Naviguer / Chercher

Perte prothétique : l’intérêt de conserver les dents de sagesse #3

Comme on l’a vu avec les posts #1 et #2, la conservation des dents de sagesse maxillaires a permis d’assurer la rétention de la prothèse amovible transitoire sans nécessiter la présence de crochets sur les canines. Noter l’intégration esthétique des dents et de la fausse gencive sur les photos exo et endo-buccales. A la mandibule, la dent de sagesse a permis l’ancrage du bridge du patient tout au long des phases chirurgicales et d’ostéointégration.
Ces dents de sagesse seront extraites par la suite.

Quel schéma occlusal doit-on privilégier en fin de traitement dans cette situation où ne subsistent que les 6 dents antérieures maxillaires?

Commentaires

Marcel Carton

Beau cas!
Pour ma part j’aurais choisi une protection canine en latéralités et des conatcs antérieurs exclusifs en propulsion. Pour une occlusion d’OIM strictement placée en RC.

Jean-Marie CHEYLAN

Effectivement dans la situation présente (guidage antérieur fonctionnel), la solution de choix est celle que vous proposez. Les dents naturelles assurent la totalité du guidage antérieur : canines en diduction et les 6 dents antérieures pour la propulsion. Ainsi, les restaurations postérieures ne participent pas au guidage et les couronnes implanto-portées ne subissent aucunes contraintes transversales. C’est une situation « idéale » qui rend facile l’intégration prothétique.

Laisser un commentaire