Naviguer / Chercher

Polychromie Gingivale : Quand Composite Rime Avec Esthétique

En prothèse complète muco et implanto retenue, il est incontestable que le facteur esthétique principal est assuré par l’arcade prothétique. Même si les secteurs postérieurs

jouent un rôle dans le soutien des tissus mous et les larges sourires, la prédominance reste acquise au secteur incisivo-canin. Couleur, forme, matériau et agencement conditionnent fortement le résultat escompté.

Cependant, sous réserve d’une double gestion optimale morphologique et chromatique, ou plutôt polychromatique, la fausse gencive peut également participer de façon active à cette finalité esthétique. Son rôle esthético-fonctionnel dans le soutien de l’orbiculaire oral, et éventuellement du sourire gingival, reste une évidence. Afin de répondre à ce constat, la finition de ce bandeau vestibulaire résine doit être assurée par une morphologie doublée d’une polychromie adéquate. Cette morphologie implique un modelage en cire répondant à des facteurs anatomiques : papilles interdentaires, gencive libre, simulation de présence sous-jacente des procès alvéolaires, gencive attachée, muqueuse alvéolaire et freins. Tous ces paramètres doivent être pris en compte. Au final, cette sculpture, constituée de macro et microgéographies calquées sur les concavités et convexités, doit être en symbiose avec le complexe myologique paraprothétique. L’effet « naturel » est recherché.

En termes de coloration, plusieurs techniques polychromiques sont envisageables. La mise en moufle, suivie d’un dégradé polychromique dans la masse (protocole poivre et sel), en technique pressée, injectée ou coulée, est une technique fiable mais qui demande maîtrise et expérience. Quant aux solutions de maquillage postpolymérisation en résine chémopolymérisable, le résultat est souvent décevant.

SR Nexco Paste®

Depuis plusieurs années, Ivoclar Vivadent propose un composite photopolymérisable, dédié entre autres aux fausses gencives, qui présente une redoutable efficacité esthétique : Le SR Nexco Paste®. Ce composite dernière génération est un « composite de laboratoire contenant un taux élevé de charges minérales opalescentes qui apporte d’énormes avantages en termes d’abrasion, de coloration, de mise en œuvre et brillant de surface. La microcharge minérale opalescente, en combinaison avec la nouvelle matrice, apporte une structure homogène au matériau. Le rapport équilibré entre ces deux composants offre d’excellentes propriétés physiques avec les appareils de photo polymérisation les plus courants ». Dans cette gamme, plusieurs produits sont dédiés à la stratification de la fausse gencive : les masses SR Nexco Paste Gingiva®, notamment les Gingiva® et Intensive Gingiva® qui se présentent sous la forme de seringues. L’adhésif SR Connect®, le gel de polymérisation finale SR Gel® et éventuellement, le liquide à modeler SR Modelling Liquid®, viennent compléter le pack (fig.1).

La technique

Après validation clinique des maquettes maxillo mandibulaires, celles-ci sont mises en moufle, en technique injectée, pressée ou coulée. Notre préférence s’oriente sur le système d’injection Ivobase Injector® d’Ivoclar Vivadent™. Le « support résine » obtenu présente comme principaux atouts : qualité mécanique, forte densité et faible taux résiduel de monomère, auquel on peut ajouter un respect de l’occlusion. La résine injectée Ivobase HI® monochromique est choisie parmi les 5 teintes de base proposées (une modification de la teinte est possible en ajoutant des veinules colorées ou des intensifs lors du mélange monomère/polymère). Après polymérisation et équilibration occlusale, la fausse gencive est préparée. À noter que le protocole basique décrit ci-dessous s’applique également à la prothèse complète numérique.

Une légère réduction homothétique, préservant le profil du bandeau vestibulaire, aménage l’apposition du composite. La résine parfaitement dépolie est ensuite soigneusement sablée à l’oxyde d’Alumine sous 3 bars de pression (fig.2). Le passage à la vapeur est proscrit.

Les éventuels résidus de sablage sont éliminés avec un pinceau brosse propre, à défaut de la soufflette pouvant contenir des dépôts gras. L’adhésif, SR Connect®, est ensuite appliqué (fig.3 et4) et photo- polymérisé.

Le maquillage démarre par les teintes les plus soutenues disposées en fond de vestibule (muqueuse alvéolaire). L’apport de matériau est minimal, car le pouvoir couvrant du composite est pertinent. Chaque couche est photo polymérisée au fur et à mesure.

Le BG 34® est notre base de travail. L’apport de veinules peut être un plus esthétique. L’ensemble auquel on ajoute de l’IG4® simule la muqueuse alvéolaire qui est en règle générale plus vascularisée. On l’applique en fond de vestibule en le prolongeant en découpe jusqu’à la gencive attachée (fig.5, 6 et7).

Le BG 34® avec le G5® (fig.8) est ensuite déposé au niveau des espaces interprocès alvéolaires (fig.9) afin de donner de la profondeur à notre fausse gencive.

L’ajout de pâte dentine A2® ou A3® (fig.11) va permettre de simuler les tensions tissulaires (fig.12) dues à la présence fictive sous-jacente des procès alvéolaires. Elle permet d’intensifier le jeu des ombres et lumières cassant ainsi l’effet miroir disgracieux. “L’effet drapeau” est à proscrire (fig.13).

Après cette dernière phase polychromique, on peut procéder encore à d’éventuelles modifications ou rajouts. La dernière photopolymérisation « longue durée » nécessite une application de
SR Gel (fig.14 et15) pour « éviter la formation d’une couche inhibée à la surface du composite de recouvrement : de ce fait, un durcissement optimal de la surface est possible ».

S’ensuit, si nécessaire, un fin surfaçage avec une instrumentation rotative spécifique aux composites, suivi d’un léger passage à la ponce. L’état de surface « peau d’orange » doit être non rétentif. Le polissage et le lustrage s’effectuent avec de petites brossettes chargées en pâte à polir universelle® d’Ivoclar Vivadent™ (fig. 16, 17, 18, 19), ou autres.

Autres cas, autres résultats

(fig.21 à27)

Cette technique, qui offre de multiples variantes, est également applicable en prothèse partielle et prothèses sur pilotis. Elle favorise l’intégration du « dispositif médical sur mesure » en harmonisant les teintes entre le parodonte du patient et le parodonte prothétique. Des relevés de teinte sectoriels avec teintier personnalisé, doublé de clichés deviennent impératifs pour guider le travail du prothésiste.

 

Pilotis 

(fig.29 à35)

Conclusion

La fausse gencive polychromique apporte une dimension esthétique supplémentaire à nos prothèses. De ce fait, elle n’est plus limitée à un simple rôle de support. Elle devient actrice dans cette projection esthétique mettant en valeur l’arcade dentaire prothétique et le sourire du patient. Ce nouvel écrin parodontal peut faciliter l’acceptation physique et psychique de nos prothèses.

L’utilisation du SR Nexco® est une opportunité intéressante pour le maquillage de ce secteur gingivo-prothétique. Sa mise en œuvre est moins complexe et moins lourde que nos mises en moufle polychromiques. Il peut s’appliquer sur tous les supports méthacryliques. La visualisation immédiate du résultat de chaque étape avec absence d’inhalation de monomère permet un travail plus serein et confortable. Notons qu’une faible épaisseur du matériau suffit pour obtenir un résultat esthétique correct.

Avec un recul de 3 ans, aucune infiltration ou décollement ne sont à signaler sur les cas réalisés au CHU. À noter qu’en cas de gros déficit prophylactique, on peut quand même observer un dépôt bactérien qui s’élimine facilement par un rapide passage à la ponce suivi d’un brillantage. Des études cliniques devraient permettre de valider le comportement sur le très long terme de ce matériau au niveau de sa structure et de son adhésion sur sa base méthacrylique.

 

L’auteur remercie très chaleureusement le Docteur Xavier Ravalec, Maître de Conférences au Centre Hospitalo Universtaire de Rennes, pour la gestion clinique des cas présentés.

Bibliographie

  1. Louis JP, ChevalleyF. Prothèses amovibles complètes : maquillages et caractérisations Stratégie Prothétique septembre-octobre 2016 vol 16 n°4 P269-279
  2. Pompignoli M, Doukhan JY, Raux D, Prothèse complète. Clinique et laboratoire. Rueil Malmaison. Editions CdP, 4ème édition 2003. 330p.
  3. Gastard Y. La fausse gencive esthético-fonctionnelle en prothèse amovible complète Stratégie prothétique septembre 2007 vol7 n°4 p261-269
  4. Hue O, Muller JL, Frot A. La fausse gencive en prothèse amovible : considérations esthétiques. Les cahiers de Prothèse 2009 ; 145 :29-37
  5. Santos S. Reproduire une fausse gencive à la pigmentation et à l’aspect naturel en prothèse amovible. Stratégie prothétique 2013 ; 13(2), P119-131
  6. Ivoclar Vivadent SR Nexco Paste-Mode d’emploi 2012

Commentaires

Sébastien SANTOS

un très bon article et un step by step très détaillé , merci Yves GASTARD, et aussi, je suis ravi que mon mémoire ait pu t aider dans la rédaction de cet article .
amicalement ,
Sébastien 😉

Laisser un commentaire