Naviguer / Chercher

Pédodontie et génétique


  • Aux vues des photographies cliniques et de la panoramique, que pouvez-vous suggérer afin d’étayer votre diagnostic ?
  • Que dire et que conseiller aux parents suite à votre examen clinique de première consultation?

Commentaires

mulafra

bonjour
des cas comme çà, direction CHU ou HOPITAL.
Les praticiens de ville ne peuvent pas les gérer.

a1dufpo1947

Bonjour,
à la question que suggérez vous : envisager une téléradio pour améliorer le diagnostic ODF.
Ce cas avec de multiples problèmes devrait être soumis à un service multidisciplinaire compétent (CHU, ou Hôpital spécialisé pour enfant, ou même FAC) qui pourra lui même faire la céphalomètrie .
Quant à l’autre question je préviendrai les parents et l’enfant de la durée probable de la prise en charge et de la nécessité de ne pas abandonner en cours de route et de la probabilité d’avoir à suppléer les agénésies multiples par des implants à l’age adulte au fur et à mesure des besoins.
En effet dans les cas d’agénésies certaines dents lactéales peuvent « rester » jusqu’à la 35 ou 40 ans !

Julien COLAS

Bonjour,
Vos remarques sont pertinentes. Ces cas cliniques d’origine génétique sortent du contexte classique d’un cabinet d’omnipratique.
Il est entendu que le début de toute prise en charge d’un tel cas va nécessité une réflexion de deux ordres:
– Origine de la pathologie.
– Prise en charge thérapeutique de notre patient.

Je suis d’accord avec vous sur le fait de l’adresser à un service compétent.
Un test génétique devra alors être réalisé:
Questionnaire avec antécédents familiaux, demande des historiques dentaires des parents, oncles et tantes, frères et soeurs… photos et radiographies panoramiques de la famille déjà réalisées ou à faire afin d’étayer le diagnostic génétique. Donc une prise en charge partielle des futurs soins implantaires si besoin.

La prise en charge peut ne pas être si compliquée à gérer.
Pourquoi ne pas le gérer vous même ?
Quelle difficulté vous incite à refuser la prise en charge ?
Dans le cas où vous accepteriez de le traiter, comment allez-vous gérer les mobilités des 71 et 81 (demande esthétique et fonctionnelle) ? Que pouvez-vous proposer à votre patient en attendant la prise en charge du CHU ?

a1dufpo1947

Bonsoir,
en effet nous devons pour un cas de ce type chercher l’origine de la pathologie: vérifier les antécédents familiaux: il faut chercher de temps en temps jusqu’aux cousins .
Cependant cette prise en charge est peut être plus simple à gérer qu’il ne parait mais elle implique une durée que je sais ne pas pouvoir assurer .C’est pour moi une raison de refuser.
Quant à la mobilité actuelle de 71 et 81 la seule solution que je pourrais envisager serais un fil orthodontique allant de 73 à 83 collé aux antéro-inférieures sur les faces linguales avec du composite mais elle ne me satisfait pas vu l’age de l’enfant ! L’hygiène dentaire sera encore plus aléatoire.

Julien COLAS

A la suite de la consultation et après avoir expliqué le traitement aux parents et à notre jeune patiente, nous avons diagnostiqué une mobilité importante des 71 81. Les avulsions programmées des 71 81 ont été faites ainsi que la pose d’un mainteneur d’espace de type arc lingual avec remplacement par 3 dents prothétiques des 71 81 (3 dents pour une raison esthétique de diminution les diastèmes).

Javotte NANCY

Bravo Julien pour la prise en charge de cette enfant. Le conseil génétique est indispensable pour ne pas passer à côté d’un diagnostic mais aussi pour une éventuelle prise en charge par l’assurance maladie. Il existe des aides ponctuelles pour les futurs implants par exemple.

Laisser un commentaire