Naviguer / Chercher

Quel traitement pour monsieur B ? #3

Quatre ans après la réalisation prothétique, la racine de 35 a été extraite à la suite d’une alvéolyse terminale. L’année suivante, c’est la 48 qui a été perdue. Entre temps, un implant a été placé en position de 43 pour recevoir un attachement axial de type Locator®. Une simple réfection de base a permis d’intégrer la partie femelle de l’attachement et de conserver une prothèse stable et fonctionnelle.

  • La position de l’implant vous semble-t-elle judicieuse?
  • Que pensez-vous du pronostic de cette « nouvelle » prothèse?

Commentaires

Marcel Carton

A mon avis l’avenir de cette nouvelle prothèse est lié à celui de la 33.
Pourquoi ne pas avoir envisager de mettre simultanément des implants en 33 et 43 qui auraient sans doute permis une meilleure stabilisation de la prothèse? N’est-on pas typiquement dans ces situations où le praticien transige avec les normes prothétiques, pour être gentil avec le patient, lui faire faire des économies? Au total le patient va passer bien plus de temps en soins et n’aura jamais la bonne prothèse.
Notre excès de conservatisme nous empêche de poser des plans de traitement sur le long terme. De l’autre coté, extraire à tout va est aussi un risque pour la dentisterie moderne.

hodina

Bonjour,
Pour moi, la position de l implant en lieu et place de la 43 me semble judicieuse.
Par contre c est la différence de hauteur entre le locator et le système d attachement en 33 qui risque selon moi de poser problème à moyen ou long terme.
Les axes d insertion ne semblent pas non plus parallèle.
Bien prévenir le patient de venir régulièrement au cabinet et le prévenir de la possible evolutivité de ce systeme de PACSI.

laurentrb

Pourquoi avoir fait évoluer cela et ne pas avoir directement sauté le pas avec une PACSI avec deux locator ou bouton pression ou trois implants et une barre. Garder la 8 pour un petit maintient pendant l’osteo integration des implants et extraction de la 8 le jour de la deuxième phase chir des implants.. Je ne comprends pas bien cet element « évolutif » de dents qui semblent de toute façon condamnées a breve échéance .

hodina

Laurentrb , d accord avec toi, mais les patients ne voient pas toujours cela du même œil que nous, et entre ce qu il faudrait faire, ce qu,on veut faire et ce que le patient peut et veut faire, il y a souvent un compromis à trouver.
Il sera toujours possible de poser un implant en 32 le jour de l avulsion de 33, quand la 33 sera à bout de souffle et de faire une mise en charge précoce.
Le patient aura droit à une deuxieme chirurgie avec les coûts qui lui sont liés…….

Jean-Marie CHEYLAN

Merci pour ces commentaires…le choix de conserver 33 est motivé par la qualité du support (racine robuste, qualité du parodonte), et non en raison de critères économiques. La conservation de la dent permet de maintenir le volume alvéolaire, et sa position, symétrique à l’implant, est favorable sur le plan biomécanique. Effectivement, rien ne s’opposera à la mise en place, dans quelques années, à un implant supplémentaire en position 32 ou 34. C’est un point de vue qui est naturellement discutable, mais qui est aussi dépendant du choix du patient, conscient du caractère évolutif du traitement… et après tout assez favorable à l’idée de gagner 3 à 5 ans avant de recevoir un ou deux nouveaux implants!

Laisser un commentaire