Naviguer / Chercher

Docteur, je ne veux pas de crochet visible ! #1

Madame D présente un édentement particulièrement disgracieux lors du sourire (Fig. 1,2,3). Elle souhaite une réhabilitation esthétique sans crochet sur sa canine.

Une solution par prothèse fixe implanto-portée est écartée car la hauteur osseuse sous-sinusienne est très faible dans les secteurs molaires et la patiente refuse toute chirurgie d’apposition.

  • Quelles solutions thérapeutiques faites-vous à la patiente ?
  • Proposez-vous l’emploi d’attachements ?
""->""

Commentaires

naval

Mes chers confrères
Les attachements m’ont souvent déçus. Nécessité de se revoir. De plus l’arcade de Madame D parait en parfait état.
La rotation de la canine sur elle même est à examiner sur le modèle en plâtre.
Pourquoi ne pas envisager un crochet court en distal débordant à peine sur la face vestibulaire, elle même orientée vers l’arrière?
Avantage: solution simple, peu onéreuse, discrète. Manipulation facile pour le patient. Aucun entretien. Crochet solide non visible pour notre patiente.
Cette solution est à trouver avec son prothésiste. Ce qui nécessite de l’avoir avec soit.
Bien à vous

cricri

Bonjour,
Oublions les crochets acétal , qui vieillissent très mal.
Je teste en ce moment des crochets plastiques transparents, plus faciles à activer, en les chauffant, et qui paraissent donner de bons résultats.
A suivre sur le long terme.

njm94

Bonjour,
je viens de faire quelques cas avec chassis métallique et bases en flexite avec le crochet intégré en flexite aussi. L’esthétique de la base est moins belle qu’avec une résine classique et le problème à long terme est surtout l’impossibilité de rebasage. Par contre patient très content car crochet quasi invisible.

hodina

Mon commentaire semble s’être perdu….
Je proposais la mise en place d’un implant avec système locator en place de 24.

jeanmichelbodaud

Tout à fait d’accord avec hodina, implants en place de 24 et17 donnent avec un recul certain, un grand confort au patient.

Jean-Marie CHEYLAN

chers confrère,
pour la solution classique proposée par Naval, d’accord avec une réserve toutefois : lorsque le crochet est court, il ne peut pas beaucoup se déformer élastiquement, et il faut donc que la zone de retrait pour l’extrémité soit de faible profondeur… il y a donc un compromis à trouver entre longueur (mais risque de visibilité) et efficacité. Concernant les crochets acétal, d’accord pour dire que leur durée de vie est limitée. Je crains que les crochets en plastiques ne soient également pas durables, du fait de leur nature même (cela reste du plastique ) Quand aux prothèses en flexite, nous y sommes formellement opposés, sauf en cas de provisoire : voir à ce sujet un post précédent visible sur le blog. Ce sont des prothèses non décolletées, non rigides et donc nocives pour le parodonte à long terme. Les patients en sont toujours satisfaits car esthétiques et « confortable » mais cela crée de gros dégâts par la suite. D’autant qu’il y a de la résine qui vient en vestibulaire sur la muqueuse et qui entraîne à terme des récessions de gencive. L’idée de l’implant semble intéressante!

njm94

Chers confrères,
Je parlait de prothèse flexite sur chassis métallique ce qui résout les problèmes de décolletage et de rigidité .

Laisser un commentaire