Naviguer / Chercher

Reconnaître le dévissage en prothèse implantaire #2

Le dévissage peut survenir sur n’importe quel type de restauration implanto-portée, sur n’importe quel patient bien qu’il semble être plus fréquent sur les patients bruxomanes.

La désunion des composants prothétiques, si elle n’est pas repérée et gérée rapidement, peut entrainer :

  • Une invasion bactérienne péri-implantaire
  • Une fragilisation des composants prothétiques implantaires

Symptômes :

  • Une légère douleur est possible en raison de l’inflammation des tissus mous péri-implantaires mais le dévissage est généralement non douloureux.
  • La mobilisation de la prothèse met en évidence une rotation et éventuellement un léger mouvement vertical.
  • Le patient peut ressentir une modification de son occlusion, voire une sur-occlusion.
  • Un mauvais gout ou une mauvaise odeur en regard de l’implant.

Signes :

fig 5
Dévissage d’une prothèse implanto-portée scellée
  • Mobilité de la couronne implanto-portée
  • Rougeur, oedeme et suppuration possible des tissus mous péri-implantaires dus à l’invasion bactérienne dans l’interface implant-piler.

Un examen radiographique est indispensable avant d’entreprendre quoi que se soit, de manière à :

  • vérifier le niveau osseux péri-implantaire,
  • vérifier le micro-gap entre l’implant et le pilier,
  • repérer une éventuelle fracture de la vis dans le pas de vis interne de l’implant.

Diagnostics différentiels :

  • Descellement si la prothèse était scellée
  • Fracture du pilier prothétique
  • Perte d’ostéo-intégration de l’implant
  • Fracture de l’implant

Un dévissage doit être gérer de manière rapide sinon, il peut avoir des conséquences sur :

  • les tissus mous et durs péri-implantaires et conduire à une perte osseuse.
  • les composants prothétiques qui lorsqu’ils prennent du jeu, peuvent se déformer et éventuellement se fracturer.

Le patient doit donc être informé de cette éventualité le jour de la pose de la prothèse et invité à contacter son praticien en cas de mobilité de sa prothèse implantaire.

  • Avez-vous déjà constaté des dévissages de prothèses implantaires ?
  • Comment faites-vous pour les repérer ?
  • Comment les gérer ?

Commentaires

arnaud

Bonjour Guillaume,

Je constate plus de dévissage avec de la prothèse vissée sur implant, qu’avec de la prothèse scellée. Votre avis ? Votre explication ?

Chers amis,
Merci pour vos commentaires qui montrent que l’expérience clinique est aussi une excellente source d’enseignement et de discussion.
L’origine des complications prothétiques en implantologie est liée aux contraintes fonctionnelles et/ou parafonctionnelles. En d’autres termes : la prothèse sur implants encaisse très mal les surcharges.

@arnaud : je fais la même constatation que vous et la littérature semble confirmer cette tendance. En revanche, je constate plus de fracture de céramique sur les prothèses scellées que sur les prothèses vissées. Est-ce votre cas également?
Les comportements des deux types de prothèses seraient donc différents face aux mêmes contraintes. C’est la vis -et elle seule- qui assure la rétention d’une prothèse transvissée directement dans l’implant. La prothèse scellée combine la vis du pilier ET le ciment de scellement qui semblerait être capable d’absorber et de dissiper une partie des contraintes.

@tarekb : votre remarque rejoint le débat. La connexion de type « cône morse » a la réputation d’être une des plus stables (si ce n’est la plus stable) qui soit. A telle point que vous affirmez pouvoir vous passer de vis d’assemblage. Mais en cas de surcharges, l’extrême stabilité de la connexion transfère les surcharges à d’autres éléments plus fragiles du système : généralement la céramique, le pilier s’il est très fin ou l’implant.

Laisser un commentaire