Naviguer / Chercher

Prévention orthodontique et éducation fonctionnelle

L’éducation fonctionnelle permet de prendre en charge l’enfant dès l’âge de trois ans et ce jusqu’à l’adolescence, voire chez l’adulte. Tant pour l’orthodontiste que pour le pédodontiste, rétablir les fonctions que sont la respiration, déglutition et mastication est un acte de prévention prioritaire. Par la persistance de parafonctions comme une respiration buccale ou une déglutition infantile, le traitement orthodontique ne peut pas être stable. Une dysfonction a toujours pour conséquence une malocclusion.

Dans le cas d’une déglutition atypique, la langue pousse les dents vers l’avant, entrainant par conséquent une déficience transversale (principe de l’écrasement du ballon de baudruche). Une rééducation linguale non aboutie entrainera un risque de récidive certain en fin de traitement orthodontique.
Un des buts de l’éducation fonctionnelle est d’enseigner le placement adéquat de la langue, au repos et en fonction.
L’éducation fonctionnelle associe exercices de rééducation et port d’une gouttière d’éducation fonctionnelle.

educateur

La gouttière d’éducation fonctionnelle permet :

  • d’améliorer la respiration nasale
  • de guider la langue au palais grâce aux rampes à langue incluses dans la gouttière. La pression linguale au palais favorisera alors le développement transversal du maxillaire supérieur.
  • de supprimer les effets délétères d’une lèvre inférieure dont le tonus serait trop important et entrainerai une pression linguale sur les incisives inférieures ainsi qu’un ralentissement de la croissance mandibulaire. Grâce au lip-bumper intégré, la gouttière permet de positionner à distance cette lèvre inférieure.
  • de libérer une zone comprise entre la langue et les lèvres permettant aux organes dentaires de s’aligner et de trouver plus aisément leur position.
  • de libérer la croissance de la mandibule, à l’aide du plan de surélévation de la gouttière.

Les résultats obtenus grâce à l’éducation fonctionnelle permettent d’améliorer les conditions musculaires et fonctionnelles en vue d’un traitement orthodontique.

Dans certains cas, l’orthodontie pratiquée à l’aide de l’éducation fonctionnelle permet de traiter des patients que ce soit en denture temporaire, mixte ou définitive sans recourir à d’autres dispositifs orthodontiques plus invasifs.

L’éducation fonctionnelle est une thérapeutique préventive qui rétablit l’équilibre entre la langue et les tissus péribuccaux pour faciliter et stabiliser la correction orthodontique.

  • Pensez-vous que l’éducation fonctionnelle soit indispensable en vue d’un traitement orthodontique ?
  • Le pédodontiste ou l’omnipraticien ont clairement leur rôle à jouer en matière de prévention orthodontique : l’avez-vous intégré dans votre pratique quotidienne ?
  • L’éducation fonctionnelle : prévention ou traitement orthodontique ?
Bibliographie

Commentaires

bernard42

Excellent article.Combien d’orthodontistes s’intéressent à l’interception?

cricri

Entièrement d’accord avec le rôle primordial de l’interception pour nos jeunes patients, la difficulté est de trouver des orthodontistes qui la pratique!( beaucoup trop mécanistes à mon goût )
Le mieux serait sûrement que les omnipraticiens s’y intéressent mais il faut trouver la bonne formation…

Julien COLAS

Ce n’est pas tant la formation qui importe. Votre conviction est encore plus importante à mon sens. Les symposiums sont peu nombreux mais très efficaces et enrichissants à qui veut bien y participer: ceux qui regroupent les professions pluri-disciplinaires. Que vous soyez orthodontistes qualifiés ou non, omnipraticiens, pédiatres, ORL, stomatologues, kinésithérapeutes, orthophonistes, posturologues, podologues. Et j’en passe sûrement. Notre rôle de chirurgien-dentiste ne doit pas nous interdire de travailler de façon collégiale.
Combien d’orthodontistes pratiquent l’interception ? Je n’en sais rien.
Combien d’ORL utilisent les rééducateurs fonctionnels ? Ils sont peu. Mais ils existent.
Combien de praticiens demandent des bilans posturaux ou des bilans ORL chez leurs patients avant d’intervenir en traitement d’orthodontie ? Bonne question.

Travailler avec ces professionnels de la santé est très motivant et bénéfique pour le patient.
Alors je suis entièrement d’accord pour que les omnipraticiens se forment à l’interception. Je dis aussi qu’il est nécessaire de travailler collégialement. Vous n’aurez pas une formation pour utiliser les rééducateurs fonctionnels. Vous aurez une ou plusieurs formations avec une vue d’ensemble et un état d’esprit sur le patient dans sa globalité.
Au plaisir de vous lire.
Julien

Laisser un commentaire