Naviguer / Chercher

Piézographie : technique de choix dans la prise en charge des crêtes plates et négatives mandibulaires #3

Suite à la présentation d’un cas clinique qui nous a permis de mieux comprendre le protocole de l’empreinte piézographique, ce troisième et dernier post de la série nous énonce les indications et les avantages de ce choix thérapeutique.

Discussion

En présence de crêtes fortement résorbées associées à l’envahissement de l’espace prothétique par les structures périphériques anormalement développées suite à un édentement ancien non compensé, la technique piézographique trouve toute son indication. Elle vise, grâce à l’exploitation de l’espace neutre, à pallier les problèmes d’instabilité prothétique et la sensation d’inconfort du patient. Rappelons ici, que la zone neutre est la zone de la cavité buccale où les forces centripètes exercées par les lèvres et les joues neutralisent les pressions centrifuges de la langue lors des différentes fonctions.

De nos jours, l’amélioration de la stabilité des prothèses mandibulaires par des empreintes piézographiques grâce à l’exploitation de l’espace neutre n’est plus à démontrer. Nombreuses sont les études qui ont mis en exergue les avantages de l’exploitation de cet espace par la piézographie. Raja et ses collaborateurs ont montré que les prothèses piézographiques permettaient une amélioration de la stabilité et de la rétention prothétiques, un aménagement suffisant de l’espace lingual, une réduction de la rétention alimentaire en regard des molaires et un meilleur rendu esthétique, chez des patients avec une longue période d’édentation.

Ce choix thérapeutique est d’un grand secours en gérontologie avancée, car elle permet l’obtention d’une solution prothétique facilement acceptée par le patient, et rapide, en économisant le temps et les séances répétées qu’exige une mise en condition tissulaire et musculaire par prothèse transitoire. Elle minimise également, la phase d’apprentissage chez ces patients dont les capacités d’adaptation aux situations nouvelles sont fortement diminuées par le phénomène de vieillissement.

De plus, les doléances après insertion des prothèses issues d’empreintes piézographiques sont plus faibles que celles issues des techniques conventionnelles et l’acceptation de la prothèse par le patient est bien supérieure.

Rappelons ici que, la piézographie, peut aussi être utilisée durant la phase diagnostique comme moyen d’analyse pour le contrôle des surfaces polies et du positionnement des dents. Elle permet ainsi de vérifier si la prothèse existante s’inscrit dans le couloir prothétique et de localiser avec exactitude la ou les parties de la prothèse qui interfèrent avec la dynamique musculaire.

Cependant, la piézographie présente certaines limites et inconvénients. Selon Klein, elle ne permet ni la suppression des rides ni le rétablissement d’un profil jeune. La prothèse piézographique s’intègre dans le contexte anatomo-physiologique de l’édenté complet, résultat du vieillissement sans recréer un autre. De plus, la réduction vestibulo-linguale des dents et des surfaces occlusales quand le couloir prothétique est très réduit entraîne la diminution de l’efficacité masticatoire qui est proportionnelle à la somme des aires occlusales.

Conclusion

Face à un édentement complet mandibulaire avec une crête résiduelle présentant une surface d’appui très réduite, le clinicien, pour réussir la réhabilitation prothétique de cet édentement, doit respecter au mieux la physiologie buccale du patient au cours des différentes étapes prothétiques. La technique piézographique permet de répondre à cet objectif thérapeutique en enregistrant l’espace prothétique délimité par les organes périphériques, en faisant participer les éléments péri-prothétiques à la stabilité prothétique au lieu d’être source d’instabilité. Lorsque l’indication de la PAC supra-implantaire se pose, cette méthode offre aussi, l’avantage de déterminer la position idéale des implants à l’intérieur de la zone d’équilibre musculaire (espace neutre) et donc, d’assurer une stabilité prothétique optimale tout en préservant l’os péri-implantaire.

Laisser un commentaire