Naviguer / Chercher

Elaboration du guide chirurgical et de la prothèse provisoire pour un édentement complet maxillaire #2

La planification chirurgicale et de la réalisation du guide sont possibles après la réalisation du scanner, à partir des données délivrées par le radiologue (sur DVD en général). Avec ces données et le logiciel Nobel Clinician™, il est facile de positionner les implants par rapport à la position des dents prothétiques et aux émergences souhaitées. Bien entendu, les émergences ne sont pas les seuls critères qui vont définir le choix et la position des implants. Le prothésiste peut apporter son conseil pour la finalité de la réalisation du projet prothétique, mais à aucun moment il ne lui appartient de prendre la responsabilité du choix et de la position des implants. Il en va de la seule responsabilité du chirurgien-dentiste. C’est lui qui à toutes les connaissances anatomiques, chirurgicales ainsi que l’entière responsabilité de la planification et du traitement prothétique du patient.

Après avoir validé sa planification, le chirurgien envoie son fichier au centre d’usinage. Le guide est alors fabriqué selon le principe de la stéréo-lithographie. Il est livré dans un sachet spécial, (Fig 9 et 10 ) afin de le protéger des rayons ultraviolets. Il faut maintenir le guide au maximum dans le sachet, ne le sortir strictement que pour les phases de fabrication et le remettre aussitôt dans son sachet de protection.

Voir la vidéo du Traitement du guide chirurgical pour la réalisation du modèle.
Pensez-vous que la chirurgie guidée modifie durablement les pratiques implantaires en cabinet dentaire ?
Votre prothésiste dentaire est il équipé pour planifier la réalisation de guides chirurgicaux?
Remerciements : L’auteur remercie pour leur confiance, les Drs, Pierre Michelon, José Garcia, Jean Baptiste Verdino, Bernard Attia, Bruno Schiff, Paul Mattout, Jean Jacques Sarlin, avec qui ces travaux ont été réalisés.
D’après un article paru dans Technologie Dentaire N° 325 et 326

Commentaires

Marcel Carton

Je crois qu’on effectivement dire que la chirurgie guidée modifiera durablement les pratiques implantaires au cabinet. Nous n’en sommes qu’aux début de ces techniques. Nul doute que bientôt les praticiens disposeront de petites machines (imprimantes 3D) qui élaboreront au cabinet les guides nécessaires pour l’implantologie. Bien sûr il sera toujours plus facile et plus fiable de faire élaborer ces guides par le laboratoire. Mais le mouvement me semble inéluctable. Seul le coût peut encore dissuader les patients. Mais tout cela va s’amortir et je suis persuadé que l’implantologie guidée est la voie normale qui va s’imposer tans ses avantages sont grands: simplification des actes, précision, anticipation de la situation prothétique, chirurgie sans lambeau…Bientôt on se demandera comment des forcenés ont pu passer des heures pendant des décennies pour tenter d’obturer des canaux. Bien? Mal?
Merci pour ce post qui illustre bien les choses

crouti

Etes-vous bien sûr « qu’il sera toujours plus facile et plus fiable de faire élaborer ces guides par le laboratoire » ?
Peut-etre qu’a terme chaque cabinet aura son laboratoire perso ?

tremelpascal

Ayant une bonne expérience de la 3D et des imprimantes résine, il faut précisé que seul une un imprimante résine de taille industriel peut le faire, mais sur ce sujet la résine est usiné en 3D et non monté en fil photopolymériser .

tremelpascal

Suite: car dans ce sujet on parle bien de stéréo-lithographie, je corrige la fin de mon premier post, le principe est le même que le fil photopolymériser, mais la résine doit subir un traitement de durcissement après et peut subir une finition par usinage 3D .

Laisser un commentaire