Naviguer / Chercher

Réalisation d’une restauration unitaire implanto-portée en CFAO à partir d’une empreinte optique

La 46 de cette patiente a été extraite en raison d’une fêlure radiculaire.
Dix semaines après l’extraction, un implant Astra osseospeed (Dentsply implants) de diamètre 4,5 et de longueur 9mm, a été posé.

Deux mois après, la prothèse est réalisée à l’aide du système CEREC et de sa caméra optique Omnicam.

Prise d’empreinte

Comme pour une empreinte traditionnelle, nous recherchons à enregistrer le profil d’émergence gingivale et le positionnement tridimensionnel de l’implant.

Après dépose de la vis de cicatrisation, nous enregistrons l’émergence gingivale de l’implant dans un catalogue d’images appelé “masque gingival“. Il sera possible ensuite d’afficher ou d’occulter ce masque, au même titre que l’on peut retirer ou laisser la fausse-gencive d’un modèle en plâtre.

Pour enregistrer le positionnement tridimensionnel de l’implant, nous utilisons un “scan post“ qui jouera le rôle de transfert d’empreinte. Ce scan post – une fois vissé – est surmonté d’un “scan body“, qui sera enregistré à l’aide de la caméra omnicam.

A ce stade, trois empreintes optiques sont prises :

  • le secteur 4 avec le scan post et le scan body,
  • l’arcade antagoniste,
  • et une image en occlusion pour articuler les deux modèles.

Design de la couronne à l’aide du logiciel CEREC

Le logiciel permet de concevoir facilement la restauration. Nous pouvons régler nos contacts occlusaux et proximaux, optimiser la compression sur la gencive et choisir entre une couronne scellée ou transvissée.
Dans ce cas, nous avons choisi une couronne scellée pour éviter d’utiliser un composite occlusal au niveau du puits de vissage.

Usinage, cristallisation de l’E-max et assemblage

Le pilier et la couronne sont usinés dans des bloc d’E-max CAD. La couronne est maquillée, puis glacée, et les deux éléments sont cristallisés dans un four à céramique.
Le pilier est ensuite collé sur un Ti-base à l’aide de “multilink abutment“.
Pour finir, le pilier est poli pour optimiser sa tolérance gingivale.

La restauration est alors mise en bouche : le pilier est vissé et la couronne collée.

Commentaires

carton

oui c’est assurément l’avenir de la dentisterie. Pour mon information pouvez vous nous signaler les durées moyennes des étapes d’empreinte et d’usinage. Ainsi que l’organisation de la ou des séances pour réaliser ces travaux. Merci

Arnaud JEU

Timing:
– 1 séance d’empreinte: 10 minute
– 1 rdv de pose 20 min
Entre ces 2 rdv:
– 5 à 10 min de travail sur le cerec selon le cas,
– 15 min d’usinage pour les 2 pieces,
– 5 min de maquillage / glaçage
– 15 min au four
– 10 min pour l’assemblage et les finitions

Je n’ai jamais chronométré, ce sont donc des estimations.

carton

merci de ces précisions. Ces techniques ont tellement nouvelles et bousculent tellement nos habitudes que ces précisions sont nécessaires pour bien imaginer notre avenir. Il faudrait des films de ces différentes étapes pour mieux les saisir.

Gérard DUMINIL

Comment se passe l’usinage du pilier par rapport à la connectique implantaire qui semble métallique ? de quelle manière le pilier usiné et la pièce assurant la connection sont -elles assemblées ?

Arnaud JEU

Le pilier est usiné dans un bloc d’ emax qui est déjà perforé en son milieu au diamètre exact du tibase (la partie titane du futur pilier).
Il y a un détrompeur pour éviter de coller dans une mauvaise position.
Après cuisson de cristallisation (qui donne sa résistance mécanique à l’emax CAD), la partie céramique est collée sur le tibase, selon les principes habituels: mordançage à l’acide fluo, silane,multilink.
Le multilink utilisé est la gamme « abutment », qui est beaucoup plus opaque pour éviter l’effet grisatre.
J’essaye de faire une photo d’un bloc au cabinet dans la journée

Gérard DUMINIL

Merci de ces précisions, indispensables à la compréhension du protocole présenté et bravo pour cette réalisation.
Ceci est-il validé pour plus d’un implant ?

Arnaud JEU

Voila la photo d’un bloc pour pilier. Il est donc déjà perforé, et calibré pour s’ajuster parfaitement sur le tibase.
La flèche montre une petite encoche qui correspond au détrompeur.

Arnaud JEU

Pour l’exemple voila ce que ça donne quand on place un tibase.
Bien évidemment, nous ne positionnons le tibase qu’après usinage.

looping

Que penser de la lésion apicale de la 45 traitée par la reprise de traitement avec dépassement de pâte canalaire ?

Arnaud JEU

Bonsoir looping, lésion en cours de cicatrisation.
Pour le débat pour ou contre les pufs, je passe mon tour et ce n’est pas vraiment le thème du blog ;-))

maitretoc

Bonjour
Nouveau sur le forum excusez moi si je ne mets pas la forme et ne satisfais pas aux usages
J ai le logiciel Cerec à jour mais l ancienne unité d usinage et me pose la question de l achat
Quel est le prix moyen des scan post scan body et plots perforés en comparaison de l achat d un pilier préfabriqué Zimmet par ex
Merci

cmas

Bonjour,

Spectateur tres régulier et acteur de la prise en charge des echecs de restaurations Cerek . Je m’interroge sur les evolutions positives de ce systeme, qui semble en effet tres prometteur.
Le but n’est pas d’entammer de polemique, mais je trouve qu’une radiographie apres la pose de la couronne sur 46 aurait été riche d’enseignement. Nous aurions pu voir si la gestion de la morphologie, telle que la sculpture de la face occlusale ou l’axe d’emergence avait progressé entre la realisation de la 45 et de la 46.
Ceci n’est pas une critique de l’opérateur mais de l’instrument.

Mon experience se limite au niveau de qualité morphologique et d’ajustage de la realisation faite sur la 45.

Arnaud JEU

Bonjour maitretoc,
Voici les coûts de consommables ( de tête):
– bloc: 40€
– tibase: 55€
– scann post/ scann body: 50€ (mais stérilisable)

Globalement, un peu plus de 100€ par cas.

Arnaud JEU

Bonjour cmas,

voici la radio, j’aurai pu galber plus la face mésiale.
Pour le reste et notamment les échecs, pas évident d’en discuter par écrit, mais 100% dispo pour en parler en toute transparence.

cmas

Bonjour,

La morphologie reste forcement en deca d’un restauration ceramique pressée ou meme d’une ceramique montée par addition. Ceci n’est pas lié a l’opérateur mais a l’instrument, on a pas de possibilité de savoir comment se fera reellement l’ajustage, ou le rendu de la morphologie tant qu’on a pas mis en place la piece usinée en bouche (ou sur un modèle) .
Et meme en technique par addition et four, qui peut pretendre obtenir satisfaction a la 1ere cuisson.
Il est posssible de maquiller une piece Cerek mais ajouter de la ceramique , ca se complique et surtout perd son intérêt de départ.

Il faut accepter ces défauts et se contenter du résultat si on veut beneficier de tout les avantages de l’absence d’empreinte, pas de prothésiste, temps gagné.
Mais ca ne coute pas moins cher, le resultat esthtetique morhpologique et mécanique (fragilité de la céramique du a son manque de dureté) est inferieur pour le moment a une prothese standart .

maitretoc

Merci Arnaud pour la réponse concernant les coûts
acquisition faite de la nouvelle unité d usinage qui va me permettre d usiner bridges et couronnes sur implants
Je conserve l ancienne unité en dépannage et pour mes collaborateurs
Je comprends les critiques pour la morphologie et la résistance mécanique mais les commentaires enthousiastes des patients concernant la proprioception de ce type de céramique me confortent dans leur utilisation.
Les blocs e Max ont d excellentes résistances à la fracture et la venue de nouveaux blocs tels les Vita enamic nous apportent plus de possibilités
Pour la morphologie des couronnes et le maquillage c est très opérateur dépendant

toto

Bonjour,
Je passe un peu plus de temps à prendre l’empreinte et à l’ordi; présence de la langue ,de la joue, de la salive etc… mais cela doit s’améliorer avec le temps. et mon expérience en cours d’acquisition.
Sur ce très joli cas, je suis étonné par la blancheur du moignon.
Est-ce le multolink abutement blanc vu par transparence?
un bloc clair , ce qui n’est pas grave et de toute façon qui sera recouvert par la couronne? ou autre explication.
Merci par avance .
NB, je crois que l’on achète pas un Cerec pour faire des économies mais c’est plus souple dans la gestion du temps ; on peut travailler le soir au lieu de faire travailler son prothésiste le lendemain. C’est aussi plus moderne.
Pour les temps, noter qu’il faut 2 temps d’usinage maison peut cuire la base et la couronne en même temps; les gens pressés vont maquiller la couronne pendant l’usinage de la base.
Attention quand même, à la fin du temps de cuisson, les éléments sont à 600°C et la base titane n’est pas collée : prévoir un peu plus large qu’écrit plus haut.

Arnaud JEU

Bonjour,
La teinte du moignon est liée à la teinte du bloc.
Pour le timing, il y a effectivement une nouvelle organisation à prendre, pour exploiter les temps morts liés à l’usinage et la cuisson.

Laisser un commentaire