Navigate / search

Gouttière en haut ou en bas ? #1

  1. Gouttière en haut ou en bas ? #1
  2. Gouttière en haut ou en bas #2

Est-il préférable de placer les gouttières au maxillaire ou à la mandibule ? Cette question revient régulièrement lors des formations, conférences ou travaux pratiques. Et il est vrai que les multiples publications indiquant la mise en place de gouttières occlusales proposent de les placer tantôt en haut ou tantôt en bas. Certains auteurs privilégient la mandibule et d’autres le maxillaire. Tous les goûts sont dans la nature et chacun peut avoir ses habitudes. Il reste pourtant utile de réfléchir à la question de savoir si les gouttières peuvent toujours être placées sur la même arcade ou s’il est préférable de définir l’arcade optimale en fonction des conditions cliniques.
C’est à cette réflexion que je vous invite à partir des 18 illustrations ci-dessous, placées sans ordre clinique particulier (pour des gouttières lisses à visée de détente musculaire).

  • Sur les photos présentées, peut-on identifier et caractériser des situations occlusales qui seraient plus adaptées à des gouttières maxillaires, et d’autres à des gouttières mandibulaires ?
  • Peut-on identifier et caractériser des situations qui rendraient impossibles l’utilisation de gouttières maxillaires ou mandibulaires ?

Comments

jbol

Bonjour François Unger,
Pour essayer de répondre à votre question, je prendrai en considération la Classe squelettique, l’importance de l’édentement, la possibilité de réaliser un guidage antérieur et si ces facteurs n’influencent pas le choix, je la réalise préférentiellement en mandibulaire pour une facilité de réglage et un confort qui, d’après les retours que j’ai, est plus important en mandibulaire qu’au maxillaire.
Je réponds selon ces critères en respectant le classement des photographies ainsi:
préférentiellement bas, bas, haut ou rien
haut, bas, haut
bas, ?, préférentiellement bas
rien, préférentiellement bas, ?
préférentiellement bas, haut, haut
haut, haut si réalisable, bas

François UNGER

Merci de ce commentaire important. Pour la clarté du commentaire est il possible de caractérisé chaque image par son numéro. Le numéro de la figure apparait quand la souris passe sur l’image. Merci

hodina

Bonjour
Merci pour ce petit quizz passionnant!!
1- bas
2-haut
3-haut
4-bas
5- bas
6- bas
7-haut
8-bas
9-bas
10-bas
11-bas
12-haut
13-bas
14-bas
15-haut
16-bas
17-pour… haut et bas,
18-haut

Hâte de lire les réponses
A bientôt

mdom

Bonjour Dr Unger, et aux occlusophiles !

J’attendais vendredi avec impatience pour pouvoir lire la réponse et les commentaires sur le sujet « comment faire quand un patient ne se laisse pas manipuler ? ». Je m’aperçois que je ne suis pas le seul à buter sur ce problème. Ce sera peut-être pour vendredi prochain…

Je suis tout de même très heureux de voir encore un post qui aborde une question clinique concrète : orthèse maxillaire ou mandibulaire ?

Voici où je placerais l’orthèse, à première vue avec mon peu d’expérience, et aussi grâce à l’extrait du livre « Manuel d’occlusodontie » d’O. Hüe (cf pièce jointe).

1/ à la mandibule pour combler les édentements, et ainsi permettre un meilleur calage de la mandibule.

2,7 et 18/ au maxillaire (sans recouvrir les bords des incisives maxillaires) pour réduire la pente incisive.

3/ deux sortes de PPA transitoires maxillaire et mandibulaire, sans dents, avec des bourrelets en résine, sans recouvrir les dents à cause des égressions, pour ne pas trop augmenter la DV.

4, 5, 6, 10, 12 et 13/ au maxillaire ou à la mandibule selon la préférence du praticien et du patient.

8/ au maxillaire car en raison de l’endo-alvéolie maxillaire, il est à mon avis plus confortable pour le patient, et plus facile pour le praticien d’obtenir un guidage canin dans les latéralités et en propulsion, en mettant de la résine en vestibulaire plutôt qu’en lingual.

9/ au maxillaire pour faciliter le guidage canin à droite en latéralité et en propulsion en raison de l’inversé d’articulé de 12 et 43 (pour la même raison expliquée pour la photo 8).

11/ au maxillaire
o pour faciliter le guidage canin en latéralités (surtout à gauche) et en propulsion (pour la même raison expliquée pour la photo 8),
o sans recouvrir la 27, en raison de son égression, pour éviter de trop augmenter la DV et permettre le recul mandibulaire. Cette façon de faire entraîne t-elle un risque d’égression ? Je ne pense pas si le port de l’orthèse n’est pas 24 h/24.

14/ au maxillaire car il y a un inversé d’articulé au niveau canine et prémolaires à gauche (pour la même raison expliquée pour la photo 8).

15/ au maxillaire pour combler les édentements maxillaires antérieurs et permettre les guidages canins dans les latéralités et en propulsion.

16/ à la mandibule sans recouvrir les incisives mandibulaires en raison de l’inversé d’articulé au niveau des incisives, pour ne pas gêner le recul mandibulaire.

17/ au maxillaire et à la mandibule pour combler les édentements postérieurs dans les secteurs 1, 3 et 4 et permettre un calage de la mandibule.

Merci. Bonne soirée !

pbarriere

Bonjour… au regard rapide de cette belle série clinique je dirai que pour les cas 3 et 17, plus qu’une gouttière de désocclusion j’aurai tendance à proposer au patient une remise en état de la cavité buccale avec mise en place de prothèses immédiates ou différées adjointes afin de recréer la dimension verticale postérieure et d’harmoniser au mieux l’occlusion.

Agir par gouttière sur un DAM chez l’édenté multiple me parait inutile.

Ouvert la discussion

hodina

 » Agir par gouttière sur un DAM chez l’édenté multiple me parait inutile. »
Oui mais….
Sous quelle référence va tu « harmoniser au mieux l’occlusion » ?
Donc, une orthese transitoire servira à retrouver une DV ( certe surévaluée) et à supprimer ses angrammes avant de réaliser ses prothèses dans une bonne relation….me semble t’il…

pbarriere

Bonjour,

pour ma part, je met en place une autokinésithérapie de mobilisation douce à visée de résolution progressive des contractures des masticateurs. Bien conduite, cette autokinésithérapie permet le repositionnement spontané de la mandibule en occlusion de référence du patient.
Le réglage de la DVP intervient secondairement dans l’adaptation des prothèses adjointes par le chirurgien dentiste correspondant. Je ne réalise pas les prothèses.
Cordialement,
PB

hodina

 » Agir par gouttière sur un DAM chez l’édenté multiple me parait inutile. »
Oui mais….
Sous quelle référence va tu « harmoniser au mieux l’occlusion » ?
Donc, une orthese transitoire servira à retrouver une DV ( certe surévaluée) et à supprimer ses angrammes avant de réaliser ses prothèses dans une bonne relation….me semble t’il…

François UNGER

Merci pour ces propositions et réflexions. Je suis actuellement en train d’analyser les réponses au sondage sur les difficultés à manipuler (post de vendredi prochain) et je vous demande donc de patienter avant de lire ici mes réflexions sur la place des gouttières. Mais vos commentaires restent indispensables.

Leave a comment