Navigate / search

Les péri-implantites associées aux restaurations implantaires scellées à l’aide d’un ciment à base de méthacrylate de méthyle : étude rétrospective

Cement-associated peri-implantitis: a retrospective clinical observational study of fixed implant-supported restorations using a methacrylate cement. Korsch M, Obst U, Walther W.Clin Oral Implants Res. 2014 Jul;25(7):797-802

Résumé:
Le but de cette étude est d’évaluer la présence d’excès de ciment responsable d’une inflammation parodontale autour des piliers implantaires lors d’une étude rétrospective chez l’homme.

Matériels et méthodes

Cette étude rétrospective inclut 71 patients (126 implants). Les patients portent une prothèse scellée depuis de nombreux mois. Les restaurations implantaires sont évaluées à l’aide d’un sondage parodontal en 6 sites différents. Puis les coiffes et les piliers sont démontés. La présence ou l’absence de ciment de scellement dans les tissus implantaires est noté. Puis les piliers et les coiffes sont nettoyés et recollés à l’aide d’un ciment provisoire de type TEMP BOND.

Résultats

Dans cette étude initialement, 55 % des implants présentent un saignement parodontal. Lorsque les restaurations sont démontées, les auteurs retrouvent dans 59,5 % des cas des résidus de ciment de scellement. Un saignement au sondage est retrouvé dans 80 % des implants qui ont présenté des excès de ciment. 20 % des implants de cette étude présentent des signes de suppurations lors du sondage parodontal. Après le retrait des excès de ciment et le rescellement avec un ciment provisoire les auteurs constatent une réduction de77 % du saignement. Tous les signes de suppuration ont disparu lors des rendez-vous suivants.

Conclusion

Les excès de ciment de scellement à base de métacrylate de méthyle sont fréquemment retrouvés dans cette étude. Ces excès sont responsables d’une inflammation dans un nombre de cas relativement élevés, parfois ces excès provoquent une suppuration.

Commentaire de cette étude

Cette étude montre clairement que malgré le soin apporté dans plus de 50 % des cas il existe des excès de ciment de scellement sur les piliers implantaires. Selon les auteurs, une des raisons de cette contamination par le ciment est la faible viscosité du méthacrylate de méthyle . De plus ce ciment favoriserait une fixation plus rapide de bactéries de virus. Le ciment provisoire de type temp bond  ayant une très grande viscosité  et contenant de l’eugénol serait donc une alternative intéressante. Par ailleurs ce ciment étant plus radioopaque, sa détection en clinique serait plus facile. Sans vouloir réveiller le vieux serpent de mer entre restaurations implantaires scellées ou transvissées, cette étude montre clairement que les scellements des pièces prothétiques avec un ciment risque de favoriser une inflammation des tissus péri-implantaires. A noter que parfois même sans inflammation, les tissus implantaires sont contaminés par des excès de ciment au moment de l’étude.

A la lecture de cet article, est-il raisonnable de penser que le risque de péri-implantite soit augmenté en prothèse scellée implantaire ?
Dans votre pratique, quel moyen d’assemblage utilisez-vous en prothèse implantaire ?

Leave a comment