Naviguer / Chercher

Comment éviter les excès de ciment/colle en prothèse scellée sur piliers implantaires #2

Merci à ceux et celles qui ont participé à cette discussion dans le post 1.

Il apparaît primordial d’employer un matériau d’assemblage radio opaque et de réaliser un contrôle radiographique systématique de couronnes implantaires.
Mais pour limiter les quantités et améliorer l’accès tant visuel que technique pour l’élimination des résidus trois points nous paraissent essentiels :

  • favoriser dès que possible le vissage de piliers anatomiques, désormais répandus dans tous les laboratoires et les centres d’usinage, grâce au développement de la CFAO.
    Ces piliers, par leur limite en adéquation avec la gencive marginale dont ils suivent le contour, évitent que le joint de ciment ne se trouve à plusieurs millimètres dans le sulcus.

  • une méthode intéressante consiste à effectuer un pré scellement des restaurations (c’est aussi valable bien entendu sur dents naturelles) sur le MPU ou un duplicata en résine du pilier dans le cas de l’implantologie, qui aura été fabriqué préalablement par la laboratoire par exemple en usinant le même que l’original dans un matériau peu couteux.
    Ainsi la quasi totalité des excès restent sur le duplicata tout en répartissant de manière optimale l’agent de liaison dans l‘intrados de la restauration prothétique (Vindasiute E. et al (2013), Yuzbasioglu E. (2014)).

  • enfin le passage lors du scellement ou du collage avant réaction de prise totalement terminée, d’accessoires adaptés assure un nettoyage optimal. On peut citer :
    • le fil dentaire, en particulier large de type Access Floss
    • les brossettes interdentaires
    • les bâtonnets souples siliconés comme les Soft Picks de GUM très utiles
    • la lame 12 de bistouri employée délicatement s’avère aussi redoutable pour retirer le surplus de matériau.
    soft picks

Commentaires

Gérard DUMINIL

Bonjour, le problème d’élimination des excès de ciment se pose également lors du scellement d’un bridge, et parfois avec plus de difficulté au niveau des éléments intermédiaires jouxtant le pilier. Personnellement je procède à une enduction du tiers cervical des éléments avec de la vaseline apposée avec une mini brush. Je passe également du fil dentaire noué au niveau occlusal de chaque embrasure. Une fois mis en place, il est ainsi facile d’utiliser le fil pour nettoyer les zones de jonction pilier/couronne et passer le fil sous le pontique. La radio reste un élément de contrôle mais qui ne gère que les faces proximales. Ceci est valable bien sur dans le cas de dents naturelles.

mdom

Bonsoir Maxime Helfer,
Merci pour le partage de vos connaissances, source de réflexion et d’échanges.
Cependant je ne suis pas totalement séduit par la solution qui consiste au pré-scellement des restaurations sur le MPU, car je pense qu’il peut exister suite à cette méthode, non pas un excès de ciment, mais une insuffisance de ciment au niveau de l’intrados des restaurations, créant ainsi des espaces pour le développement des bactéries.

Maxime HELFER

Vote remarque est intéressante.
C’est pour cette raison que je n’insère pas la pièce prothétique tout à fait à fond sur le MPU afin de ne pas chasser tout le ciment.
Mais je pense qu’au contraire on le repartit sur l’ensemble de la surface par cette méthode et on limite les manques en réalité ou les bulles.
De plus si l’ajustage est de qualité (joint < 100 microns env. ) et la viscosité du ciment adaptée (pas trop épaisse) , le matériau s'étale partout et on remarque qu'il y a encore des excès qui fusent !

Il faut en fait très peu de matériau !

En mettre trop augmente par contre le risque de sur occlusion et d'un joint épais irritant pour le parodonte et davantage soluble à long terme…

Laisser un commentaire