clinique: tartre, plaque et gingivite, bien qu’elle ne rapporte pas de saignements, son indice de plaque est proche de 100%.
Un bilan long cone est réalisé. On note le remplacement de 15 et 24 par des implants (« il y a 3 ans environ »), la disparition de 47, plusieurs couronnes remplacées, de nombreuses reprises de caries : 33-35-44-45-11-13-14-21-23, un éclat de la céramique sur 46, des limites infiltrées au niveau de 36 et 37, une perte osseuse horizontale modérée (elle n’était que légère il y a 10 ans).

Bilan + 10 ans
Bilan + 10 ans

En 10 ans, on peut constater que son état bucco-dentaire s’est aggravé.

  • Quelles sont les hypothèses permettant d’expliquer l’évolution de la situation en 10 ans ?
  • Quel diagnostic posez-vous ?

Commentaires

jacquou

Bonjour,
– manque de bonne technique de brossage (elle brosse peut être mais mal donc c’est comme si elle ne brossait pas ).
– nombreuses restau en sur contours compliquant le contrôle de plaque

Conséquence : parodontite chronique généralisée modérée

Cordialement

jacquou

Bonjour,
– manque de bonne techBonjour,
– manque de bonne technique de brossage (elle brosse peut être mais mal donc c’est comme si elle ne brossait pas ).
– nombreuses restau en sur contours compliquant le contrôle de plaque

Conséquence : parodontite chronique généralisée modérée

Cordialement nique de brossage (elle brosse peut être mais mal donc c’est comme si elle ne brossait pas ).
– nombreuses restau en sur contours compliquant le contrôle de plaque

Conséquence : parodontite chronique généralisée modérée

Cordialement

Mathieu CREVEL

Bonjour Jacquou,

effectivement une hygiène orale insuffisante ainsi que les restaurations en surcontour sont des facteurs de risque qui vont favoriser un indice de plaque important
En prenant du recul, je pensais également à la prise en charge de cette patiente

rene

Bonjour
Je pense qu’il a manqué au minimum 2 choses
– assainissement paro et apprentissage d’une hygiène correcte
– occlusion globale
il y a du avoir des perte de dvo et peut être de RC avec toutes les coiffes et bridges réalises au cours du temps

Mathieu CREVEL

Bonjour René,
je suis absolument d’accord
Nos interventions dans la bouche des patients ont pour but d’augmenter la pérennité de l’appareil manducateur, et donc sa santé
Cela passe effectivement par un assainissement paro et une hygiène adaptée, et une occlusion stable
Cela constitue un préalable nécessaire .
Notre démarche intellectuelle va passer par les étapes de diagnostic et pronostic
Et si l’on veut optimiser ce dernier, nous avons un rôle à jouer dans l’accompagnement de nos patients
Suite au prochain post

Laisser un commentaire