Naviguer / Chercher

Le défi de la Classe II division 2 chez l’ado : la coopération !

Intérêt de la conjonction propulsion mandibulaire et multiattache basse friction
« Le concept de l’ancrage mandibulaire »

Cas clinique

Patiente de 12 ans présentant un syndrome de Classe II division 2 brachyfaciale avec des canines maxillaires en exo-position par manque d’espace dû à une mesialisation des secteurs latéraux maxillaires.

Objectifs de traitement

Traiter cette malocclusion sans extractions par harmonisation sagittale, transversale, verticale.

Prescription

Conjonction de propulseur mandibulaire de type PUL 2 contenant une boucle de Coffin TMA et un ressort de Schwartz TMA au maxillaire, en même temps la pose de plots autoligaturants avec un arc .014 thermoactif.


6 mois après et grâce à la bonne coopération de la patiente et son port du propulseur 22H sur 24H, nous avons une simple Classe 1 sans extractions.

Téléradiographies avant et après


Le défi était de ne pas vestibuler les incisives supérieures mais de reculer les secteurs latéraux.
(Pour imprimer ce cas clinique : suivre ce lien)

Et si la patiente n’avait pas porté son PUL ? En effet nous avons pris un gros risque en combinant dès le départ l’alignement des dents et la propulsion. Nous avons compté sur la motivation de cette patiente grâce à la mauvaise position des canines. Ce que nous n’aurions pas fait pour d’autres patients chez qui nous commençons par le PUL et 3 ou 6 mois après un bon port (motivé par des canines ectopiques), nous posons les plots de 14 à 24 en conjonction avec le propulseur.
Comment auriez-vous traité ce cas ? Avez-vous de problèmes de coopération avec vos patients ados ?

Laisser un commentaire