Naviguer / Chercher

Le défi du traitement de l’hyperdivergence

Selon un allergologue : « On assiste depuis ces dernières décennies à une augmentation considérable du nombre de patients allergiques, notamment victimes d’une symptomatologie O.R.L. ou respiratoire basse. Ainsi entre 1988 et 2008, on a assisté à une augmentation de 250% de la fréquence de l’asthme, de 380% des rhinites allergiques et de 225% de l’eczéma. » Dr G.G Revue Information Dentaire N°25- 24 Juin 2009
Pour nous praticiens, la conséquence de ceci est l’augmentation du pourcentage de patients à croissance hyperdivergente que nous devons traiter.
On peut considérer que ceux-là représentent plus de 30% de notre patientèle orthodontique.
Le traitement est pluridisciplinaire et consiste à diagnostiquer et traiter la cause de l’hyperdivergence : la respiration buccale avec position linguale basse et en avant.
Ceci nécessite l’intervention de l’ORL, de l’allergologue, du rééducateur fonctionnel et de l’orthodontiste.
« Traiter tôt pour traiter mieux » en vue de stopper la croissance hyperdivergente, et favoriser une rotation antérieure de la mandibule.

« Changez la fonction vous changez la forme » – Linder-Arronson
Exemple : le cas d’une jeune patiente de 9 ans qui présente une croissance de type Classe II 1 rétro dolychofaciale et a bénéficié d’un traitement par propulsion mandibulaire type PUL pendant 12 mois suivi par un alignement.
La photo 01 montre la téléradiographie avant, la photo 02 montre la téléradiographie PUL+12 mois, la photo 03 montre la superposition avant et après.

Le morphing 04 montre la croissance maxillo-mandibulaire et faciale pendant ces 12 mois de port du PUL 22H/24H.
La photo 05 montre la téléradiographie après la fin du traitement (PUL+24 mois) et après amygdalectomie pour cause hypertrophie amygdalienne causant ronchopathie et signes cliniques d’apnée obstructive du sommeil.

Comment gérer ces patients hyperdivergents ?
Y-a-t-il un consensus autour d’un protocole particulier ?
Quelles sont les priorités et certains principes à respecter ?
Pensez-vous que ces cas sont récidivants ? et comment faire pour éviter la récidive ?

Commentaires

carton

Passionnant!
Je ne suis pas orthodontiste mais je crois comprendre que les difficultés de ventilation peuvent être responsables d’une posture céphalique particulière qui aboutirait à une posture mandibulaire favorisant l’hyperdivergence. Ai-je bien compris?
Je m’interroge sur le rôle connexe de la langue: les désordres linguaux qui participent à l’hyperdivergence sont-ils secondaires aux difficultés de ventilation ou existent-ils par eux-mêmes?
Peut-on prendre en compte les désordres linguaux sans prendre en charge les difficultés de ventilation?
merci de ces posts très instructifs.

Elie Callabe

Bonjour
Effectivement, la position linguale dépend du type de ventilation.
La croissance maxillo-faciale de l’enfant va se faire autour de cette langue.
La posture céphalique en dépend aussi.
La prise en charge doit être globale: ventilatoire et linguale, aucun intérêt à rééduquer la langue d’un patient si sa respiration nasale n’est pas possible par obstruction des voies aériennes.
EC

toto

Un des intérêts du morphing est bien de montrer le redressement rachidien avec l’avancée mandibulaire et la cyphose cervicale est normale sur la photo 5.
Maurice BENSOUSSAN avait publié en 1986 avec l’équipe de la Salpé le retentissement immédiat de la posture mandibulaire sur la courbure cervicale.

Marcel Carton

Peux t-on avoir les références de la publication de bensoussan?
Merci

Laisser un commentaire