Navigate / search

Dysfonction / dysmorphose / occlusion

De la dysfonction à la dysmorphose en orthodontie pédiatrique
Apport du Froggymouth

Patrick Fellus
En collaboration avec Waddah Sabouni et Roselyne Lalauze-Pol
Edition Orthopolis

L’ouvrage proposé par Patrick Fellus permet à tout praticien, spécialisé ou non en orthodontie, de saisir rapidement son ambition et sa richesse : traiter les enfants au moment de leur plus grand potentiel évolutif (avant 6 ans), et en intervenant sur les dysfonctions pour traiter les dysmorphoses. C’est tellement simple qu’on se demande même pourquoi ce concept n’est pas le gold standard de l’orthodontie.
L’ouvrage, préfacé par Jean Delaire, propose quelques prolégomènes introductifs qui rappellent le cadre des relations anatomo-physiologiques entre les dysfonctions (en particulier linguales, labiales et occlusales) et les dysmorphoses. On note en particulier que toute dysfonction labiale s’accompagne d’une dysfonction linguale. Suivent ensuite de nombreux cas cliniques qui illustrent le thème de l’ouvrage. Le plus grand nombre de ces cas cliniques sont très démonstratifs, et pour certains très impressionnants. L’analyse céphalométrique architecturale de Delaire trouve ici une exploitation particulièrement riche. L’abord ostéopathique, dont la pertinence n’est plus à démontrer dans le cadre de la compréhension des dysmorphoses de l’enfant, est l’objet d’un chapitre complémentaire avant que l’utilisation du Froggymouth soit abordée pour le praticien.

Fig-2-post-2-11

Le Froggymouth est le dispositif imaginé par Patrick Fellus pour la rééducation labiale de l’enfant. Le rôle de ce dispositif est d’interdire la création d’un joint étanche entre les lèvres, interdisant ainsi le déroulement de la séquence de succion linguale dysfonctionnelle. L’enfant devra donc mettre en place une stratégie de déglutition différente, créant un mouvement péristaltique de la langue, concomitant de la contraction du styloglosse (ce qui nécessite l’établissement d’une occlusion dentaire postérieure qui stabilise la mandibule). En réalité ce dispositif est également utilisable pour des adolescents ou des adultes. Le Froggymouth n’est porté que 15 minutes par jour, l’enfant étant installé devant un écran de télévision ou d’ordinateur pour que son attention soit détournée de l’appareillage lui même. Le port de cet appareil « active le câblage neurologique, sous le contrôle du trijumeau, qui gère les mouvements automatiques. Le trijumeau, qui contrôle aussi les centres de la respiration dans le tegmentum pontique par son noyau sensitif, favorise la restauration d’une respiration nasale indispensable à une posture de repos de la langue qui soit physiologiques ».
L’évidence des résultats obtenus, aussi simplement, sur des dysmorphoses importantes de très jeunes enfants devrait contribuer à populariser une démarche passionnante de la médecine orale : traiter les dysfonctions chez le très jeune enfant pour éviter de devoir prendre en charge des dysmorphoses de l’adolescent ou de l’adulte.
Nul doute que l’ouvrage de Patrick Fellus peut ainsi contribuer significativement à l’amélioration de la santé publique.

  • Pensez-vous qu’on puisse envisager l’occlusion sans l’analyse des dysfonctions et dysmorphoses touchant l’appareil manducateur ?
  • Les dysfonctions linguales et/ou de ventilation vous semblent-elles souvent impliquées dans les désordres occlusaux ?

Comments

yevninemichel

a la première question la réponse est non
a la deuxieme question la reponse est oui
je souhaite que la prise de conscience de ces éléments soit la plus large possible et que l’interception précoce puisse devenir le gold standard afin d’éviter de lourdes prises en charge pour rétablir une occlusion asymptomatique que selon moi devrait passer par l’aprentissage de
 » l’inoclusion »

gribouille

tout à fait d’accord aussi.
quelles sont les indications et les limites du Froggy mouth?
pourquoi des dysfonctions se mettent-elles en place?

Patrick FELLUS

Des fonctions physiologiques peuvent devenir dysfonctions lorsqu’elles n’évoluent pas avec les modifications de la denture temporaire.C’est le cas lorsque parallèlement à l’instauration de la mastication l’enfant reste en succion déglutition.Des parafonctions peuvent aussi se pérenniser : c’est la cas de la respiration buccale.

Leave a comment