Navigate / search

Les lèvres, la clé de vos rééducations orthophoniques #2

  1. Les lèvres, la clé de vos rééducations orthophoniques
  2. Les lèvres, la clé de vos rééducations orthophoniques #2

Cette contraction des orbiculaires des lèvres est gérée par le nerf facial qui une fois stimulé contrôlera aussi le programme de déglutition.

L’utilisation de FoggyMouth®, interdisant la réalisation d’un contact bilabial conduira à une occlusion molaire, action gérée par le trijumeau qui contrôlera par là même le programme de déglutition de type sujet denté. Il contrôle aussi les centres de la respiration dans le tegmentum pontique par son noyau sensitif.
La recherche d’un contact apex lingual contre la papille retroincisive est contre indiquée et empêchera la contraction du styloglosse et la création d’un dôme lingual.

Comments

thgi

bonjour
pourquoi « contre indiquer » le contact apex lingual contre papille rétroincisive, lequel demeure un référent pour la juste position linguale?
sauf erreur de ma part, le port de FroggyMouth n’empêche pas la pointe linguale de se positionner en rétro incisif…

Patrick FELLUS

la recherche d’un contact actif de l’apex lingual contre la papille retroincisive inhibe la contraction du styloglosse .c’est sans doute pour cela que les réeducations de la déglutition sont considérés comme longues et difficiles.Lorsque le styloglosse est contracté la pointe est contre la papille mais d’une manière passive .

christian

A propos des lèvres :

Serrez-vous les dents ?

TECHNIQUE : HARTMANN – BRATSLAVSKY

Si vous êtes quelqu’un qui « crispe souvent et fortement les mâchoires, dents serrées », ce qui suit vous intéresse. Avant tout, souvenez-vous : les dents sont aussi et surtout des organes de tact !

La plupart des individus ne sont pas conscients de « crisper les mâchoires, dents serrées ». Prenez le temps de vous observer durant la journée, surtout lors d’activités normales qui réclament de l’attention, de la concentration :

• conduire un véhicule
• se servir de l’ordinateur
• regarder la télévision
• éplucher les légumes
• se maquiller
• bricoler, etc.

Si vous souffrez de douleurs et / ou de troubles pour lesquels les traitements demeurent inefficaces, une méthode fort simple vous permettra de lutter efficacement contre le serrement intempestif de dents, sans passer par la pose contraignante d’une «gouttière» :

Cette technique se fonde sur des arguments issus de la recherche fondamentale : lorsque vous vous apercevez que vous serrez les dents, pincez fortement les lèvres l’une contre l’autre.

Attention, il ne s’agit pas de pincer une lèvre entre les dents !

Ce phénomène décrit par Bratzlavsky s’explique par les connexions existant entre le nerf facial, qui commande les muscles des lèvres (actionnés lors du pincement volontaire), et le nerf trijumeau, qui commande les muscles masticateurs (responsables du serrement de dents) : la mise en action du premier (nerf facial) inhibe l’action du second (nerf trijumeau).

Grâce à cette façon de procéder, il n’est pas rare d’observer des résultats inattendus, voire ahurissants= guérison totale de crampes nocturnes dans les mollets,de troubles du sommeil par exemple accompagnée d ‘autres douleurs intenses Sans aucun antalgique ni anti-inflammatoire, vous pourrez constater la diminution, voire la disparition relativement rapide des troubles ressentis.

Un dernier point important : si vous désirez en retirer tout le bénéfice, il est impératif de vous impliquer totalement et de manière persévérante dans la mise en application de cette méthode.

IMPLICATION SÉRIEUSE = grande chance de réussite
IMPLICATION DÉSINVOLTE = échec assuré

FRÉQUENCE : TOUTES LES 30 MINUTES, PINCEZ FORTEMENT LES LÈVRES DURANT 30 SECONDES, ET CE DURANT 3 SEMAINES

Sources :

1° Prof. Francis Hartmann
2° Bratzlavski M (1972) Reflexes with intra-oral afferents in human lip musculature. Experim. Neurol.37: 179-87
3° Bratzlavski M (1976) Pauses in activity of human joint closing muscles. Experim. Neurol. 36: 160-5

COMMENTAIRE : Il n’y a aucun miracle : simplement, BRATLAVSKY dans les années 70 décrivit un mécanisme neurophysiologique fort complexe . HARTMANN qui assista à cette démonstration dans le Laboratoire de Neurophysiologie végétative INP1 C.N.R.S eut l’idée de l’appliquer en clinique pour lutter contre le bruxisme centré, plus précisemment contre la crispation des mâchoires dents serrées
responsable de tant de douleurs et de troubles invalidants pour les malades et déconcertants pour les praticiens

Plus d’informations= http://tmd-dentalmedical.org/

Patrick FELLUS

merci pour cette passionnante observation qui conforte le mode d’action de froggymouth soit les programmes moteurs sont controlés par le facial comme la succion déglutition soit par le trijumeau comme la déglutition de type sujet denté.
Inhiber l’action du facial et la réeducation est immédiate

crioux

Merci pour cette solution miracle que je vais mettre en pratique dès aujourd’hui . Rendez vous dans trois semaines

christian

Ahurissant : les effets spectaculaires d’un pincement de lèvres effectué par une malade avec une constance obsessionnelle !!!

– ATTESTATION

Je soussignée Anne-Marie Bocognano, née R, certifie avoir ressenti durant de longues années , le matin au réveil, une fatigue générale , des douleurs dans le dos ( cervicales , dorsales et lombaires ), dans la hanche gauche et surtout ressenti des crispations et des crampes dans les deux mollets. J’avais également des raideurs dans la nuque et, occasionnellement ,des démangeaisons dans le cuir chevelu et les oreilles .Seul le pincement incessant de mes lèvres m’a permis de supprimer la crispation continuelle de mes mâchoires dents serrées,responsable de tous les maux précités. A l’heure actuelle et malgré mon âge ( 74 ans ), je suis débarrassée de toutes douleurs cervicales , dorsales et lombaires ainsi que de la hanche . Les crispations , les crampes dans les mollets et tous les autres désagréments ont définitivement disparu.
On m’avait dit que tout mes troubles provenaient d’une fibromyalgie ou d’un syndrome fatigue chronique , dites de cause inconnue ;Je constate à présent qu’il n’en était rien. Je ne prends plus de médicaments anti-douleur.
-Fait à NICE, le 1er février 2008, pour servir et valoir ce que de droit . Anne-Marie Bocognano
Le 22 décembre 2008 : Près d’un an après , ces résultats se maintiennent . Anne-Marie Bocognano
-Le 1er février 2010 : Je dois reconnaître , à mon plus grand étonnement, le maintien de ces résultats par le biais d’une vigilance totale et sans défaut : En effet,depuis un an au moins, je ne crispe pratiquement plus mes mâchoires.
Le 15 juin 201O les douleurs ont totalement disparu .
Le 29 décemebre 2011 : le résultat se maintient
Le 9 novembr 2012 : idem
Fev 2013 :idem
Fev 2014 : idem
Fev 2015 : idem

Plus d’infos : http://tmd-dentalmedical.org/
Commentaires : Comment expliquer un fait si surprenant ? Le pincement des lèvres agirait sur des douleurs !!!!!!!!!!
– La neurophysiologie nous en donne la réponse .
Dans les années 70, un neuroysiologiste belge , à consonance polonaise : BRASTLAVSKY est venu en donner l’explication au Laboratoire de Neurobiologie C.N.R.S. ( Marseille), où je préparais ma thèse expérimentale de 3ème cycle en Sciences Odontologiques.
– Je fais court : le VII inhibe toujours le V
Dans toutes les circonstances le nerf facial (VII) inhibe l’ activité du nerf trijumeau (V). Je passe sur la description électrophysiologique éblouissante que nous en fit l’auteur, épreuve , contre-épreuve .
Bref, indiscutable. Ce qui resta dans ma mémoire ce fut cette phrase : le VII inhibe toujours le V
Dans ma consultation que m’avait accordée le Directeur de l’Assistance Publique sur les problèmes de la douleur, j’eus l’idée d’appliquer sur mes malades cette loi neurophysiologique.
Les muscles orbiculaires des lèvres innervés par le VII devaient par conséquent naturellement inhiber les motoneurones des muscles masticateurs innervés par le nerf trijumeau. (V)
C’est ce j’ai pu observer sur des centaines et des centaines de malades et TOUJOURS AVEC SUCCÈS, dès lors que le pincement des lèvres était effectué correctement. L’échec provenait toujours d’un manque de motivation du patient voire de son septicisme. Pr Francis HARTMANN Habilité à Diriger des Recherches

Leave a comment