Naviguer / Chercher

La Classe II hyperdivergente chez l’Ado : intérêt de la propulsion mandibulaire

Le concept de l’ancrage mandibulaire pour une distalisation supérieure tout en donnant sa chance de croissance à la mandibule.
Cas d’une jeune patiente de 12 ans présentant une Classe II à croissance hyperdivergente avec :

  • Respiration buccale
  • Inocclusion labiale
  • Sourire gingival
  • Augmentation de la hauteur de l’étage inférieur
  • Supraclusion

Les principales priorités pour ce cas sont :

  • Le respect de la position des incisives supérieures : ne pas les avancer, ni les reculer : respect de l’angle naso-labial.
  • Le respect de la position des incisives inférieures : ne pas les vestibuler : risque de bipro-alvéolie et bipro-chéilie inesthétique et récidivante.
  • Ne pas réduire les largeurs des arcades : éviter les extractions de prémolaires : prévention du risque de SAOS (apnée du sommeil)

La propulsion mandibulaire a permis :

  • Une amélioration de la respiration nasale, la mastication et l’occlusion labiale.
  • Une rotation antérieure mandibulaire : développement de l’os alvéolaire sous-molaires : correction de la supraclusie.
  • Une correction de la Classe II par distalisation des secteurs latéraux supérieurs tout en déverrouillant la croissance mandibulaire : les bases de C3 et C4 montrent une croissance résiduelle.
  • Une harmonisation esthétique (angle naso-labial respecté) et fonctionnelle sans extractions de prémolaires afin de conserver la bonne largeur des arcades.
  • Comment l’auriez-vous traitée ?
  • Auriez-vous préféré une FEO (force extra-orale), des élastiques inter-maxillaires ou extractions de prémolaires ?

Laisser un commentaire