Naviguer / Chercher

L’implantologie du futur #2

Pour le cas présenté dans le post « l’implantologie du futur #1 » la première chose à faire est de trouver les références précises des implants placés.

  • Demander d’abord au patient de contacter le praticien qui les a placés et de récupérer les informations suivantes : marque de l’implant, diamètre, longueur, type de connexion et si possible l’étiquette de traçabilité.
    S’il est impossible d’obtenir ces informations (praticien introuvable, références introuvables, société commerciale disparue) :
    – soit vous vous lancez dans un appel à témoin auprès de confrères. Par exemple, le forum Eugenol permet de poster des radiographies et des photos des implants et de solliciter la communauté d’internautes qui pourront peut être vous aider à trouver la solution. Mais attendez-vous à des difficultés et des tâtonnements…
    – soit vous envisagez d’emblée la dépose des implants
  • Ensuite, vous devez vous procurer le catalogue des pièces de la/les marque(s) implantaire(s) en question.
    Résistez à l’envie immédiate de contacter le service commercial de la société et prenez le temps d’étudier par vous même, à tête reposée, les caractéristiques du système et de les confronter à la situation clinique. Au cas où vous deviez solliciter l’aide commerciale, vous ne vous laisserez pas guider aveuglément et vous pourrez rester critique par rapport aux solutions qui vous sont proposées.
    Dans le catalogue vous devrez vous procurer le matériel implantaire de prise d’empreinte des implants : piliers coniques le cas échéant, transfert d’empreinte, vis de transfert et analogue d’implant. Il est important de savoir également si les tournevis et les clés de serrage dont vous disposez habituellement sont compatibles.
  • Maintenant que vous connaissez les références des implants en place, et que vous savez que vous pouvez en prendre une empreinte, il vous faut bâtir un projet prothétique pour savoir si le positionnement des implants existants permet la réalisation d’une prothèse susceptible de donner satisfaction au patient tant sur le plan esthétique que fonctionnel.
  • A ce stade, le plan de traitement prothétique doit être établi de manière collégiale avec le chirurgien, le praticien en charge de la réalisation prothétique, le prothésiste de laboratoire et le patient.
    • conservation / dépose / ré-enfouissement des implants existants,
    • mise en place de nouveaux implants en transformant le montage directeur en guide radiologique et/ou chirurgical
    • choix du type de prothèse : prothèse amovible à complément de rétention implantaire, prothèse scellée, prothèse transvissée…
    • avantages, inconvénients, risques, cout et consentement éclairé.

    Les échecs et les complications en prothèse implantaire sont rarement simples à gérer. Il faut d’abord se donner le temps d’une analyse rigoureuse et méthodique:

    • de la situation clinique (tant biologique que psychologique)
    • des possibilités liées au(x) système(s) implantaire(s) en présence,
    • des contraintes liées au laboratoire de prothèse,
    • des risques, des aléas et des coûts d’une éventuelle intervention.
La prise en charge de patients multi-implantés, porteurs d’implants de marques différentes, ne sont-ils pas les preuves vivantes d’une certaine forme d’échec de la dentisterie moderne ?

Prothèse : Guillaume GARDON-MOLLARD
Chirurgie : Thierry DEGORCE

Commentaires

toujours les 2 mêmes options :
1- partir à la recherche de stocks en utilisant un réseau de praticiens anciens utilisateurs et/ou des anciens cadres de l’entreprise… Long, fastidieux et incertain.
2- déposer les implants. Ce qui n’est pas si compliqué car ces « petites marques » implantaires n’ont, en général, pas les mêmes moyens de recherche & développement que les « grandes marques » notamment en ce qui concerne l’état de surface. Conséquence clinique : le BIC (Bone Implant Contact) est moins performant et l’implant beaucoup plus facile à déposer. Les techniques et les outils de dépose varient en fonction des cas mais les principes de préservation osseuse demeurent.
Un ouvrage conseillé : http://www.information-dentaire.fr/boutique/librairie-revue-detail.php?produit=304

[…] Les prothèses implanto-portées par exemple sont sujettes à des complications (fractures de céramique, changement des vis…) et donc à une maintenance à court, moyen et long terme. Ces événements, possibles mais difficilement prévisibles, seront mal vécus par les patients qui pensaient « qu’une fois leurs dents sur implants posées : ils seraient tranquilles…à vie! » […]

Laisser un commentaire