Naviguer / Chercher

Perte prothétique : quelle temporisation? #2

7

Suite au post précédent, et pour ce cas dont la prothèse est perdue, il est convenu de réaliser des nouvelles prothèses fixées maxillaires et mandibulaires sur implants après comblements sinusiens et dépose des anciens implants mandibulaires. Une certaine difficulté apparaît quant à la phase de temporisation dans la mesure où la profession du patient, d’une part, interdit la mise en place de moyens de rétention visibles, et d’autre part nécessite une réelle intégration et stabilité des prothèses transitoires.

Comment gérez-vous la temporisation esthétique au maxillaire après les extractions des dents postérieures remplacées par les implants?

Commentaires

jptoubol

Difficile de comprendre votre question au vu de cette seule radio d’autant qu’on ne peut pas se connecter sur le post précédent…

Jean-Marie CHEYLAN

Dans le post précédent, nous nous intéressions aux différentes solutions prothétiques envisageables pour compenser la perte des bridges maxillaires et du secteur 4. La solution réalisée in fine (comblement sinusien et pose d’implants après dépose des fixtures du secteur 4) est illustrée par la radiographie panoramique. La question posée concerne la période de temporisation post-extractionnelle, : faut-il laisser le patient totalement édenté en postérieur? Faut-il réaliser une prothèse amovible et si oui, comment éviter des crochets visibles sur les dents antérieures bordant l’édentement? Peut-on raccourcir les délais de cicatrisation, greffe et implantation sans prendre de gros risques ?

isnama

Ca me parait difficile de laisser le patient sans dents postérieures (il reste de 13 à 23). Ne peut-on pas prévoir une PAP provisoire avec des crochets acétaliques sur les canines ?

Jean-Marie CHEYLAN

Les crochets de type « acétalique » ont l’avantage de la couleur… pas d’éclat métallique à redouter. Leur médiocres qualités mécanique (perte d’élasticité rapide, rupture précoce par fatigue) en limitent leurs indications sur les prothèses d’usage à châssis métallique. Sur les prothèses provisoires, cet inconvénient est moindre. Néanmoins, ces crochets sont plus volumineux que les crochets métalliques (pour garantir leur résistance), et restent tout de même assez disgracieux : voir photo ci-jointe

Laisser un commentaire