Navigate / search

Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #1

  1. Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #1
  2. Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #2
  3. Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #3
  4. Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #4
  5. Traitement implantaire d’une incisive maxillaire centrale #5

Cas clinique n°1 : analyse pré-prothétique

Nous présentons une patiente âgée de 48 ans sans antécédents particuliers adressée pour le remplacement de la 11. La patiente consulte avec des douleurs lors de la mastication sur cette dent (photo 1).

Photo 1 : Vue vestibulaire centrée
Photo 1 : Vue vestibulaire centrée

La dent est légèrement mobile. Son hygiène bucco-dentaire est bonne.

Le diagnostic est une résorption externe suite à un ancien choc quelques années plus tôt.

L’examen clinique et radiographique semble montrer une situation initiale favorable (gencive épaisse, peu d’inflammation, occlusion normale) (photo 2). L’examen 3D montre un volume osseux suffisant pour mettre un implant. Il nous renseigne également sur la présence de la résorption (photo 3, 4).

La vue occlusale montre une vestibulo-version de la 11. La dent a migré en vestibulaire (photo 5,6).

La patiente souhaite bien entendu une prothèse fixe le jour de l’intervention pour des raisons esthétiques. Dans un premier temps, des modèles d’études sont pris pour réaliser une petite prothèse provisoire amovible. Elle offre la possibilité de ne pas allonger la phase chirurgicale. De plus, la prothèse étant amovible, elle est facilement nettoyable.

Le prothésiste nous rappelle pour nous annoncer l’impossibilité de réaliser la prothèse amovible par manque de place. En effet l’espace interarcade est trop étroit : impossible de loger une prothèse amovible sans la réaliser en surocclusion ou en réduisant la dent antagoniste. Nous lui demandons de réaliser une prothèse fixe avec une ailette sur la 12 ou la 21 en métal pour réaliser un bridge collé. Impossible également.

Comment assurer donc pour cette patiente une solution provisoire immédiate suite à la phase implantaire ? Dans quelle mesure ceci change votre plan de traitement prothétique implantaire ?

Comments

nguyenlananh

Je dirais soit provisoire immédiate qui aurait l’avantage de former la gencive et de façonner le feston et les papilles, ou gouttière thermoformée de type aligneur orthodontique avec une dent fantôme dedans

henri

Bonjour Laurent,

Dans cette situation, si on ne fait pas une provisoire immédiate en sous occlusion, je collerai une dent avec du super bond. Cette colle sortant du frigo (pour avoir la bonne consistance) peut être déposée au pinceau et réaliser une attelle vestibulaire. La transparence de la colle permet d’obtenir un résultat satisfaisant sur le plan esthétique et solide. Il faut compter environ 10 mn donc rapide et pas cher.
On peut prendre la dent d’origine en coupant la racine ou une dent ion dont la face palatine est comblée avec de la résine.

HD

Laurent THERY

merci de ces commentaires; je n’ai pas d’expérience du superbond déposé au pinceau pour réaliser une attelle en vestibulaire. Pourquoi pas mais cette temporisation me parait provisoire qq jours uniquement. Mais c’est une solution.

Leave a comment