Naviguer / Chercher

Réhabilitation neuro-occlusale de Planas

ODF I : Orthodontie intégrative

Ce concept est la prise en compte de l’intégration des diverses fonctions buccales (ex : mastication), faciales (ex : ventilation ), générales (ex : posture) chez un sujet.

Cette notion d’interdépendance conduira à un regard diagnostic élargi sur le positionnement des dents, valable dans tous les domaines de l’art dentaire.

Le support thérapeutique idéal en est la Réhabilitation Neuro Occlusale (RNO) décrite par Pedro Planas :

  • Le regard fonctionnel de la RNO mène a une définition de l’occlusion simple utilisable dans l’ensemble des soins dentaires curatifs.
  • Le traitement d’orthodontie en RNO aura ainsi un caractère de Prévention. Il fera appel a des méthodes fonctionnelles souvent portées par des appareillages dont on donne un aperçu ci après.

Quelques données complémentaires sur les appareillages de RNO

Ce sont des appareillages discrets, utilisés par des adultes ou des enfants, véritables « tuteurs » qui ne délivrent aucune force mesurable.

Les plaques à pistes : plaques amovibles de dessin simple comportant des « pistes », de position, de forme et volume précis.
Les pistes sont « à coté » des dents et « complètent » les contacts dento dentaires, afin que s’établisse un plan d’occlusion Physiologique grâce à la fonctionnalité de la bouche (ainsi que dans une bouche équilibrée) : les contacts dento dentaires se modifient au fur et a mesure.

Les principes des traitements en RNO excluent l’emploi de tout système sur bagues à type de quad helix par exemple : la dent ne peut absolument pas bouger dans les 3 sens de l’espace. Le gain transversal peut être aussi important qu’avec un « disjoncteur », mais avec un positionnement simultané des dents vers leur situation fonctionnelle optimale.
On règle la hauteur des pistes en bouche lors de la pose car sur un articulateur au laboratoire, on ne peut transposer le jeu musculaire différentiel, élément de l’équilibre fonctionnel facial. Quelques minutes sont nécessaires.

Exemple clinique : encombrement marqué

Avant et après cette phase de RNO (Fig 9 et 10) :

  • Phase réalisée avec des appareillages amovibles, parfaitement utilisables dans tous les cabinets, car faisant appel à beaucoup de sens clinique avec une technologie simple avec la grande satisfaction de donner à cette jeune fille l’opportunité de garder toutes ses dents pour la vie entière, dans une bouche fonctionnelle.
  • Notez le développement général des arcades, qui a eu aussi un effet sur la ventilation, et sur la position de la langue, donc sur l’ensemble fonctionnel facial : l’enfant a « grandi autour des appareils »…
  • Notez l’amélioration de l’état parodontal niveau 31 41, car ces dents sont mieux positionnées sur leur support osseux.
  • La 24 va se mettre en place, et il y a une phase de surveillance. La place de 43 a été trouvée mais il reste encore à faire : voyez les points milieux montrant que la position de celui ci n’est pas immuable. La photo de début montre bien une correspondance, alors qu’il manque de la place pour 12 et surtout 43.

Les contacts incisifs existent et la bouche est fonctionnelle :

Complément d’information : y-a-t’il des nouveautés en RNO ?

En respectant scrupuleusement les principes de la RNO, l’exercice quotidien durant 25 ans m’a amené à diverses initiatives :

  • Introduction d’une analyse céphalometrique de Delaire systématique et indispensable en complément du diagnostic.
  • Obtention de la fabrication par LEWA et la commercialisation de vérins plats à activation spécifique RNO (les seuls qui ne délivrent pas de force .. ) moins volumineux que les vérins traditionnels initialement conçus par Pedro Planas
  • Réalisation des appareillages avec prise en compte de la langue : ascenseur lingual (Fig 15 et 16). L’efficacité en a été testée par Maryvonne Fournier.
  • Nouveau système d’appareillage HPE pour le décalage osseux et la supraclusion, à partir de « l’equiplan » de Pedro Planas
  • Conception d’un analyseur de la symétrie des arcades, et des plans d’occlusion. Il s’agit d’un élément complémentaire simple de l’arc facial d’un articulateur semi adaptable.
  • Faut-il finir tous les cas d’ODF en fonction groupe ?
  • Sur quels critères (pentes, situation par rapport au plan d’occlusion, hauteurs…) règle-t-on les pistes des appareils ?

Commentaires

toto

Bonjour,
Merci pour ce résumé des possibilités de la RNO et merci surtout d’avoir rappelé que l’on peut, que l’on devrait avoir la RNO en tête pour tout type de travaux dentaires touchant de près ou de loin à l’occlusion (pour une cavité vestibulaire, ce n’est pas bien grave, sauf à diagnostiquer une crispation habituelle des mâchoires).
J’aime beaucoup l’appareil à ascenceur lingual qui a tendence à être mon appareil de référence, gênant moins la déglutititon et la phonation quoiqu’un peu plus délicat à régler vu l’étroitesse des pistes maxillaires.
En revanche, je ne connais pas l’appareillage HPE . Pourrais-tu en dire plus ou m’envoyer un lien pertinent?
Cordialement,
A Lelièvre, formé à la RNO à Meaux, il y a quelques années…

Patrick AMPEN

A la premiere question, je donnerai une réponse interrogative: quelle est la meilleure occlusion fonctionnelle pour stabiliser un prothese complete ?
et est une bonne chose que chaque dent puisse « travailler » en harmonie et complémentarité avec les autres dents, sans surcharge ou absence de sollicitation ?
pour la seconde question : les appareils participent a la mise en fonction d la bouche afin que s’établisse ( ainsi que cela se fait spontanément chez celui qui n’a besoin de rien ) un plan d’occlusion correct. Les divers réglages , simples mais rigoureux , permettent cela. Les appareils viennent compléter les éléments dentaires afin que l’ensemble soit plus fonctionnel.

thgi

bonjour Patrick,
pourquoi, dans la perspective du jeu de pistes avec ascenseur lingual, ne dégages tu pas (ref tes photographies), sur la résine supérieure, la zone rétroincisive, afin d’accueillir et de piéger la dynamique de l’apex lingual, lorsque s’élèvera le massif lingual dans son ensemble…?
merci de ta réponse
(Th. Gibergues)

Laisser un commentaire