Naviguer / Chercher

Connaissez-vous les Angles Fonctionnels Masticatoires de Planas (AFMP) ?

Les Angles Fonctionnels Masticatoires de Planas (AFMP) matérialisent, dans le plan frontal, l’abaissement de la mandibule lorsqu’elle effectue un glissement latéral de l’OIM jusqu’au bout à bout latéral. fig 1

Fig 1 : Tracé des AFMP. Schéma tiré du livre de Planas, Réhabilitation neuro-occlusale.
Fig 1 : Tracé des AFMP. Schéma tiré du livre de Planas, Réhabilitation neuro-occlusale.

On peut visualiser ces angles de la façon suivante:

  • placer le bout d’une précelle (on d’un stylet quelconque)entre les incisives mandibulaires et le maintenir lorsque la mandibule passe de l’OIM à la position de bout à bout latéral, d’un coté puis de l’autre. Ces déplacements génèrent deux lignes inclinées qui, en général, matérialisent l’abaissement mandibulaire qui accompagne le glissement inter-arcades.
  • l’angle formé par chacune des lignes inclinées et le plan horizontal est appelé Angle Fonctionnel Masticatoire de Planas. Ces angles ne sont pas obligatoirement égaux et leurs différences ont une signification fonctionnelle étudiée par Planas. fig 2,3,4


L’exploration des AFMP est importante pour déterminer le coté de mastication. fig 5

Fig 5- L’AFMP représente l’abaissement de la mandibule (d’un coté) dans le plan frontal et guidé par les surfaces dentaires à partir de l’OIM qui est l'aboutissement des cycles masticatoires.
Fig 5- L’AFMP représente l’abaissement de la mandibule (d’un coté) dans le plan frontal et guidé par les surfaces dentaires à partir de l’OIM qui est l’aboutissement des cycles masticatoires.

On peut assurer à tous les coups que le sujet mange du coté où l’AFMP est le plus petit, c’est-à-dire du coté où l’abaissement est le moindre. C’est à dire que c’est plus facile d’aller du coté de l’AFMP le plus petit. C’est l’expression de la loi de la hauteur minimale, autre élément clé de la clinique de Planas que je détaillerai dans un autre post. Vous pouvez le demander au patient quand vous recherchez le coté de mastication et pour lui faire comprendre: quel est le coté le plus facile? Il le sent très bien.

Le coté de mastication est important à déterminer dans le but de le changer car beaucoup de problèmes de l’ATM découle d’une mastication unilatérale constante. fig 6

Fig 6- Différentes situations cliniques identifiées par les AFMP
Fig 6- Différentes situations cliniques identifiées par les AFMP
  • A : mastication des 2 cotés sur dents très cuspidées ( denture lactéale très jeune ou permanente très jeune)
  • B : un peu plus usée(lactéale ou définitive)
  • C : encore plus usée (lactéale ou définitive)
  • D : très usée: AFMP à zéro : si lactéale, denture telle qu’elle devrait être vers 6 ans si elle a bien fonctionné (mastiqué). Si définitive ,denture vers 80 ans si elle a bien mastiqué aussi.
  • E : mastication unilatérale à gauche
  • F : mastication à droite
  • G : double occlusion. Le calage n’est pas bon et le patient a deux occlusions fonctionnelles
  • H : savez vous interpréter?

réponse : c’est un petit piège de l’ami Pédro: cette situation clinique est impossible car l’occlusion fonctionnelle est la plus basse (fin des cycles masticatoires) et toute exploration fonctionnelle en latéralité augmente donc la DVO. D’après ce schéma l’occlusion fonctionnelle serait alors le point S. Et le trajet montré à partir de ce point est aberrant.

Ce schéma est aussi tiré du livre de Planas: RNO édition CDP

  1. Connaissiez vous l’intérêt d’un tel examen?
  2. Au niveau osseux, savez vous ce qu’induit une mastication unilatérale constante?

Commentaires

mleberre

Cliniquement je constate de bons résultats à l’utilisation des pistes de Planas pour les traitements ortho d’interception chez l’enfant (que j’adresse). Dans le cadre des DAM les pistes que j’ai pu voir me donne l’impression d’obtenir le même résultats qu’une gouttière bien réglée en relation centrée mais avec en sus des meulages de cuspides (celles interférant en « centric »). Je ne connais pas bien la théorie de planas du coup j’ai quelques questions.
Concernant le contexte fonctionnel de la mastication je l’observe en faisant mastiquer tout simplement un papier à articuler. Le patient conserve le papier du côté préférentiel pour mastiquer ou le déplace du côté opposé si ce n’est pas le cas.
Dans le cadre des DAM cela peut paraître logique qu’une asymétrie de force appliquée puisse dans certains cas puisse aggraver un problème de DAM mais peut-il en être à l’origine? Y’a t-il une corrélation clairement établie entre un côté unilatéral de mastication et la présence d’un DAM?
Quelle technique est préconisée dans la théorie de PLANAS afin de rétablir une mastication bilatéral, conseils comportementaux? plasties dentaires?
Le fait de rétablir la mastication du côté non mastiquant permet-il d’assurer la disparition des signes (lesquels?) de DAM)?
L’organisation de la trabéculation osseuse est sans doute affectée par le différentiel de forces mécaniques appliqué entre le côté masticatoire et non masticatoire. Avec peut être une augmentation de l’épaisseur de la corticale côté mastiquant?
Merci d’ouvrir le blog vers ces techniques sans doute moins pratiquées par le plus grand nombre, qui questionnent et font cogiter!
Miliau

Bernard BLACK

Il n’y a pas que pour les enfants en bas age que les pistes sont efficaces. Je les utilise aussi sur des ados. C’est certes plus long que sur des enfants en bas age et surtout plus compliqué tant cliniquement que socialement. Mais s’ils les portent ça fonctionne et l’équilibre obtenu est sans égal en y adjoignant quelques meulages. ( pas de protection canine).
dans le cadre des Dam, je ne me pose pas la question de savoir si l’occlusion est causale. Je part de ce principe (Planas l’a dit avant moi..) et pose une paire de pistes pour valider ce fait ( il n’y a aucun contact en centric avec des pistes en bouche et la hauteur des pistes donc la récupération de ces contacts est laissé à l’appréciation du praticien par le réglage ). S’il y a un soulagement des douleurs alors j’interviens sur l’occlusion souvent par meulage (égalisation des AFMP recherche des interférences en centric( souvent les prémo) ou alors prothèse si le désordre des arcades est important: extractions non compensées, supra…
C’est vrai que la première chose que je regarde est le coté de mastication car un seul coté qui fonctionne pendant 10 ans par exemple entraine des transformations osseuses dont la plus importante à mon sens ( mais ce n’est pas la seule) est l’augmentation de volume du condyle travaillant et cela est bien visible sur une pano. C’est souvent ce coté qui est douloureux car on imagine bien qu’un accroissement de volume du condyle va comprimer des éléments nerveux dans la glène. Effectivement pour rétablir l’équilibre de mastication il faut meuler du coté qui ne travaille jamais. Mais au préalable je mets toujours une paire de pistes pour soulager et j’obtiens souvent par ce biais de bons résultats. Le problème est quand il faut trop meuler pour égaliser les AFMP. Là il faut trouver le moyen de les égaliser et le praticien possède toute une palette d’outils. Ne pas oublier non plus que les pistes portées suffisamment de temps dans la journée (et réglées correctement) changent à force le plan d’occlusion et donc limitent le meulage qui sera de toute façon inévitable.
Pour venir sur ta conclusion je pense que François est favorable à ouvrir un peu le blog sur Planas et il y aura probablement d’autres articles sur ce génial clinicien.

Laisser un commentaire