Naviguer / Chercher

Echos du Congrès du Sommeil Marseille 2013

La semaine dernière a eu lieu le congrès annuel du sommeil à Marseille. Le soleil n’était pas au rendez-vous, au contraire, le froid et le vent ont contribué à une présence importante des participants.
Ce congrès regroupe tous les praticiens touchés par le sommeil, les pneumologues, les ORLs, les cardiologues, les neurologues et les généralistes.
Il y a aussi tous les fabricants de machine PPC et les prestateurs de services. Ce congrès concerne aussi les chirurgiens-dentistes et les orthodontistes, car une bonne partie des conférences évoquent les orthèses d’avancement mandibulaire utilisées dans le traitement des apnées obstructives du sommeil.
Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil est une affection fréquente qui toucherait 2 à 5% de la population adulte (soit 1 à 3 millions de patients en France). Environ 330 000 patients ont été traités en 2009 pour un SAHOS en France (+40% en 2 ans). L’augmentation du nombre de patients traités par PPC pourrait se poursuivre dans les prochaines années en France.
Indications de l’orthèse :

  • SAHOS sévère (index d’apnées/hypopnées IAH>30/h ou 5/h≤IAH≤30/h associé à une somnolence diurne sévère), en deuxième intention après refus ou intolérance d’un traitement par pression positive continue (PPC);
  • SAHOS léger à modéré (5/h≤IAH≤30/h associé à une somnolence diurne légère à modérée) sans comorbidité cardiovasculaire grave associée (hypertension artérielle réfractaire, fibrillation auriculaire récidivante, insuffisance ventriculaire gauche sévère ou maladie coronaire mal contrôlée, antécédent d’accident vasculaire cérébral) en première intention (en alternative à la PPC).

A ce jour la sécurité sociale rembourse seulement l’orthèse et non l’acte médical de pose de l’orthèse. Le coût d’une orthèse sur mesure varie entre 280€ et 339€.
La pose d’une orthèse d’avancement mandibulaire est un acte médical qui aura des effets indésirables sur les dents, ceci a été rappelé par les conférenciers orthodontistes de la SFMDS (Société Française de Médecine Dentaire du Sommeil). Une action de propulsion de 1mm provoque une réaction de rétropulsion de 100 grs. Nous sommes étonnés que certains praticiens préconisent une propulsion de 8 à 10 mm ce qui provoquent des forces de 800 et 1000 grs et une position des ATMs bien en avant de leur condyle temporal.

Quel sera l’effet sur les dents quand on sait que les orthodontistes utilisent des forces beaucoup plus légères (entre 150 et 200 grs) pour déplacer une arcade ?
Quel sera l’effet dentaire sur les patients qui sont déjà en Classe 1 ? et ceux qui ont déjà une proalvéolie inferieure ?
Posez-vous des orthèses d’avancement mandibulaire ?
Quelles précautions adoptez-vous pour éviter les effets dentaires et musculo – articulaires indésirables ?

""->""

Commentaires

chabou

Avant d’argumenter plus avant, il est peut-être utile de rappeler que les OAM ne sont à porter que la nuit et uniquement la nuit…….à la différence de la plupart de nos appareils orthodontiques.
Les effets des OAM ne devraient donc pas être iatrogènes au niveau dentaires ou au niveau des ATM.

eric83

Ce n’est pas pour rien que ce dispositif est sous le contrôle d’un dentiste ou d’un orthodontiste…
Pour avoir assisté moi-même à la journée de la SFMDS, je ne me souviens pas que les effets indésirables des OAM était l’élément majeur à retenir, mais plutôt que leur effet bénéfique était relativement comparable à celui d la PPC. Sans oublier que cette PPC a également ses points négatifs, comme son inconfort, son bruit et autres facteurs qui peuvent la rende intolérable à long terme.

Bref, les OAM nécessitent un suivi régulier du praticien dentaire, et il faudrait se battre pour obtenir la prise en charge des honoraires qui vont avec, alors qu’à ce jour seule l’orthèse est prise en charge .

toto

Bonjour,
Je n’ai eu que 3 cas jusqu’ici. J’ai utilisé des bielles de Herbst avec recouvrement dentaire complet de l’arcade inférieure et des secteurs latéraux au maxillaire.
Un des patients est revenu au bout de 3 ans pour faire renouveler son orthèse cassée et le télécrane de contrôle n’a pas montré de modification malgré une propulsion de 6 mm. Il était au départ en classe 2.1 mais avait refusé la prise en charge orthodontique.

François UNGER

Bravo Elie de nous faire part de tes retours de congrès et en particulier de ce congrès du sommeil. Tes questions sont très judicieuses et pour ma part je me suis aussi posé ces questions quand j’ai été confronté aux difficultés des patients porteurs de ces orthèses. Indépendamment de l’iniquité de prise en charge par les organismes sociaux, je dois dire que je n’ai jamais eu de patient parfaitement satisfait. Mais je ne suis pas un spécialiste (une dizaine de réalisations) et je trouve assez aléatoire la façon dont on préconise les réglages de la position mandibulaire. Certains ont de beaux succès (fondés sans doute sur une grande expérience). Mais je m’interroge sur le réel service rendu par rapport à la PPC.
Je ne pose plus d’orthèse d’avancée mandibulaire.

chabou

Quel dommage de ne plus poser d’OAM ! .Les différentes études montrent qu’elles rendent, au minimum, un réel service aux patients qui ne supportent plus la PPC ! Après, le choix du modèle de l’OAM reste posé puisque toutes ne sont pas prises en charge par la CPAM !

Dans un autre registre, et pour ma gouverne personnelle, quels sont les « difficultés des patients porteurs d’OAM » que tu mentionnes ?

Enfin, si tous mes patients porteurs d’OAM n’en sont effectivement pas satisfaits, il y en a quand même beaucoup qui le sont !

François UNGER

En fait je ne suis pas satisfait de mes résultats. Je vois des praticiens expérimentés qui font état de leurs succès pour la prise en charge des apnées du sommeil et je ne doute en rien de ce succès. Pour ma part, contrairement à ce que je peux voir dans d’autres secteurs de la dentisterie, où le patient manifeste clairement le fait qu’il soit soulagé ou non (à commencer par les orthèse pour les DAMs), je n’ai jamais eu un patient qui m’ait dit: alors docteur c’est formidable; je dors mieux, je me réveille en pleine forme, je ne suis plus fatigué dans la journée etc… je n’ai jamais eu le cas d’un patient franchement soulagé et durablement soulagé. Défaut de diagnostic? Défaut de position mandibulaire optimale? Défaut de motivation? Défaut de réalisation de l’OAM elle même? Je suis prêt à accepter toutes les critiques; mais le résultat est là: je ne suis pas satisfait de mes résultats alors j’ai passé la main à plus compétent.

Elie Callabe

Tu as raison François, on a des succès et des échecs avec les OAMs. Il y a aussi accoutumance du patient qui, au départ est satisfait et avec le temps l’OAM ne donne plus satisfaction. Alors la propulsion est augmentée de plus en plus avec ses effets secondaires. Pour info, je suis moi-même ronfleur apnéique. J’ai testé toutes les orthèses et qq machines de ventilation PPC. Actuellement je combine PPC à domicile et orthèse en déplacement. A ce jour il n’y a pas de consensus et les avis sur les OAMs divergent que l’on soit somnologue ORL, pneumo, chirurgiens-dentiste DIUS ou orthodontiste. Les questions à se poser: que demander à une OAM et comment devrait être l’OAM idéale ?

Laisser un commentaire