Naviguer / Chercher

Empreinte secondaire maxillaire #3 : Les matériaux

Empreinte secondaire maxillaire – Les matériaux

Pour l’empreinte secondaire maxillaire quel est votre matériau préféré? Pourquoi?

Commentaires

Gérard DUMINIL

Je suis resté fidèle au Permlastic qui présente il est vrai quelques inconvénients (salissant!) . J’utilise pour le spatuler le plateau tournant de mon malaxeur d’alginate. Ceci permet d’obtenir rapidement un mélange homogène et d’accélérer le temps de prise. Ok pour le coffrage et la coulée que je réalise rapidement personnellement.

simon

Bonjour,
J’utilise pour ma part un alginate pour cette étape, il a l’avantage d’être hydrophile, élastique et de présenter un temps de prise court.
Vous n’en parlez pas dans votre diaporama comme étant un matériau indiqué, pourquoi ?

Je ne rencontre pour ma part, pas de problème de rétention des mes prothèses totales avec cette technique, qu’en pensez-vous ?

Au passage, merci pour vos posts qui sont d’excellents rappels.

Juste une précision peut-être sur celle ci, il convient à mon sens lors de ce rebasage d’effectuer de nouveaux tous les mouvements exécutés à l’étape précédente afin de solliciter de nouveau la musculature et les tissus mous ou durs (apophyses coronoides de la mandibule) périphériques.
Quel est votre avis sur ce point ?

Maxime HELFER

Bonjour Simon

Merci pour votre commentaire sur les matériaux .
Il est vrai que l’alginate est peu employé lors des empreintes secondaires pour plusieurs raisons :
Le temps de prise est souvent trop court pour pouvoir faire réaliser le ensemble des mouvements (tests de Herbst) de manière répétitive .
Je précise ici qu’il faut effectivement réitérer ces tests lors de l’empreinte finale, qu’on peut même « aider » en mobilisant soi même les tissus périphériques puisque l’enveloppe fonctionnelle à déjà été enregistrée à l’étape du marginage (on ne pourra pas risquer de sous-extension )
La deuxième raison est le problème de la conservation du matériau puisque contrairement à l’empreinte primaire , l’empreinte secondaire est rarement coulée au cabinet dentaire. (Le coffrage complique la procédure et il faut un plâtre extra dur )
La dernière raison (et la plus importante) est la compressivité de l’alginate qui provoque systématiquement des sur extensions ( qu’on corrige d’ailleurs lors de l’élaboration du PEI)
Cela ne nuira en effet pas a la rétention ( au contraire !) pas risque de provoquer des blessures au niveau des bords.
Pourquoi ne pas essayer alors un polyether par exemple ?

Laisser un commentaire