Naviguer / Chercher

Intérêt des coiffes télescopiques en Prothèse Amovible Complète Implanto Retenue (PACIR) maxillaire #3

Maintenance et discussion

Maintenance

Tout au long du traitement, l’hygiène bucco-dentaire a été une préoccupation particulière. Le recours à une brosse à dents électrique et à des têtes de brosses « orthodontiques » (brosses électriques et têtes de brosses orthodontiques, Oral B®) a facilité nettement l’obtention d’un bon niveau d’hygiène de la part du patient. Que ce soit sur les vis de cicatrisation (fig. 1a), sur les matrices(fig. 1b) et, en fin de traitement, sur les coiffes télescopiques, l’aide de ces têtes très peu encombrantes a permis d’assurer une excellente hygiène autour des implants.

Les parties prothétiques internes aux prothèses (les coiffes coniques et les gaines en nylon Locator®) (fig. 2a et b) sont nettoyées de la même manière.

Ces parties doivent être parfaitement entretenues afin d’avoir une mise en place sans équivoque des prothèses amovibles sur les attachements axiaux ou les coiffes télescopes. Le patient s’est également engagé à venir régulièrement aux visites de maintenance afin de pérenniser le résultat esthétique et fonctionnel obtenu le jour de l’insertion des prothèses (fig. 3 et 4).

Discussion

Pour la prothèse maxillaire, nous n’avons pas eu recours à une plaque métallique. Le patient était habitué à l’épaisseur de sa prothèse temporaire.
La prothèse maxillaire a été polymérisée sur le modèle de travail dupliqué avec les coiffes coniques. Ceci exige l’utilisation d’une résine de grande qualité, homogène et de faibles variations dimensionnelles. La résine IvoBase HI® (Ivoclar Vivadent™) est une résine injectée qui présente de nombreux atouts : qualité mécanique, forte densité et faible taux de monomère résiduel. Dans le cas présent, la seule difficulté a consisté à replacer les coiffes en bouche dans une position strictement identique à celle du laboratoire. Une gouttière thermoformée a permis de réaliser simplement cette étape clinique.
Dans l’hypothèse d’une plaque palatine métallique, la solidarisation clinique des contre-coiffes à cette dernière permet de transmettre les données au laboratoire.
Pour la prothèse mandibulaire, la question du nombre nécessaire de mini-implants s’est posée. Une étude avec seulement deux ans de recul ne donne pas de différence significative avec deux ou trois implants étroits (implants Bone Level®,Straumann™, diamètre 3,3 mm). Cependant, ces implants sont plus larges que ceux que nous avons utilisés.
Elsyad et coll. ont obtenu sur cinq ans des taux de satisfaction importants pour des patients traités à la mandibule par quatre mini-implants (1,8 mm de diamètre). Dans cette étude, les implants sont également monoblocs et portent des attachements de type O-Ring®. Le schéma occluso-fonctionnel retenu est une occlusion bilatéralement équilibrée. Cependant, la maintenance prothétique est importante avec ce type d’attachement.
À la lecture de ces articles nous avons retenu une solution intermédiaire compte tenu de la largeur de la crête exploitable : trois implants monoblocs.
Afin de ne pas créer d’imprécision sur l’occlusion réalisée, les patrices ont été connectées directement en bouche et seulement après vérification de la réalisation maxillaire.
La principale difficulté avec les implants monoblocs est la gestion de la cicatrisation gingivale. Classiquement, la hauteur du pilier Locator® est choisie en rajoutant un millimètre à la hauteur muqueuse. En fin d’ostéointégration, une des matrices était un peu trop haute, l’emploi de deux gaines d’isolation et la création des évents ont évité des fusées de résine dans l’intrados.

Conclusion

Bien que méconnu en France, le système de rétention secondaire reposant sur le principe télescopique est redoutablement efficace.
Son succès est dû au fraisage de haute précision, la rétention étant obtenue par friction des pièces. Le joint salivaire n’est qu’un activateur supplémentaire. La dualité des alliages utilisés pérennise le système.
Encore une fois, l’apport de la CFAO pour ces techniques de fraisage est indéniable. La qualité de conception et de fabrication assistée par ordinateur élève le niveau de précision et permet d’élargir les indications.
Enfin, il faut souligner que ces prothèses amovibles retenues par des piliers et coiffes télescopiques présentent une maintenance moins complexe pour les patients en comparaison des reconstructions de grandes étendues scellées ou vissées (bridge implantaire ou bridge de type pilotis).

  • Que pensez-vous des implants monoblocs dans les situations de crêtes extrêmement fines ?
  • Pensez-vous que les technologies de brossage électriques sont intéressantes dans la maintenance, surtout chez les patients âgés ?

Laisser un commentaire