Navigate / search

Evaluation de l’interface pilier/implant pour une connexion en cône morse avant et après mise en charge

Changes in the abutment-implant interface in morse taper implant connections after mechanical cycling: a pilot study. Gehrke SA, de Araújo Pereira F.
Int J Oral Maxillofac Implants. 2014 Jul-Aug;29(4):791-7.

Le but de cette étude théorique est d’évaluer l’interface entre un pilier et un implant lors de l’utilisation d’une connexion en cône morse avant et après mis en charge.

Matériels et méthodes

Quatre implants sont utilisés. Sur chacun de ces 4 implants, quatre marquages sont faits à l’aide d’une fraise. Dans les conditions de laboratoire, les implants sont donc mis en charge pendant 345 600 fois avec une force de 80 newtons. L’évaluation de la qualité de l’interface est faite à l’aide de grossissement x1000 et 5000 au niveau des encoches réparties sur l’implant. Une mesure de l’interface prothétique pilier/implant est faite à partir de ces photographies.

Les résultats

Il existe des différences significatives d’interface avant et après la mise en charge. Le test statistique utilisé est le test en T de Student. Les auteurs montrent qu’en moyenne la mesure de l’interface entre le pilier et l’implant lors de l’utilisation de cône et de 3,34 µm avant la mise en charge. L’interface passe à 1,35 µm après la mise en charge. Cette différence moyenne interface est statistiquement significative.

Discussion

Cette étude montre qu’après une mise en charge l’interface entre le pilier et l’implant diminue de manière significative lors de l’utilisation d’une connexion en cône morse. Cette réduction de l’interface permettrait une meilleure adaptation des pièces prothétique et un meilleur scellement.

Commentaire

Cette étude est intéressante car l’interface pilier/implant a été préalablement étudiée. Cependant rares sont les études qui ont évalué son évolution au cours de la mastication. Cette étude même si elle n’est que théorique avec les limites qu’elles comporte permet de montrer une amélioration de l’interface après une mise en charge. Il est à noter que pour ces implants même si on ne connaît pas le degré de conicité de la connexion, l’interface qui est utilisée est sans indexation . Il s’agit donc d’une véritable liaison en cône morse. Par ailleurs il serait intéressant d’évaluer ces mêmes résultats à l’aide d’un microscope à balayage électronique pour avoir une vision encore plus précise de la liaison obtenue.

A la lecture de cette étude, pensez-vous que l’utilisation d’une liaison conique en cône morse non indexée soit cliniquement intéressante ?

Comments

henri

Salut Laurent,
Merci pour le résumé et les vidéos. Vive le cône morse !

Leave a comment