Naviguer / Chercher

Intérêt des dents Premium® sur une prothèse implanto-portée en Peek

Nous vous proposons dans ce post de détailler pas à pas la réalisation au laboratoire d’une prothèse complète maxillaire implanto-portée, utilisant le matériau Peek sur lequel sont intégrées des coiffes en zircone et des dents artificielles Premium® 8 (Heraeus Kulzer).

Cas clinique

Le patient, âgé de 65 ans, présente une normocclusion (classe I). Il est porteur d’implants en bouche depuis une quinzaine d’années. Il possède une ancienne prothèse maxillaire transvissée, dont les dents se sont dégradées et se sont régulièrement fracturées. Cette prothèse est devenue disgracieuse et inesthétique, car la résine passait mal les épreuves du temps.
Le praticien lui en propose alors une nouvelle, réalisée en matériau Peek, pour des raisons de confort et pour améliorer le côté esthétique.

Matériaux utilisés

  • Le Peek : il s’agit d’un polymère de hautes performances et de haute technologie à charges céramiques. Il appartient à la famille des polyaryléthercétones. Il est employé avec succès depuis de nombreuses années en chirurgie orthopédique. Ses propriétés mécaniques et sa biocompatibilité sont excellentes. Il présente beaucoup de similitudes sur le plan de l’élasticité avec le squelette osseux humain, et un gros potentiel en ce qui concerne les infrastructures prothétiques.
  • Les dents Premium® 8 : les dents postérieures Premium® 8 sont en matériau MPM (Multiplex Polymer Matrix). Il s’agit d’une résine PMMA hautement réticulée, comportant de nombreuses liaisons croisées (cross-linking).
    Cela présente comme avantages une excellente liaison avec la résine de base et un maquillage aisé, sans cuisson au four. Leur comportement est proche de celui des dents naturelles. Elles sont disponibles en quatre dimensions facilement identifiables (XS, S, M et L), leur morphologie est similaire à celle des dents naturelles.

Réalisation au laboratoire, « pas à pas »

  1. Une maquette en bois simulant l’infrastructure est usinée, puis essayée en bouche, pour valider la conception de l’armature. Quelques modifications mineures sont alors apportées par des ajouts de cire (fig. 1)
    Fig. 1 : La maquette en bois valide la conception de l’armature. Quelques ajouts de cire permettent de finaliser les volumes.
    Fig. 1 : La maquette en bois valide la conception de l’armature. Quelques ajouts de cire permettent de finaliser les volumes.
  2. Usinage de l’armature : l’infrastructure en Peek est usinée par Alkom- Digital (fig. 2a). Nous pouvons observer les zones postérieures qui comportent des couronnes pleines en Peek au niveau des dents 17 et 27 (fig. 2b).
  3.  

  4. Montage des couronnes télescopes en zircone : elles sont conçues et situées avant la pose de la fausse gencive. Dans ce cas clinique, le rattrapage des axes dans la partie antérieure est impossible, car l’angulation est trop importante. L’utilisation de couronnes télescopes nous semble le meilleur compromis pour obtenir un bon résultat esthétique (fig. 3). En vue palatine, les zones cervicales sont lisses pour éviter toute contre-dépouille.
    Fig. 3 : Couronnes télescopes en zircone avant pose de la fausse gencive. Les zones cervicales palatines sont lisses
    Fig. 3 : Couronnes télescopes en zircone avant pose de la fausse gencive. Les zones cervicales palatines sont lisses
  5. Montage des dents Pala Premium® : après les avoir positionnées, une clef en silicone (Optosil-Xantopren) permet au prothésiste de les repositionner et de les rebaser avec du Palavit 55 VS. Les émergences des dents et leurs caractérisations sont travaillées avec Signum Creative pour rechercher et obtenir un parfait mimétisme avec les couronnes en zircone (fig. 4a). Les dents Pala Premium® et les coiffes zircones sont alors toutes repositionnées sur l’armature en Peek, une finition en cire est réalisée, ainsi qu’une clef de l’ensemble (fig. 4b).
  6.  

  7. Création de la fausse gencive : après un ébouillantage et un dégraissage, le prothésiste applique le primer Visiolink (Bredent), puis maquille le matériau Peek avec l’opaque F Rose Signum. La résine PalaXpress ultra est ensuite coulée dans la clef (fig. 5a). La résine est grattée, puis sablée à 50μ. Le prothésiste applique Signum conector avant d’utiliser les différentes pâtes du coffret Pala creactive, pour caractériser la fausse gencive et pour permettre une liaison optimale avec le Peek (fig. 5b). Les finitions sont exécutées, ainsi qu’un brillantage à l’aide d’une pâte diamantée.
  8.  

  9. Travail terminé avant pose en bouche : (fig. 6)
    Fig. 6 : Infrastructure terminée porteuse des dents Pala Premium.
    Fig. 6 : Infrastructure terminée porteuse des dents Pala Premium.
  10. Pose en bouche : l’armature du bridge porteuse des dents Pala Premium® est scellée en bouche (fig. 7a). Les coiffes en zircone sont ensuite placées sur l’ensemble (fig. 7b et c).
  11.  

  12. Résultat final : nous pouvons constater l’aspect fonctionnel et esthétique de l’ensemble en bouche après trois mois de port de la prothèse. Au niveau de la fausse gencive, la résine PalaXpress ultra adhère parfaitement au matériau Peek.
  • Que pensez-vous de ce nouveau matériau ?
  • Auriez-vous traité ce cas de manière différente ?

Laisser un commentaire