Naviguer / Chercher

Commentaires

bermant

Toujours des soucis de terminologie hélas ! ;O((
Les excursions mandibulaires dans le plan transversal se nomment des DIDUCTIONS.
Tu l’as toi-même co-écrit avec ton serviteur dans « Occlusion pratique » p. 45.

Par ailleurs, il n’est nulle part question dans ces post de programmation de l’articulateur (pentes condyliennes, type de boîtier, inserts de Bennett, etc ), ou alors je n’ai pas été assez attentif.
Est-ce un choix délibéré ?
L’éternel casse pied de service.

occlusovox

Avec 4 ces vidéos ….. l’enjeu devient un jeu
Disposer d’une démonstration aussi claire et pédagogique est une aide précieuse pour tous praticiens
Contrairement au commentaire précédent, je considère importante la simplification des opérations pour engager le plus grand nombre de confrères dans la voie d’une pratique courante de cette méthode logique et rationnelle. Noter les points corrigés dans leur succession d’apparition sur le schéma des arcades : c’est suivre ensuite une carte routière et avoir l’assurance d’un garde-fou
Bravo Gérard et Merci pour ce travail remarquable
Daniel

simon

Oui merci Gérard pour ces vidéos trés claires et trés pédagogiquement présentées. Il ne sert à rien à mon avis de compliquer ces notions qui quoi que paraissant simples sont déjà tout à fait délicates à mettre en œuvre.
Trop d’infos tue l’info 😉

Merci.

Simon

Gérard DUMINIL

Merci à vous pour ces commentaires élogieux, Voilà plus de quarante ans que je baigne dans l’occlusion, j’y ai trouvé mes maitres dont Daniel Rosencsweig fait partie. Ensemble, dans le cadre du CNO, nous avons pratiqué la gnathologie avec toute sa rigueur et le concept d’une relation centrée « absolue et invariable’ puis la kinésiologie avec le testing pour évaluer la distance les réponses musculaires etc… tout ce temps à utiliser des articulateurs à des fins diagnostiques et thérapeutiques. Aujourd’hui quand je fais un constat j’observe que dans les laboratoires de prothèse il n’y a pratiquement pas d’articulateurs « correctement utilisés » c’est à dire avec le montage fait par le praticien en utilisant un arc facial. Pourquoi cela ? peut-être parce que cela semble trop compliqué, trop long à faire ou que l’on en connait pas l’intérêt et les profits qui en résultent. ce retour aux fondamentaux m’a semblé nécessaire, des manipulations simples mais permettant de réfléchir à la situation clinique, de l’analyser et de savoir comment effecteur des correction en bouche soit sur les dents naturelles, soit sur les prothèses pour les équilibrer. Vendredi prochain à Nancy dans le cadre du congrès du CNO, c’est cette réflexion que je vais présenter en montrant combien un montage en articulateurs est simple et rapide à réalise . Bernard tu as raison, il faut certes avoir une terminologie précise, mais ne pas s’y enfermer et parfois préférer des mots plus simples, plus accessibles à la communication des idées.
Impossible de développer ici les notions de programmation de l’articulateur, venez à Nancy, ce sera dans le sujet !

jayetche

Bonjour je voulais vous remercier à mon tour pour cet ensemble de videos passionnantes, bravo pour la qualite de la realisation, le montage soigné ainsi que pour la pedagogie dont vous faites preuve. Le concept est clair et reproductible quel contraste avec ce que l’on peut trouver chez certains qui se délectent a compliquer l’occluso.

Laisser un commentaire