Navigate / search

Butée antérieure #6

  1. Butées antérieures #1
  2. Butées antérieures #2 : le jig de Lucia
  3. Butée Antérieure #3 : la butée antérieure « bretonne »
  4. Butées antérieures #4 : le plan de morsure de Jeanmonod
  5. Butées antérieures #5 : la plaque de Kois
  6. Butée antérieure #6
  7. Butées antérieures #7

La série de posts sur les butées antérieures ne saurait être close sans évoquer le NTI-tss et sa nouvelle version le TM-JIG.
Commençons avec le NTI-tss.

Fig 1 : Image commerciale du NTI-tss
Fig 1 : Image commerciale du NTI-tss

Ce dispositif (à port intermittent) a été proposé au début des années 2000 par la société E-motion et présenté comme un moyen quasi universel pour soulager des douleurs ATM, oro-faciales et crâniennes susceptibles d’être liées au bruxisme, aux désordres occlusaux, au stress, etc…
Pourtant, selon M. Unkelbach, son promoteur, « le NTI-tss n’est pas la solution miracle à tous les maux ». Ce dispositif, qui semble-t-il n’est plus disponible, était l’objet de promotions aléatoires qui ont contribué à certains déboires parfois illustrés sur internet (sans possibilité de vérification).

Ainsi, dans la revue « Le Chirurgien dentiste de France du 9 Octobre 2008 le Dr Lazaro, dans une interview au sujet du NTI-SS, répond à une question sur les effets du NTI-tss : « Quand je vois un patient arriver avec des douleurs au niveau de l’ATM, ma priorité est avant tout de supprimer la souffrance. Je commence donc par lui poser un NTI-tss. Cela déspasme rapidement les masséters et les ptérygoïdiens et le patient se sent mieux. Ensuite, si je détecte un problème au niveau de la mastication, un problème d’ATM, c’est qu’il y a un problème d’occlusion et qu’un traitement de fond sera sans doute nécessaire. Mais je commence toujours par traiter la douleur. » (Pour les lecteurs qui veulent en savoir plus)
Mais on reste sans voix : où est le diagnostic ? Où est le « problème d’occlusion » ?
Et si on veut aller plus loin dans « l’occluso pour les commerciaux », on peut visionner cette vidéo.
Le NTI-tss, pourtant, devrait pouvoir rendre service, comme n’importe quelle butée antérieure.

  1. Avez-vous utilisé le NTI-tss et pour quelles situations ?
  2. Pensez-vous que la promotion qui en a été faite répondait à un besoin des patients ou des praticiens ?

Comments

bermant

La promotion répondait surtout aux besoins de Dirk Unkelbach, gérant de la société e-motion, distributeur du NTI-tss en Europe.
Ce sympathique garçon, issu d’une école de commerce allemande et sans la moindre formation dentaire ou médicale, se permettait d’expliquer savamment aux confrères venus assister à ces séance de promotion, les principes neuro-physiologiques régissant le fonctionnement de l’appareil manducateur…et ça marchait. ;O(((

A l’évidence, vu le niveau de la formation occlusodontique initiale il y a quelques années, il était assez simple de faire passer à peu près n’importe quelle « pilule ».

De surcroît, l’engin présentait une mise en ouvre aisée, peu chronophage, et prétendait quasiment tout traiter du bruxisme aux cors aux pieds. ;O)))

BM.

François UNGER

Merci Bernard de ces précisions. Une confirmation: quand j’étais rédacteur en chef de l’ID, dans les années 2005-2007, ce Monsieur était venu me rencontrer, ès qualité, pour me demander de publier des travaux mettant en valeur son produit. J’avais discuté avec lui et effectivement il était plus occluso que moi. Il savait tout, balançait référence biblio sur référence biblio et affichait une piètre idée des praticiens. Il savait tout des douleurs oro-faciales et son NTI-tss était un instrument universel pour soulager les patients, sans notion de diagnostic, le bruxisme ( un simple serrage était pour lui du bruxisme) devenant une porte d’entrée générale de la pathologie. Cet aspect du discours m’avait profondément déplu et je lui avais dit que je ne souhaitais pas donner suite à sa demande. Il me traita comme un imbécile qui ne comprenait rien à la souffrance des patients. Je ne l’ai jamais revu.
L’autre point qui m’avait convaincu de ne pas donner suite c’est que, étant adepte depuis longtemps de l’utilisation de butées antérieures (sous différentes formes) je savais combien il était facile de les réaliser rapidement, pour un coût très réduit, et dans de parfaites conditions de sécurité…alors, pourquoi acheter NTI-tss? Le marketing est il en mesure de remplacer les notions de diagnostic et d’anticiper la notion d’écoute des patients. Vraie question je crois.
Tu évoques à la volée « le niveau de la formation occlusodontique initiale il y a quelques années ». Je suppose que grâce aux progrès en la matière ce genre de déboire ne peux plus arriver.

wytango

Je crois que tout les praticiens ayant une expérience dans l’utilisation des butées antérieures s’accordent à reconnaitre leurs effets. En ce qui concerne le NTI, je crois qu’il a souffert (en france) de sa strategie marketing agressive qui en faisait la panacée universelle des traitements des bruxismes; dysfonctions et douleurs , jusqu’aux céphalées, migraines etc..;
Pourtant, l’ayant utilisé moi même, j’y ai trouvé un interêt dans la la gestion des troubles, en particuliers dans les phases aigues douloureuses ou handicapantes ( lors de blocages) ou lorsque les patients ne supportent pas le port d’une gouttière de recouvrement occlusal complet.
Il s’entend evidemment que le port doit etre raisonné , intermittent (nocturne) et limité dans le temps, en prépartion d’un éventuelle orthèse.
L’avantage de l’utilisation réside dans la facilité et la rapidité de réalisation au fauteuil: fintion immédiate ( préforme) pas d’équilibration.

Elie CALLABE

François
Les 2 photos montrant le NTI et la béance ne doivent pas faire supposer que la béance a été créée par le NTI, car si c’était le cas on aurait eu aussi une ingression des 31 41, ce qui n’est pas le cas. Donc la béance existait bien avant et est peut-être la cause des problèmes. Qu’en penses-tu?
Elie

François UNGER

Salut Elie et merci de ton intervention.
S’il y a bien un problème très difficile à prendre en compte en occluso et en ODF c’est celui des egressions-ingressions car on les voit mais on ne sais pas les mesurer: qu’est ce qui bouge? Et par rapport à quoi? Quel est le référentiel? L’antagoniste? Le procès alvéolaire? L’os? La dent?
D’autre part, une égression des secteurs postérieurs dans le cas qui nous intéresse, s’accompagne-t-elle automatiquement de l’ingression des dents porteuses de la butée? Personnellement je ne le sais pas. Et c’est pour cela que dans le texte du post j’ai mis quelques réserves quant à la mise en cause exclusive du NTI-tss dans la situation illustrée sur internet.
En tout cas, la langue est beaucoup plus puissante qu’une butée antérieure pour provoquer des déplacements dentaires.

Patrick AMPEN

Pedro Planas a apporté des précisions sur l’égression des secteurs latéraux inférieurs provoquée par la sollicitation des récepteurs parodontaux des incisives : c’est cela que l’on utilise par l’equiplan ( et aussi l’HPE ) . c’est tout le plan d’occlusion qui s’établit ainsi de façon physiologique . cet auteur mérite d’etre plus connu pour ce chapitre essentiel.
le plan d’occlusion « supérieur » ne sera pas affecté par l’equiplan, en revanche les Plaques a

Patrick AMPEN

pistes auront un effet sur le plan d’occlusion global , car les 2 arcades seront modifiées . L’effet peut etre évalué sur une téléradiographie ( analyse de Delaire ) ..
Avec mes excuses pour le départ prématuré de la premiere partie du message ..
Patrick

Leave a comment