Naviguer / Chercher

Les transferts d’empreintes modifiés

Après nous être penchés sur différents aspects propres aux transferts d’empreinte en prothèse implantaire dans les posts suivants :

Nous allons décrire la technique des transferts d’empreinte personnalisés.

Le profil d’émergence

Le profil d’émergence est une notion très importante en prothèse implantaire. Elle découle du fait que les implants n’ont pas la même forme que les racines naturelles alors que les prothèses implanto-portées doivent reproduire au mieux la morphologie des couronnes cliniques.
Quelle forme donner à la partie de la prothèse située entre le col de l’implant (généralement étroit et circulaire) et le collet de la prothèse implanto-portée? La réponse à cette question conditionne fortement deux aspects importants du résultat prothétique :

  • la santé et la stabilité des tissus mous péri-implantaires
  • l’esthétique des tissus gingivaux lorsque la prothèse intéresse le secteur antérieur.

Nous avons déjà abordé cette notion de profil d’émergence dans le post « Les améloplasties en prothèse implantaire » mais pour plus d’informations, nous invitons le lecteur à explorer le blog d’implantologie esthétique du Dr Thierry Degorce.

L’enregistrement du profil d’émergence

Nous l’avons vu, les transferts d’empreinte permettent d’indexer la position tridimensionnelle des implants et des structures environnantes.
Mais comment faire pour enregistrer le profil d’émergence lorsque celui-ci a été patiemment travaillé par les prothèses transitoires ?
Si vous discutez avec votre prothésiste au sujet des cas pour lesquels le profil d’émergence revêt une importance particulière, vous l’entendrez certainement vous dire à quel point il lui est utile de disposer de cette information dans l’empreinte implantaire pour optimiser le résultat prothétique.

Le cas clinique présenté ici est celui d’un patient de 66 ans souffrant d’une parodontite chronique de l’adulte ayant provoqué une alvéolyse sévère au niveau de ses deux incisives centrales maxillaires et qui s’accompagne d’une vestibulo-version esthétiquement délétère pour le patient.

Après traitement parodontal et réévaluation, la décision est prise d’extraire ces deux dents et de les remplacer par des prothèses implanto-portées.

Les dents ont été extraites, les alvéoles comblées et une prothèse amovible mise en place. Puis dans un deuxième temps chirurgical, deux implants (Active, Nobel Biocare®) sont mis en place et deux prothèses transitoires transvissées aux profils d’émergence concaves ont permis de mettre en forme les tissus mous péri-implantaires.

A l’issue de la phase d’ostéo-intégration, le patient est revu pour la réalisation des prothèses d’usage en céramique.

L’enjeu de la réalisation prothétique est de reproduire les morphologies des prothèses transitoires ayant permis de sculpter les tissus mous péri-implantaires. Pour cela, nous utilisons la technique dite des transferts modifiés et dont voici les étapes illustrées :

  • Après anesthésie locale des tissus mous péri-implantaires, les prothèses transitoires sont déposées et chacune est connectée à un analogue d’implant grâce à la vis prothétique.
    Fig. 3 : Composants prothétiques nécessaires à la prise d’empreinte.
    Fig. 3 : Composants prothétiques nécessaires à la prise d’empreinte.
  • Un silicone par addition de consistance putty est malaxé et disposé dans un grand godet à résine. Les prothèses transitoires connectées aux analogues sont plongées dans le silicone (analogues en premier) et en appliquant bien le matériau sur la zone du profil d’émergence à enregistrer et en veillant à ne pas obturer les puis d’accès aux vis prothétiques.
    Fig. 4a : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
    Fig. 4a : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
  • Une fois la prise du silicone effectuée, les prothèses transitoires sont dévissés des analogues qui restent emprisonnés dans le matériau.
    Fig. 4b : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
    Fig. 4b : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
  • Des transferts d’empreinte standards sont connectés et vissés aux analogues d’implant puis une résine fluide est injectée dans l’espace dévolu au profil d’émergence implantaire.
    Fig. 4c : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
    Fig. 4c : Enregistrement et reproduction du profil d’émergence dans le silicone.
  • Une fois la prise de la résine effectuée, les transferts d’empreinte sont dévissés et retirés du silicone. Les excès périphériques de résine sont ébarbés à la fraise de manière à pouvoir les repositionner en bouche sans interférence.
  • L’empreinte implantaire est réalisée en technique pick-up grâce à un porte-empreinte individuel ouvert qui permet d’emporter les transferts personnalisés.
  • Les enregistrements de l’occlusion et des couleurs sont effectués et les prothèses transitoires sont revissées sur les implants en bouche.

Vous pouvez visionner la procédure clinique en vidéo en cliquant ici.

Après traitement de l’empreinte au laboratoire, le prothésiste dispose d’une réplique extrêmement fidèle de l’architecture des tissus mous tels qu’ils ont été préparés par les prothèses transitoires.
Il a été choisi de réaliser deux couronnes implantaires en céramique sur zircone montée sur piliers Ti-base, transvissées directement dans les implants.

L’essayage des prothèses est réalisé sans anesthésie locale et il est intéressant de noter que le patient ne ressent aucun inconfort lors de la mise en place des prothèses d’usage, ce qui contraste fortement avec la douleur ressentie lors de la mise en place des prothèses transitoires qui ont nécessairement provoqué une pression et un déplacement des tissus mous péri-implantaires.
On observe une parfaite adaptation des prothèses d’usage aux tissus mous, en douceur, sans blanchiment de la muqueuse.

  • Faut-il systématiser ce protocole prothétique pour les cas implantaires du secteur antérieur ?
  • Voyez-vous des difficultés à la réalisation de cette technique ?
  • Pensez-vous que cette technique permette d’optimiser les résultats prothétiques, tant au laboratoire qu’au fauteuil ?

Commentaires

François UNGER

Très beau post; très belle série de posts. Clair, didactique, instructif, bien illustré, bref, la formation au top. Merci Guillaume
François

Laisser un commentaire