Naviguer / Chercher

La barre cingulo-coronaire. Quelles indications en PAP ?

Voici quatre châssis métalliques élaborés pour compenser des édentements de différentes classes de Kennedy.

Quels arguments sont en faveur de l’indication ou de l’absence de la barre cingulo-coronaire pour chacun d’entre eux ?
Bibliographie

  • Begin M, Fouilloux I. La prothèse partielle amovible : conception et tracé des châssis. Paris: Quintessence International, 2004.
  • Schittly J et Schittly E. Prothèse amovible partielle – Clinique et laboratoire. 2ème édition, Rueil-Malmaison, Collection JPIO, éditions CdP, 2012.
""->""

Commentaires

janea

Les barres corono-cingulaires participent je pense à la stabilisation et la sustentation des châssis. Elles sont envisagées pour éviter leurs bascules antéro-postérieures en particulier en cas d’édentements distaux postérieurs. Elles doivent aussi contribuer à limiter les rotations autour d’un axe constitué par deux dents bordant un édentement terminal. Mais je suis sans doute insuffisamment formé. Vos articles me sont utiles et je vous en remercie.
Le cas en bas à droite où les édentements ne sont pas terminaux ne me semble pas nécessiter de barre corono-cingulaire. J’en mettrais une pour le bas en bas à gauche.
Merci de votre enseignement

Jean-Marie CHEYLAN

Vous avez parfaitement raison : les barres corono-cingulaires participent à la sustentation et à la stabilisation mais effectivement leur intérêt principal est de s’opposer au mouvement de bascule antéro-postérieur qui a tendance à survenir en présence d’édentements postérieurs : elles ont donc un rôle de « rétention indirecte ». Elles sont donc indiquées à chaque fois que l’on est dans un contexte de classe 1 ou 2 de Kennedy. Sur le cas mandibulaire de Classe 2 (en bas à gauche), il aurait fallu en disposer une… Mais on se heurte ici à une difficulté car il y a des diastèmes inter-incisifs… qui l’ont donc contre-indiquée. Lorsqu’il existe une occlusion défavorable au maxillaire (recouvrement incisif important), cela constitue une deuxième cause de contre-indication. Bravo pour votre analyse!

Laisser un commentaire