Naviguer / Chercher

Transferts d’empreinte implantaire : Pick-up, Twist-lock ou Snap-on ?

Le but de l’empreinte implantaire est d’indexer, en bouche, la position tridimensionnelle des implants par rapport au reste des structures anatomiques des arcades dentaires.
Toutes les techniques d’empreinte font intervenir des transferts d’empreinte qui sont des pièces usinées qui se fixent aux implants avant de réaliser l’empreinte. Ils sont ensuite retirés de la bouche du patient et connectés à un analogue d’implant avant que l’empreinte ne soit coulée.

On en distingue 3 types :

Les transferts Snap-on

Nous passerons assez rapidement cette technique car elle est, à nos yeux, peu fiable et limitées à des situations cliniques qui n’ont plus cours aujourd’hui avec des implants non enfouis et des piliers prothétiques particuliers (piliers pleins) qui sont mis en place définitivement avant l’empreinte.
Des transferts en téflons dits « snap-on » sont clipés soit sur les implants soit sur les piliers et emportés dans une empreinte « à ciel fermé » c’est à dire sans ouverture au dessus des implants.

Exemple de transfert clipé par la firme Biohorizons

Les transferts Twist-lock

Ces transferts sont vissés sur les implants après retrait des piliers de cicatrisation. Il sont constitués de deux pièces : le corps du transfert, qui présente des rainures axiales et circonférentielles, et la vis de transfert.

L’empreinte est réalisée à ciel fermé mais à la désinsertion, les transferts étant vissés, ils ne sont pas emportés dans l’empreinte.
Le praticien les dévisse, et leur connecte des analogues d’implants. L’ensemble vis de transfert-transfert-analogue est repositionné manuellement dans l’empreinte dans un mouvement de rotation (twist) et les rainures de surface permettent de ressentir un blocage (lock) lorsqu’elles sont correctement repositionnées.

Les transferts pick-up

Ces transferts sont également composés d’un corps et d’une vis mais à la différence des transferts twist-lock, les transferts pick-up sont emportés dans l’empreinte. Puisqu’ils sont eux aussi vissés, ils doivent être dévissés, en bouche, avant de désinsérer l’empreinte. Cela nécessite donc de disposer d’un porte-empreinte ouvert au dessus des implants. On parle donc d’empreinte à ciel ouvert.

Tous les systèmes implantaires du monde proposent des transferts d’empreintes qui varient dans leur forme et leur géométrie. Nous reviendrons, dans un prochain post sur les études scientifiques qui orientent le choix du clinicien vers les transferts permettant de limiter au maximum les imprécisions lors de l’empreinte implantaire.

  • Certains type de transferts vous semblent-ils plus fiables que d’autres ?
  • Quel type de transfert d’empreinte préférez-vous utiliser ?
  • Pour quelles raisons ?

Commentaires

Gérard DUMINIL

Sujet très intéressant guillaume,
j’ai plusieurs réponses à tes questions. Je choisis le transfert selon plusieurs critères : le matériau d’empreinte, la situation des implants ( ± distaux ) et leurs axes d’implantation.
1°/ Le matériau avec des hydrocolloides réversibles pas de possibilité de porte empreinte ouvert, donc je choisis des PopUp, qui sont parfaitement repositionnables dans l’Hydro, de plus la connexion avec l’analogue avant la réinsertion est une sécurité.
2°/ des implants postérieurs, je préfère aussi des pop up en raison de la difficulté des visser et dévisser les transferts en raison de la quantité d’ouverture buccale et de la présence de dents antagonistes. (matériau Hydro ou silicone)
3°/ Des axes très divergents interdisent des transferts pop up en raison des risques de déformation / déchirement du matériau le matériau sera pour moi du silicone et des transferts pickUp
Tout ceci concerne bien sur des connexion internes.

Cher Gérard,
merci pour ces éléments de réponse.
Précisons peut être pour les lecteurs que, quand tu parles de transferts « PopUp », il s’agit de ce que est dénommé « twist-lock » dans l’article.
1°/ je suis surpris de savoir que tu utilises les hydrocolloïdes, dont la précision est indiscutable, mais la stabilité dimensionnelle est critique. Ne crains-tu pas une déformation du matériau lors du repositionnement des tes transferts?
2°/ beaucoup d’articles, de praticiens et de laboratoires préfèrent les transferts pick-up aux autres pour leur meilleure précision, encore une fois en raison du risque d’erreur de repostionnement. Qu’en penses-tu?
3°/ peux-tu nous préciser tes critères de choix pour les connexions autres qu’internes?
Je te remercie d’avance pour les éléments de réponse que tu pourras apporter et j’invite tous les lecteurs à exprimer leurs préférences personnelles ou leurs interrogations…

Laisser un commentaire