Naviguer / Chercher

Comment obturer le puits d’accès à la vis ?

Lors de l’assemblage d’une prothèse implantaire fixe, il est impératif de veiller à l’obturation du puits d’accès à la vis.
Si la prothèse est scellée, l’obturation ne concerne que le pilier implantaire. Si la prothèse est vissée, il faudra non seulement protéger la vis mais aussi obturer le puits d’accès de la manière la plus étanche et la plus esthétique possible.

Protéger la vis

Nous l’avons déjà dit à de nombreuses reprises sur ce blog : la ré-intervention en prothèse implantaire est une réalité qu’il faut anticiper au moment de l’assemblage. C’est pourquoi il est indispensable de protéger la tête de la vis implantaire et ainsi éviter qu’elle ne soit endommagée par un mouvement de fraise trop appuyé, ce qui rendrait le dévissage impossible.

Différents matériaux sont envisageables pour protéger la vis :

  • Le Cavit®
  • La gutta-percha
  • Une boulette de coton
  • Un bouchon de silicone d’enregistrement de l’occlusion
  • Le PTFE (Polytétrafluoroéthylène) ou Téflon®

Ce dernier matériau retient notre attention pour plusieurs raisons :

  • il est très économique : on trouve sur internet des lots de 10 rouleaux pour 3€ et toute quincaillerie qui se respecte propose des rouleaux de 10m de Téflon pour moins de 1€.
  • Il ne se prend pas dans la fraise contrairement au coton.
  • il ne sent pas mauvais : lors de la réintervention, le coton ou le Cavit® laissé en place plusieurs mois ou plusieurs années, dégage une odeur nauséabonde de percolation bactérienne. Cela ne veut pas dire que le Téflon® empêche la percolation bactérienne (elle est inévitable) mais on peut penser que les micro-organismes trouvent un substrat moins favorable à leur développement.
  • Il peut s’utiliser dans d’autres domaines de l’odontologie, en particulier en dentisterie adhésive pour parfaire l’isolation du champ opératoire.

Refermer le puits d’accès en prothèse vissée

En prothèse implantaire vissée, il existe différents matériaux et techniques permettant d’obturer le puits d’accès à la vis de manière étanche. Le plus souvent, nous faisons appel au matériau composite qui reste d’une utilisation plus économique et surtout plus souple.

Mais certains praticiens demandent à leur laboratoire de fabriquer un bouchon en céramique (pressée ou usinée) à cimenter dans le puits d’accès. L’avantage de cette technique est surtout d’éviter la différence chromatique entre le composite et le reste de la prothèse et d’optimiser à la fois l’étanchéité de l’obturation et son résultat esthétique.




Il est conseillé de traiter la céramique pour le collage du composite au voisinage du puits d’accès avant de mettre la prothèse en bouche. Il faut d’abord examiner avec soin l’interface de céramique. Si la céramique avoisinant le puits d’accès à la vis a été glacée, il est conseillé de dépolir légèrement sa surface soit grâce à un sablage doux, soit au moyen d’une fraise à grains fins utilisée à très faible vitesse (C.A bague rouge).

La surface de céramique est alors mordancée à l’acide fluorhydrique puis rincée abondamment. Le temps d’application de l’acide fluorhydrique dépend du type de céramique utilisée. SI vous n’êtes pas sûr du type de matériau utilisé et/ou du temps de mordançage, votre laboratoire de prothèse pourra vous renseigner.
Après rinçage, il est recommandé de placer la prothèse dans un bac à ultra-sons rempli d’eau distillée pendant 5 minutes.

Une fois la prothèse mise en place et la vis correctement torquée et recouverte de bande téflon, l’adhésif est appliqué et polymérisé avant de mettre en place le matériau composite.

Le choix du composite peut avoir son importance en fonction du type de prothèse :

  • Si la prothèse est à infrastructure métallique et que le puits d’accès est profond, on peut utiliser un composite opaque pour masquer le métal et la profondeur du puits, et recouvrir d’un composite de teinte émail/dentine adapté.
    obturer_puis_acces_vis_2a
  • Si la prothèse est « tout céramique », le composite opaque sera utile si le puits d’accès est très profond.
  • Quels matériaux utilisez-vous pour protéger les vis implantaires ?
  • Rencontrez-vous des problèmes pour l’obturation des puits d’accès (esthétique, décollement…) ?

Commentaires

eugenium

moi je mets du sealent pour bloquer la vis dans le puit, ça s’enlève au départ à la fraise puit à l’ultrasons fin sans eau qui fragmente le composite y compris à l’intérieur de la vis et il n’y a pas de problème d’odeur

Guillaume GARDON-MOLLARD

Bonjour eugenium,
Si je vous comprends bien, vous faites couler du composite fluide sur toute la hauteur du puits d’accès, directement au contact de la vis, puis que vous photo-polymérisez. C’est bien cela?
Même si je vous crois sur parole quand vous dites que cela fonctionne bien pour vous, personnellement, cela trouve cela assez périlleux, volontiers chronophage pour ce qui est du retrait et relativement couteux au final.
De plus, je me mets à la place d’un praticien tiers qui aurait à intervenir sur une prothèse implantaire obturée de cette manière… Suspense « hitchcockien » sur toute la ligne (L’Ombre d’un doute, Sueurs Froides & Psychose)!
🙂
Merci pour votre commentaire et vos éventuelles précisions.

Gérard DUMINIL

Très bon sujet Guillaume,
Il y a un ou deux ans, j’ai personnellement abandonné la gutta pour le téflon et j’en suis très content. Facile à placer et à déposer. Ces puits de vissage posent souvent un problème esthétique en face occlusale par la discoloration qui en résulte, mais ils sont incontournables dans les bridges complets implanto portés pour en permettre la maintenance.

eugenium

Vous parlez comme si ça arrivait sans cesse?
alors d’abord je n’utilise que du cône morse (en particulier TK) qui déjà est reconnu pour être la connectique la plus sûre (?) donc si ma mémoire est bonne je n’ai eu qu’à retourner qu’une fois et ça n’était pas pour un problème de dévissage mais de pilier fracturé sur un problème occlusal (primordial pour éviter les dévissages), donc la méthode parait éviter les dévissages, quant à fraiser du sealant ça n’est pas vraiment insurmontable et si on touche un peu le bord de la vis quelle importance? l’intérieur de la vis part très bien à l’insert ultrason fin sans eau (en alternance), l’ultrason chauffe et fragmente la résine très bien; (par contre pour les prothèses à dévisser régulièrement il vaut surement mieux mettre du teflon)
non franchement , pas de quoi stresser?
merci pour vos sujets

Guillaume GARDON-MOLLARD

Je comprends parfaitement vos arguments mais le dévissage n’est pas la seule raison qui puisse amener à accéder à la vis prothétique. Les fractures de cosmétiques, les problèmes de points de contact qui s’agrandissent avec le temps (https://www.idweblogs.com/e-implanto-proth/2015/03/08/quand-la-prothese-fait-garde-manger/), le besoin de faire évoluer des prothèses implantaires (https://www.idweblogs.com/e-implanto-proth/2013/05/06/limplantologie-du-futur-2/)…
Il n’y a pas de quoi stresser – vous avez raison – mais dans tous les cas de ré-intervention, on est toujours plus serein lorsque on trouve ce que l’on ce que l’on s’attend à trouver!
Bien à vous.

eugenium

ok , je précise par ailleurs que tout ceci se fait sous loupe (x3,8) ce qui facilite grandement l’opération

eugenium

ok , je précise par ailleurs que tout ceci se fait sous loupe (x3,8) ce qui facilite grandement l’opération.

dovieille

Ouh la la Eugenium ! je n’aimerai pas être le successeur dans la bouche de vos patients dans quelques années ! Qui vous dit que le travail que vous faites aujourd’hui ne sera pas à refaire dans 10 ans ?
Merci à tous pour votre blog.

jerome

Eugenium n’a jamais eu de problème, jusqu’au jour où il constatera avec ses loupes qu’il a fraisé la tête de vis et se trouvera alors bien ennuyé (le mot est faible). Vive le Téflon !

Laisser un commentaire