Naviguer / Chercher

Elaboration du guide chirurgical et de la prothèse provisoire pour un édentement complet maxillaire #1

Avec le système Nobel Procera™ tous les laboratoires ayant le scanner, sont équipés du logiciel Nobel Clinician™ qui permet la planification de la pose d’implants. Le chirurgien a deux options :
– venir au laboratoire faire la planification en collaboration avec le prothésiste
– ou, une fois la planification réalisée sur son ordinateur, l’envoyer au prothésiste par internet pour avoir son avis et éviter les pièges relatifs au type de prothèse à réaliser pour ce projet prothétique.
Tout commence par le guide radiologique. Nous avons deux possibilités :

  1. Utiliser la prothèse d’usage du patient. Un contrôle général de cette prothèse est nécessaire : contrôle esthétique, de l’occlusion, de l’usure des dents et surtout de la bonne adaptation sur la muqueuse. Si elle n’est pas correcte il faudra envisager de rebaser l’appareil. (Fig 1)
  2. L’autre possibilité est plus radicalement de refaire entièrement cette prothèse, en sachant que l’arcade sera réutilisée lors de la réalisation du bridge provisoire.

L’étape de contrôle est primordiale, car l’intrados du guide chirurgical sera la reproduction exacte de l’intrados de cette prothèse. S’il y a un défaut d’adaptation cela peut amener un manque de stabilité du guide au moment de la chirurgie et donc un mauvais positionnement des implants par rapport à la planification.
Par ailleurs, il faut également prévoir d’augmenter les parties vestibulaires afin de pouvoir placer les clavettes qui vont maintenir en place le guide au début de l’intervention chirurgicale.
Sur le guide radiologique, il faut pratiquer six petits orifices avec une fraise boule de 1,5 mm sur les parties vestibulaires et palatines (ou linguales si c’est un bas), en prenant soin de décaler les forages les uns par rapport aux autres. Ces orifices doivent être remplis de Gutta Percha de manière à les rendre radio-opaques. (Fig 2) Cette technique permettra de mettre et d’enlever la prothèse de ma-nière virtuelle à l’écran pendant la planification. (Fig 3)

Le modèle de référence, le montage en articulateur et le mordu sont ensuite élaborés.
Un modèle de référence est réalisé afin de monter le guide radiologique en articulateur. Pour la fa-brication de ce modèle, à la place du plâtre, nous utilisons un silicone très dur, le Lab-Putty Hard Coltène® Whaldent, afin de permettre, dans le cas de grandes rétentions, d’insérer et de désinsérer plus facilement le guide radiologique du modèle. (Fig 4 et 5)
Ensuite nous procédons au montage en articulateur (Fig 6). Le montage réalisé, l’occlusion devra être vérifiée, confirmée et validée. Enfin, nous réalisons le mordu d’occlusion qui va servir pendant le passage au scanner du patient. Ce mordu, va permettre de faire le scanner avec la prothèse en bonne position occlusale et en légère compression sur la gencive. Il doit apporter une grande stabili-té à la prothèse. (Fig 7)
Les mordus, qui vont servir aux diverses phases du traitement, doivent être enregistrés sur l’articulateur, car quelque soit le support (guide radiologique pour le scanner, guide chirurgical lors de la chirurgie) ils seront identiques dans la position. Pour la réalisation de ces mordus, nous utili-sons un silicone radio transparent comme par exemple : Clinique Bite®, Labo-Putty Coltène®, Ze-talabor®, AFFINIS ® Coltène® Whaledent. S’il n’est pas radio transparent, le mordu masquera toutes les parties intéressantes du guide radiologique et rendra impossible la planification. Il est parfois nécessaire de faire des tests afin de confirmer la radio-transparence du silicone utilisé.
Ces étapes de laboratoire terminées, il est souhaitable que le praticien procède à une vérification de la mise en place du guide radiologique, du mordu, avant d’envoyer son patient passer le scanner. Le radiologue doit réaliser un scanner du patient avec sa prothèse en bouche et un scanner de la pro-thèse seule, afin de pouvoir mettre et ôter la prothèse lors de la planification. (Fig 8 et 9)

Préférez-vous intervenir dans la planification du guide chirurgical ou la déléguer au prothésiste dentaire ?

Remerciements : L’auteur remercie pour leur confiance, les Drs, Pierre Michelon, José Garcia, Jean Baptiste Verdino, Bernard Attia, Bruno Schiff, Paul Mattout, Jean Jacques Sarlin, avec qui ces travaux ont été réalisés.
D’après un article paru dans Technologie Dentaire N° 325 et 326

Commentaires

eric

Je préfère intervenir.
Merci pour la description très intéressante de ce protocole.

Laisser un commentaire