Naviguer / Chercher

Résultats quiz Emploi des adhésifs pour prothèse amovible

Merci aux 107 confrères/consoeurs qui ont répondu à notre questionnaire sur l’emploi des adhésifs en prothèse amovible !
Cette étude succincte est riche d’informations sur les conseils prodigués par les praticiens. Elle complète le quiz sur les conseils d’entretien des PAC que nous avions réalisé le mois dernier.

Alors que les professionnels et les universitaires parlent finalement peu de ces compléments, ces « béquilles » ajoutées à nos prothèses, considérant qu’une prothèse bien réalisée n’en nécessite pas, on se rend compte que la très grande majorité des cliniciens en parle et en donne à leur patient !

Vous prescrivez des adhésifs à vos patients :

Les résultats à cette première question sont rapportés dans le diagramme ci dessus ; on note que seul un praticien sur 18 n’en parle jamais ! L’immense majorité a répondu : dans certains cas ou lorsque le patient n’est pas satisfait, c’est à dire peu ou prou dans les mêmes cas !

Près d’ 1 sur 10 le fait systématiquement par habitude et même si le patient est satisfait, considérant que cela fait partie des conseils classiques d’entretien et de maintenance.

Leur montrez-vous comment les employer / les mettre dans l’intrados ?

Les sondés répondent presque à l’unanimité (94 %) qu’ils montrent au patient comment utiliser la pâte adhésive. Mis à part la situation du renouvellement de prothèses et d’un patient déjà rompu à l’utilisation des adhésifs, il apparaît essentiel d’expliquer au patient les avantages et les inconvénients (nettoyage lors du retrait en particulier !) et de lui montrer la manière de l’employer.

En effet, nombre de patients, notamment âgés, ont une dextérité manuelle limitée et/ou sont totalement inexpérimentés dans la manipulation de tels produits.

Ils ont souvent tendance à mettre trop de matériau dans l’intrados prothétique, ce qui n’améliore pas forcément la rétention mais complique le nettoyage et provoque une sensation désagréable si des excès débordent.

Cela s’explique par la diminution de viscosité et l’augmentation de volume lors de l’imbibition par les fluides salivaires.

Leur conseillez vous une marque en particulier ?

2/3 des praticiens ne conseillent pas de produit particulier, considérant probablement que les produits commerciaux sont équivalents ; ce qui est probablement le cas.

A notre connaissance aucune étude indépendante sérieuse n’a encore testé les adhésifs dentaires, seuls des sites promotionnels des marques vantent « les mérites de leur produit »…

Le tiers restant conseille une marque précise, peut être par habitude ou car ils ont reçu des échantillons ?

Leur donnez-vous un échantillon ?


Nous sommes sans doute nombreux à recevoir des laboratoires des échantillons de pâte adhésive, plus que de cas de prothèse amovible dans nos cabinets !

Mais les laboratoires ne s’y sont pas trompés car prêt de 9 praticiens sur 10 les donnent au patient, qui la plupart du temps achètera spontanément un produit identique, le connaissant déjà et considérant que son praticien lui a donné le « meilleur produit pour lui ».

Commentaires libres des internautes

Voici les principaux commentaires laissés par les confrères interrogés :

Commentaires
Je considère l'emploi d'adhésif comme un échec de ma thérapeutique de l'edenté complet. Je ne l'utilise qu'en traitement provisoire.
En général ils apprécient de repartir avec le tube échantillon après ma démonstration d'application.
Je ne "prescris" pas vraiment : j'en explique les bénéfices possibles. Merci aux labos qui nous fournissent des échantillons.
La plupart du temps mes patients avertis me demandent si du zinc entre dans la composition de l'adhésif.
plus souvent conseillé pour prothèse complète, parfois en partiel, en cas d'édentement unilatéral postérieur de grande étendue
Fixodent pro
prothese complete mais aussi partielle.

Conclusion

Il faut insister ici sur le fait que l’emploi de produit adhésif est un traitement complémentaire qui ne rattrape pas une prothèse mal conçue ne respectant pas les critères de qualité indispensables.

Mais c’est le « petit plus » tant psychologique que réel qui permet d’améliorer les choses en particulier à l’arcade mandibulaire en l’absence d’implant. Si le patient en ressent l’utilité, pourquoi ne pas lui présenter cette solution complémentaire en insistant aussi et surtout sur la maintenance occlusale et des bases prothétiques, qui finissent très souvent inadaptées au bout de quelques années.

Une prothèse mal équilibrée, ou en inadéquation avec les tissus de soutien ostéomuqueux sous jacents, ne donnera jamais satisfaction (adhésif ou non !). Elle nécessite au minimum un rebasage et une équilibration occlusale, voire une réfection complète…

Laisser un commentaire