Naviguer / Chercher

Prothèse amovible complète maxillaire stabilisée sur 4 implants #2

A propos du cas présenté précédemment , voilà la solution mise en oeuvre. En accord avec le patient, le plan de traitement retenu est le suivant :

  • Dépose des implants en 12 et 22 et comblement osseux
  • Avulsion des dents restantes au maxillaire : 13, 15, 23, 26 et 27
  • Pose de 6 implants en 16, 14, 12, 22, 24 et 26
  • All-on-6 maxillaire

Lors de la mise en fonction des implants, on constate la non ostéo-intégration des implants 14 et 24 qui sont alors déposés.
Il convient donc alors de trouver une réhabilitation prothétique exploitant les 4 implants restants en 12, 16, 22 et 26.

Solution retenue

Réhabilitation par prothèse amovible complète stabilisée par une barre usinée transvissée avec attachement CEKA. On utilise donc ici un système de type barre-contre barre.

Étapes du traitement

  1. Réalisation du montage directeur

    • Empreintes alginates maxillaire et mandibulaire
    • Réglage de cire d’occlusion maxillaire et enregistrement d’une relation centrée
    • Choix de la couleur et de la forme des dents
    • Essayage de montage et validation du projet prothétique
  2. Empreinte supra-implantaire

    • Mise en place de piliers MULTI-UNIT sur les 4 implants + gaines de protection
      • Piliers droits sur 12, 16 et 26
      • Pilier angulé à 18° sur 22
    • Empreinte
      • Porte empreinte plastique à usage unique perforé
      • Matériau choisi : polyéther (fiabilité, stabilité dimensionnelle)
    • Validation de l’empreinte à l’aide d’une clé en plâtre
  3. Usinage barre et contre-barre / Essayage

    • Utilisation de technique de conception fabrication assistée par ordinateur (CFAO)
    • Le montage directeur validé en bouche est ici primordial et sera également numérisé afin que la barre puisse être usinée dans le volume prothétique de la future prothèse
    • Validation de la passivité de l’armature sur le modèle de travail
      • Parfaite stabilité sans vis
      • Test de Sheffield
        • Mise en place d’une vis au niveau de 16 uniquement et contrôle de l’absence de bascule au niveau de 26
        • Mise en place d’une vis au niveau de 26 uniquement et contrôle de l’absence de bascule au niveau de 16
    • Essayage en bouche :
      • Insertion et vissage sans contrainte
      • Mêmes vérifications que sur le modèle de travail : passivité, test de Scheffield
      • Passage de brossettes et fil possible sous la barre
  4. Essayage du montage

    • Montage directeur transféré sur la contre-barre pour essayage
    • Validation esthétique et fonctionnelle

      • Occlusion statique uniquement
      • Tests de phonation
  5. Finition et insertion prothétique

    • Mise en place des attachements au laboratoire
      • Décision prise de ne mettre que 2 attachements sur les 5 possibles car rétention déjà suffisante avant la mise en place des attachements
    • Insertion prothétique
      • Équilibration occlusale directe en statique et en dynamique
      • Conseil d’hygiène : brossettes, fil avec passe-fil rigide
  6. Doléances et suivi

  • Que pensez vous de cette technique ?
  • La trouvez-vous satisfaisante d’un point de vue esthétique et fonctionnel ?
  • Rencontrez vous des doléances particulières de vos patients ?
  • La rétention n’est elle pas parfois trop importante, en résultant une difficulté d’accès à l’hygiène pour le patient ?

Commentaires

dyschromie

Bonjour,
Merci pour ce cas clinique bien documenté.
Etant étudiante, je n’ai pas encore eu l’occasion d’observer ce genre de réhabilitation complète.Cependant, je conçois qu’elle peut rendre service à bien des patients, mais je ne différencie pas bien ses indications ce celles du complet Branemark classique.
Par ailleurs, quelle est la différence avec un All On Four ? il me semble que dans ce dernier cas les implants les plus distaux sont placés angulés, en place de prémolaires. Quelle est la différence de pérennité dans le temps et de résistance mécanique ?
Les implants pour ce cas en place de prémolaires ayant été déposés faute d’ostéointégration, ne peut-on craindre le même problème avec les autres implants ?
Et au niveau de l’hygiène, le nettoyage de la partie amovible doit être assez simple une fois déclipsée, mais qu’en est-il de la barre ? Elle semble proche de la muqueuse, sera-t-il réellement possible pour le patient d’assurer le passage des brossettes ?

En vous remerciant par avance pour vos réponses

nath

Bonjour
1 ) ce que je pense de cette technique : et pourquoi pas un all on four ? (on ne voit pas les implants posées ) Quelle différence entre l’armature du bridge all on four transvissé sur les multi units de 4 implants et la barre vissée sur les 4 implants : est-ce identique d’un point de vue mécanique, répartition des forces/contraintes ?

2 ) pourquoi pas un complet sup avec 4 locators ? il commence à y avoir des retours intéressants car technique simple, coût abordable, et si perte d’un implant : il devient très facile de ré-implanter et de modifier le complet.

3 ) dommage pour le all on 6…et pourquoi ne pas avoir réimplanter ?

Laisser un commentaire