Naviguer / Chercher

Cas clinique #1

Une patiente âgée de 76 ans consulte pour renouveler ses anciennes prothèses défectueuses. Elle est édentée totalement au maxillaire et partiellement à la mandibule (Cl 1 de Kennedy). Les incisives mandibulaires présentent des atteintes parodontales terminales. L’ensemble des dents restantes sont couronnées. Le contrôle de plaque est limité. Elle souhaite un traitement rapide, fiable et les prothèses amovibles la satisfont.

Quelle est votre proposition de traitement : quelles dents conserver ? Quel type de prothèse ?
Quelle sera la position de référence en occlusion ?
Quel schéma occlusal choisissez-vous ?
Quel matériau pour les dents artificielles ?

Commentaires

tarekb

– extraction des dents avec parodontites terminales
– rajout sur le stellite en attendant la cicatrisation complète
– concernant les dents restantes couronner ,si elles sont conservable,c’est a dire support paro correct et bonne adaptation,on garde,sinon idem que les incisives(ext+rajout sur stellite)
– apres cicat,complet haut et stellite bas ou complet bas ,en fonction de la configuration choisi
– occlusion en OIM si on arrive à la retrouver facilement,sinon en RC
– dent en résine

Marcel Carton

Il me semble que la conservation d’une ou deux dents du bloc incisif mandibulaire risque de ne pas être très efficace en matière de rétention-stabilisation de la prothèse mandibulaire permanente envisagée. Donc j’opterai plutôt pour une réflexion implantaire. Et là toutes les options sont ouvertes, tant pour le maxillaire que pour la mandibule. Il serait bon de disposer d’imagerie 3D des maxillaires pour envisager les différentes options, depuis les PACSI jusqu’aux bridges complets et aux techniques all on 4.
Pour ce qui concerne le schéma occlusal il sera fonction de la thérapeutique restauratrice retenue: même si bien sûr toute restauration se fera en RC; mais le schéma occlusal ne sera pas le même pour des prothèses complètes amovibles et pour des prothèse implantaires.
Le matériau des dents prothétiques dépendra aussi de l’option thérapeutique choisie.

riri

Parodontite terminale à la mandibule c’est peut être un peu expéditif au vu des radios comme jugement. Je n’extrais pas en 1ère intention tant que la mobilité n’est pas en stade 4. Ensuite assainissement, enseignement d’un protocole type Charon strict et réévaluation a 4 mois !
Pour M. Carton : parfois le maintien de 2 ou 3 dents à la mandibule avec des attachements axiaux genre bouton pression sur chape de recouvrement donne des résultats très corrects avec un coût modeste.
Après il faut aussi connaitre la motivation de la patiente. Si elle souhaite passer a du tout implantaire pourquoi pas ? idem si elle est pressée (un all on 4 c’est une solution rapide) d’autant que la suppression des dents entraine généralement un forte réduction des risques de périimplantite…

Maxime HELFER

Commentaires intéressants …
Il s’agit d’un cas assez ancien, pas forcément iconographié de manière idéale…en particulier au niveau radiographique.
Néanmoins les incisives sont effectivement compromises.
La solution implantaire fixe de type All on four constitue une démarche probablement judicieuse, fiable, face à une PAC maxillaire et rapide si MCI.
La patiente déjà âgée lors de la consultation souhaitait éviter la chirurgie et était habituée à des prothèses amovibles, sans doléances exceptée l’usure et le vieillissement des dents et des bases prothétiques.

Nous avons opté dans cette situation pour la conservation des canines 33 et 43 et la mise en place de chapes munies d’attachements intra-coronaires axiaux, des DALBO précisément et la réalisation de deux prothèses amovibles complètes type overdenture.
La patiente est porteuse de ses prothèses depuis 9 ans, nous activons les attachements régulièrement et contrôlons la sustentation qui doit rester strictement ostéo-muqueuse, ainsi que la béance antérieure (elle a toujours tendance à s’estomper par usure des dents postérieures et avancée mandibulaire du patient)

La position choisie d’OIM est forcément la relation centrée ( même dans le cas de prothèse unimaxillaire) puisqu’il n’existe plus de références dentaires sur au moins une arcade.

Le choix des dents prothétiques est effectivement lié au choix thérapeutique (M. C.)
Qu’en pensez-vous ? Que choisiriez-vous dans ce plan de traitement ?

Laisser un commentaire