Navigate / search

Quel est le meilleur profil prothétique péri-implantaire en 2014? #3

Après la première et la deuxième partie, nous présentons un autre cas clinique pour discuter des variations du profil d’émergence en implantologie orale.
Cette patiente de 54 ans sans antécédents particuliers est adressée pour le remplacement d’une 22 devenue mobile et disgracieuse (photos 1, 2). La dent présente en effet une mobilité importante et une récession vestibulaire. L’espace mésio-distal est étroit. La radiographie rétroalvéolaire montre une racine courte et étroite (photo 3). La dent a déjà subi une égression. La patiente souhaite fermer l’espace interdentaire entre la 21 et la 22.

Le choix implantaire est donc fait et un implant est positionné en position de 22. L’indicateur de direction montre le respect des racines des dents adjacentes (photo 4). Pour suivre le même logique des cas cliniques présentés auparavant, une greffe de gencive conjonctive est faite en vestibulaire en même temps (photo 4 bis). Le bord osseux vestibulaire étant très apicalisé, c’est donc le bord osseux palatin qui sert de référence. L’implant est enfoui suffisamment pour éviter tout risque esthétique (photo 4 ter). A 1 mois, le contrôle de cicatrisation est bon (photo 5).

Nous souhaitons utiliser comme les deux cas présentant un pilier étroit ; c’est donc la raison pour laquelle un pilier de cicatrisation étroit est utilisé.
Lors de la réalisation de la coiffe provisoire, nous respectons les mêmes impératifs que précédemment à savoir :

  • un implant de petit diamètre,
  • avec un pilier étroit (photo 6 et 6 bis)
  • et une coiffe provisoire avec une surface concave (photo 7).

La coiffe provisoire est mise en place en réalisant une incision intrasulculaire. Cette incision a pour but de pouvoir la mettre en place facilement et faciliter les excès de ciment.
Classiquement au bout de trois mois, la coiffe d’usage est réalisée (photo 9 et 10).

A ce stade, les papilles ne sont pas complétement restaurées. A un an, le contrôle de cicatrisation est satisfaisant. A 4 ans, la restauration reste esthétique et s’harmonise avec les dents adjacentes.

Conclusion du cas clinique :

La situation clinique initiale présentait une difficulté en raison de l’importance de la récession vestibulaire. L’édentement unitaire étant étroit, c’est l’os des dents adjacentes qui a permis de restaurer les papilles interdentaires. Dans ce type de situation, il est important d’utiliser des pièces prothétiques étroites (implant et pilier) et d’éviter toute compression sur les tissus mous. Il nous parait également important de surconstruire la situation initiale.

Conclusion du choix du profil d’émergence implantaire :

A la vue de ces trois cas cliniques, il nous semble que le profil d’émergence ne doit pas être identique en fonction des situations cliniques.
Dans les régions esthétiques, nous préférons :

  • Des pièces prothétiques étroites, en plaçant dans la mesure du possible l’implant en palatin.
  • Dans ces situations, il faut reconstruire ou surconstruire la zone vestibulaire (ROG, greffe osseuse ou gingivale)
  • Essayer de réaliser des surfaces concaves pour « attirer » les tissus mous en palatin et éviter de vouloir soutenir la gencive. Toute pression excessive risque à terme de provoquer une récession.

Dans les régions sans dominances esthétiques, nous préférons :

  • Privilégier le contrôle prophylactique en réalisant des surfaces convexes. Dans ces situations, le bord osseux est épais et la quantité de gencive abondante.
  • Dans la mesure du possible, nous privilégions une réduction du diamètre du pilier pour permettre un manchon épithélio-conjonctif garant de la bonne santé gingivale péri-implantaire.
  • Dans les cas de crête de faible épaisseur (résorption vestibulaire), nous réalisons comme dans les secteurs antérieurs une émergence avec des surfaces concaves. En cas de prothèse scellée, les préparations devraient être supra-gingivales ou juxta pour favoriser le nettoyage prophylactique des joints.
Dans ce type de cas clinique, quel choix de profil d’émergence auriez-vous choisi et pourquoi ?

Comments

toutou

Bonjour
Votre presentation est excellente,je ne vois pas ce que nous pourrions ajouter .
Modestement ;nous essayons de privilegier le vissage, option qui peut etre difficile a realiser et entrainer des erreurs avec des possibilites de correction amenuisees., au niveau des antérieures bien sur , l’enfouissement du col pose aussi un probleme pour les cones morses
etc etc
BONNE JOURNEE

Leave a comment