Naviguer / Chercher

Les dents Genios®, une réussite esthétique et fonctionelle

L’allongement de l’espérance de vie avec un gain qui se situe entre 1,5 et 3 mois par an entraîne un vieillissement inévitable de la population. Selon l’INSEE, alors qu’en 2000, les personnes âgées ne représentaient qu’un cinquième de la population française, en 2035, elles en représenteront plus d’un tiers.
Plus précisément, dans l’hexagone, les patients âgés de 65 à 74 ans sont porteurs à plus de 60% de prothèses amovibles partielles ou complètes. Ces chiffres encouragent à nous intéresser de près aux seniors et à leur état bucco-dentaire.
Outre l’aspect strictement fonctionnel des traitements proposés à cette catégorie de la population, on observe un accroissement de la demande de traitements esthétiques, qui s’étend à toutes les disciplines de l’odontologie. Le développement du concept de « Biomimétique » en dentisterie, ouvre la voie à des techniques qui tendent à se rapprocher du naturel.
Au regard de l’ensemble de ces paramètres et afin d’optimiser l’intégration esthétique et fonctionnelle de nos traitements prothétiques, le choix des dents artificielles est une étape clé qui permettra, comme le souligne Palla, de « redonner l’expression naturelle du visage pour en restituer l’image, donner l’illusion d’une denture naturelle et rendre à l’individu sa dignité ».
Dans ce post nous proposons d’exposer les avantages apportés par les dents Genios® en prothèse complète traditionnelle ou supra implantaire par deux cas cliniques. Les dents Genios® sont en résine et présentent une structure IPN (Interpenetrated Polymer Net-work). Il s’agit d’une résine acrylate à base de polyméthacrylate de méthyl hautement réticulé. Lors de la polymérisation, des liaisons se forment entre les chaînes primaires et les chaînes secondaires. La structure tridimensionnelle obtenue, offre au matériau une rigidité beaucoup plus importante, et procure une résistance à l’abrasion et au développement des fissures.

Cas clinique N°1

Notre premier cas illustre une situation fréquemment rencontrée, à savoir une patiente âgée de 66 ans qui souhaite la réfection de ses deux prothèses amovibles complètes (PAC) dont elle n’est plus satisfaite (fig. 1).
L’examen du visage de cette patiente révèle un affaissement des tissus mous avec une accentuation des plis et sillons faciaux liés à une perte de dimension verticale d’occlusion. Nous observons également un manque de soutien de la lèvre supérieure, ce qui amplifie l’impression de vieillissement.
L’analyse du sourire dévoile une asymétrie horizontale du montage avec un corridor vestibulaire à droite trop prononcé, ce qui procure une impression de « vide » entre la partie interne de la joue et les dents. Le plan horizontal, quant à lui, pour répondre aux critères esthétiques et fonctionnels, doit être parallèle à la ligne bipupillaire. Or, dans le cas présent, il remonte vers la droite. Enfin, l’interligne incisive est recentrée à gauche, alors qu’elle doit idéalement être positionnée sur l’axe de symétrie du visage (fig. 2).
À l’issue de l’examen clinique, nous proposons donc de nouvelles prothèses munies de dents Genios® s’inscrivant dans un protocole de réalisation classique des PAC (fig. 3).

Le schéma occlusal retenu est celui de l’occlusion bilatéralement équilibrée généralisée, qui se caractérise par une absence de contact entre les dents antérieures en occlusion d’intercuspidie maximale. Lors des mouvements excentrés, l’ensemble des bords libres des dents antérieures et l’intégralité des versants cuspidiens des dents postérieures, sont en contact afin d’assurer la stabilité des prothèses (fig. 4).
Une autre caractéristique intéressante retrouvée dans la gamme Genios®, concerne les prémolaires. Elles sont disponibles en deux tailles, réduite (XR) et standard (XL). La version réduite peut être utile, dans les cas où la distance interarcade est faible, ce qui nécessite l’emploi de dents ayant une faible hauteur coronaire. La version XL, de par sa longueur augmentée est indiquée lorsque l’espace prothétique est important. Elle est également pertinente pour reproduire un alignement des collets avec les dents antérieures lorsque celles-ci ont des dimensions significatives (fig. 5 ).

Cas clinique N°2

Le second cas présenté, concerne un patient de 55 ans qui a été atteint de la maladie de Capdepont, autrement connue sous le nom de dentinogenèse imparfaite. Ce patient est porteur d’une PAC depuis presque 35 ans au maxillaire, et d’une PAP à la mandibule. Il souhaiterait, si possible, une solution prothétique qui serait fixe au maxillaire afin de pouvoir « supprimer le palais » (fig. 6).
Nous avons proposé au patient un bridge supra-implantaire sur pilotis au maxillaire, supporté par 6 implants, et à la mandibule une PAC stabilisé par deux implants.
Une fois l’ostéointegration des 8 implants validée grâce aux prothèses temporaires, nous pouvons finaliser le traitement (fig. 7). Là encore, le protocole de réalisation des prothèses s’inscrit dans un schéma classique, répondant aux critères esthétiques et fonctionnels de la discipline.
La prothèse pilotis est une restauration composée d’une armature supra-implantaire transvissée en titane, usinée par CFAO sur laquelle sont montées des dents prothétiques et une fausse gencive. Ce traitement nécessite donc une hauteur prothétique importante. Or, fréquemment, l’insuffisance de hauteur prothétique disponible en rend difficile la mise en œuvre (fig. 8). La gamme Genios® propose pour pallier cette difficulté, une forme de dents réduites qui présentent exactement les mêmes dimensions que les formes standards, à l‘exception de leur partie basale qui est réduite (fig. 9).

Enfin, cette dent présente un autre avantage lors de la réalisation de bridge sur pilotis : sa résistance obtenue du fait de la résine IPN. Les dents en résine sont préférées aux dents composites dans ce type de restauration, en raison de l’operculisation nécessaire des dents pour le passage des vis implantaires (fig. 10, 11).

Conclusion

L’augmentation de la réalisation de prothèses amovibles à cause du vieillissement de la population et le nombre croissant de demandes de traitements implantaires, dans un contexte où l’esthétique joue un rôle majeur, nécessitent l’utilisation de dents prothétiques qui répondent aux difficiles cahiers des charges imposés par la cavité buccale.
Les dents Genios®, grâce à leur structure en IPN offrent une rigidité et une résistance à l’abrasion, permettant de pérenniser les traitements prothétiques, tout en apportant un résultat esthétique remarquable, obtenu grâce à une stratification de 5 couches de résines différentes.

  • Quels sont vos critères de choix pour les dents prothétiques ?
  • Choisissez-vous les dents en concertation avec votre prothésiste ?

Commentaires

271192ndg

Bonjour à tous et merci pour ce post intéressant.
Pour les prothèses complètes il m’arrive d’utiliser les dents Phonares, qui ont à mon sens une esthétique incomparable, notamment dans mes cas de prothèses PAC maxillaire et PILOTIS à la mandibule.
Leur inconvénient à mon sens est leur fragilité, notamment quand le patient lache sa prothèse au nettoyage. Sur la partie Pilotis, je n’ai pas eu de problème.
Je ne connais pas ces dents Genios, mais j’en parlerai à mon prothésiste.
Véronique

Laisser un commentaire