Naviguer / Chercher

Transferts d’empreinte implantaire : Critères de Choix

Nous avons vu précédemment quels étaient les grandes catégories de transfert d’empreinte dans le post « Transferts d’empreinte : twist-lock, snap-on ou pick-up ? » disponibles pour réaliser les empreintes implantaires.
Les différents systèmes implantaires disponibles sur le marché les proposent. Mais les performances de ces différents types de transferts ne sont pas identiques et peuvent varier selon les situations cliniques. Or, nous avons vu également que les distorsions liées à la chaine prothétiques étaient beaucoup moins bien tolérées en prothèse implantaire qu’en prothèse conjointe sur dents naturelles.

Pour faire un choix raisonné des transferts d’empreinte, le praticien devrait pouvoir se baser sur quelques données bibliographiques choisies.

La littérature nous fournit un grand nombre d’études qu’il serait impossible de passer en revue ici. Les données sont parfois contradictoires mais il quand même possible de dégager quelques recommandations cliniques :

  • Il est préférable de réaliser les empreintes implantaires avec des transferts d’empreinte.
  • Les édentements partiels de petite étendue peuvent faire l’objet soit d’une technique d’empreinte fermée soit d’une technique ouverte.
  • Si une empreinte fermée est choisie, les transferts twist-locks sont préférables aux transferts snap-on.
  • Les édentements étendus ou complets doivent faire l’objet d’une technique ouverte (pick-up).
  • La technique pick-up (à ciel ouvert) donne des résultats cliniquement acceptables dans toutes les situations cliniques. Cependant, les situations de divergence des implants de 25° ou plus génèrent des distorsions lors de l’empreinte que même la technique pick-up ne peut éviter.
  • Les transferts d’empreintes vissés peuvent être réutilisés jusqu’à 10 fois sans compromettre la précision de l’empreinte.
  • La forme et la géométrie des transferts semblent avoir une influence : les transferts dont le corps est carré, droit et aussi haut que possible au dessus de la crête sont préférables.
  • Ces critères vous semblent-ils pertinents dans le choix du transfert d’empreinte ?
  • Le système que vous utilisez fournit-il des transferts qui vous semblent performants ?

Commentaires

Maxime HELFER

Merci Guillaume pour cette revue de littérature synthétique sur les transferts d’empreinte implantaire.
Cela confirme et justifie des choix souvent empiriques.
Cela peut aussi remettre en cause certaines mauvaises habitudes…

Il est clair que la géométrie des transferts en particulier leur hauteur est primordiale pour une bonne précision. Je suis par contre surpris que les meilleures résultats soient avec des PVS (3° étude) et non du plâtre ou des polyethers qui me semblent plus rigides. Peut être un problème de stabilité dans le temps ?

Bonjour Maxime,
et merci de ton commentaire.
Toutes les études que j’ai pu lire sur ce sujet ont testés différents matériaux d’empreinte et différentes techniques. Mais aucune d’entre elles n’a pu montrer de différence entre les poly-éthers et les PVS.
Wenz HJ, Hertrampf K : Accuracy of impressions and casts using different implant impression techniques in a multi-implant system with an internal hex connection. Int J Oral Maxillofac Implants. 2008 Jan-Feb;23(1):39-47.
(Lien PubMed : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18416411)

Les deux matériaux peuvent donc être utilisés indifféremment. Mais contrairement à une idée assez répandue en prothèse sur implants, les poly-éthers ne semblent pas posséder la supériorité qu’on veut bien leur prêter…
Concernant le plâtre (de Paris) : aucune étude ne prouve sa supériorité. Il est d’ailleurs assez peu utilisé (assez difficile à mettre en oeuvre et peu apprécié des patients) et donc peu étudié; sans doute une particularité bien française!

jerome

Très bel article merci. Et moi qui ne jure aussi que par les polyethers…

Laisser un commentaire