Naviguer / Chercher

Implant Files et Implants Dentaires

La récente enquête menée par un Consortium international de journalistes a mis en lumière les douloureux dégâts liés aux complications chirurgicales, ainsi que les manquements administratifs liés à la commercialisation de certains dispositifs médicaux implantables (DMI).
Les implants dentaires sont des DMI comme tant d’autres, de ceux qui fonctionnent à large échelle. Ils font partie de la classe IIa des dispositifs médicaux à savoir des dispositifs médicaux invasifs à court terme et ceux à long terme de la sphère oro-pharyngée. Ils font donc partie des dispositifs mis en place dans le but de rester le plus longtemps possible dans le corps de celui qui les reçoit.
Les questions concernant le comportement à long (10 ans) voire très long terme (20, 30 ans…) sont donc légitimes. Du point de vue du consentement éclairé, les patients doivent être clairement et honnêtement informés des risques liés à leur traitement.

Le but de cet article est de répondre aux interrogations des patients qu’aurait pu susciter ce type d’enquête journalistique.

Les implants dentaires sont-ils fiables ?

La réponse est oui. La totalité des études sérieuses effectuées sur le sujet montrent des taux de réussite à long terme très favorables, systématiquement supérieurs à 90 % de succès après 20 ou 30 ans de fonctionnement.

Cependant, malgré ces résultats exceptionnels, aucune étude n’a encore montré que les implants dentaires étaient éternels ou qu’ils ne posaient jamais aucun problème. Ces problèmes sont connus, relativement peu fréquents et, dans l’immense majorité des cas, bénins, dans le sens où il ne provoquent généralement pas de dégâts qui ne soient irréversibles.

Les implants dentaires sont-ils une technique éprouvée ?

La réponse est oui. Les premiers implants dentaires ont été posés dans les années 1960, suite aux travaux du Professeur Per-Ingvar Brånemark présentés publiquement dix ans après les premiers essais de laboratoire puis cliniques qu’il avait mené.
Depuis, des milliers de patients à travers le monde ont pu garder ou retrouver le sourire, et l’ont ainsi élevé aux rangs des Bienfaiteurs de l’Humanité.

Existe-t-il des cas de rejet implantaire ?

La réponse est oui. Il ne faut cependant pas confondre les « vrais » rejets et les situations où un implant ne s’intègre pas. Ces dernières peuvent être liées :

  • à des problèmes de conception ou à la fabrication de l’implant (exemple : implant défectueux, implants low-cost…) ;
  • à des problèmes de manipulation ou de mise en œuvre (exemple : respect des protocoles de mise en place, respect des temps de cicatrisation…) ;
  • à des problèmes en lien avec l’état de santé général (exemple : diabète, tabac…).

Les vrais rejets implantaires ou les allergies au titane sont rarissimes mais des rapports de cas ont été publiés. La raison est encore inconnue. En cas d’allergie vraie, le retrait du ou des implants est discuté selon le rapport bénéfice/risque.

Les implants dentaires peuvent-ils être retirés en cas de problème ?

La réponse est oui. Cela nécessite une intervention chirurgicale, généralement sous anesthésie locale, voire générale si la situation médicale le nécessite.

Existe-t-il des cas de cancers liés aux implants dentaires ?

La réponse est non. Plusieurs études scientifiques très bien menées ont recensé tous les cas répertoriés où un doute existait entre l’apparition d’un cancer oral et la présence d’implants dentaires. Outre le nombre extrêmement faible de cas recensés, le lien de cause à effet n’a, jusque là, jamais été établi.

Au delà de ces résultats, il faut garder à l’esprit que les implants dentaires sont même d’un grand secours pour les patients opérés pour des cancers maxillo-faciaux puisque les implants ostéo-intégrés leur permettent de bénéficier de prothèses maxillo-faciales et dentaires et d’améliorer leur qualité de vie.

  • Pensez-vous que l’enquête « Implant Files » ait augmenté l’inquiétude des patients vis-à-vis des implants dentaires ?
  • Pensez-vous que les craintes des patients vis-à-vis des implants dentaires soient justifiées ?
  • Pensez-vous que le contrôle scientifique des implants dentaires soit suffisant ou au contraire insuffisant ?

Laisser un commentaire