Naviguer / Chercher

Questions pour une consultation initiale

Un patient de 8 ans consulte pour un bilan annuel. A la suite de l’examen clinique, certains éléments nous interpellent.

A partir de ces seules illustrations que pouvez vous conclure?
Quels seraient les examens complémentaires à réaliser?

Commentaires

sophie

Tout porte à croire à une macrodontie de 11 , à vérifier sur pano( ce qui permettrait de situer aussi 12 22 et les autres germes ) ou RA plus ciblée

chabou

Tout à fait d’accord pour un OTP.
Le non remplacement de 52-62 à 8 ans m’interpelle aussi.
Alors, ectopie de 12 ou 12 riziforme+agénésie de 22 ou présence d’une surnuméraire en distal de 11 ou…………autres ?
J’attends le résultat de l’OTP avec curiosité.

fgf56

Je pense à une gémellité de 11 L’examen clinique en 1ère intention est de faire une rétroalvéolaire angulé et voir l’anatomie coronaire et radiculaire ( double racine ? volume pulpaire ) la fin de l’émergence dévoilera la forme de la couronne

Julien COLAS

Nous sommes tous d’accord. Le tableau clinique nous interpelle de par le volume important de la gencive attachée de la 11, son angulation et son retard d’éruption par rapport à son homologue (21).
Un orthopantomogramme est donc nécessaire ainsi qu’une rétro-alvéolaire. (Ce dossier étant un transfert d’un autre praticien, veuillez m’excuser pour la qualité de l’image radiographique).
Les suspicions d’une dent 11 diforme étaient bien fondées. Son volume coronaire, radiculaire et pulpaire sont disproportionnés. On peut alors parler de macrodontie (pour l’anomalie de taille). Et probablement une suspicion de fusion (pour l’anomalie de conformation).
Que peut-on en conclure en analysant le bilan radiographique ?
Quelles seraient les solutions que vous pourriez proposer à ce patient ?

sophie

Macrodontie de 11 et germe surnuméraire sur 22; Au vu des 1 ères photos le cas ne semble pas compliqué par un décalage sagittal transversal ou vertical; Je pense qu’il est nécessaire d’extraire le germe sur 22 ce qui donnera de la place et je laisserai l’évolution de 11 ; Prévenir les parents et l’enfant et pour moi le plus simple est d’aligner l’ensemble évolué,en acceptant cette macrodontie antérieure ; C’est ce que j’ai fait pour un de mes patient et le résultat fut un compromis,acceptable pour tous;

fgf56

situation originale à l’éruption des dents à 7ans . quelle solution ? extraire pour prévoir un implant en gardant la dent le plus possible sur l’arcade? mais la résorption post-extractionnelle va considérablement réduire le volume osseux? être conservateur et attendre ? mais ne vaut-il pas mieux aménager orthodontiquement la place pour les autres dents ?

fgf56

et au final à l’âge de 19 ans le stripping progressif et les composites vestibulaires donnent aussi un compromis acceptable

Julien COLAS

Dans le cas clinique présenté au début, un compromis ne suffit pas.
La taille de la couronne est trop importante pour envisager un stripping et l’intégration esthétique serait catastrophique. A l’âge de 8 ans, l’enfant et les parents suivent nos conseils, mais qu’en sera-t-il à 20 ans quand le jeune voudra corriger le déficit esthétique ? L’espace prothétique sera trop important pour envisager un implant ni même un bridge. De l’orthodontie adulte sera nécessaire.
Ici, la solution n’est pas dans le compromis.
Alors avec les éléments présents, la conservation de la dent en macrodontie n’a pas été retenue.
Par contre, la dent surnuméraire, elle va être utilisée pour passer du secteur 2 au secteur 1 en auto-transplantation dans la même séance.
Taille et forme quasi identique à la dent 21. Site d’implantation déjà existant. Dent jeune.
Avec les radiographies et les photos, comment envisagez-vous le suivi post chirurgical ?

fgf56

Vous dites que vous n’êtes pas dans le compromis mais c’est un choix très audacieux: comment éviter l’ankylose de la dent ? est-ce que l’éruption et la croissance de l’os alvéolaire sera correcte? Serez-vous obligé de passer par une restauration prothétique ?la solution implantaire à 18 ans a-t-elle été évoquée? avez-vous exposé le pronostic d’une dent autotransplantée aux parents? merci de développer la façon dont vous avez exposé la situation aux parents en terme d’information.

Julien COLAS

Je comprends votre indignation devant un choix complexe de traitement.
Une telle décision ne se prend pas à la légère bien évidemment.
Les solutions et risques sont exposés aux parents et à l’enfant.
Il est bien évident que l’ankylose est prévisible, qu’un implant pourrait être envisagé, que la dent auto-transplantée puisse être même « perdue » par une pathologie parodontale ou suite de nécrose pulpaire, voir par résorption interne ou externe.
Suite au résultat du scanner, la décision de ne pas garder cette macrodontie est évidente, et que faire de la dent surnuméraire ?. Quelles solutions se proposent alors ? prothèse partielle amovible et extraction de la dent surnuméraire ? Surement pas, il y aurait selon moi perte de chance et manquement au consentement éclairé.
Donc oui l’autotransplantation reste une solution de choix dans ce cas précis. Les suites sont nombreuses et diverses et l’avenir incertain. Ce patient nous réserve des surprises.
Je joins aussi certaines photos et radiographies après cicatrisation.

Julien COLAS

A la vue de la radiographie, il y a bien apexogénèse et apexification. Une nécrose pulpaire a été diagnostiquée un an après l’intervention chirurgicale nécessitant un traitement radiculaire.
Un traumatisme dentaire avec fracture de l’angle mésial a nécessité la réfection de l’angle par reconstitution composite.
Six ans après la chirurgie, la dent est toujours en place sans ankylose et avec une bonne adaptation parodontale (cf radio jointe 6 ans après chirurgie).
L’enfant adolescent est très satisfait et les parents encore plus même si ces derniers sont au courant qu’une évolution défavorable puis survenir à tout moment.
L’âge du patient apparait comme un des éléments le plus important du choix de la solution thérapeutique.
références:
http://www.sop.asso.fr/admin/documents/ros/ROS0000131/131.pdf

Laisser un commentaire