Navigate / search

Les complications implantaires, cela n’arrive pas qu’aux autres ! #2

  1. Les complications implantaires, cela n’arrive pas qu’aux autres ! #1
  2. Les complications implantaires, cela n’arrive pas qu’aux autres ! #2

Nous présentions dans un post précédent un patient d’une cinquantaine d’année, adressé pour la fracture d’une incisive centrale maxillaire droite (photo 1,2) traité par un implant dentaire sur un pilier zircone. Au bout de quelques mois, le patient revient avec la coiffe en vestibulo-position (photo 3).

La radiographie montre une fracture de pilier implantaire (photo 4). La coiffe est retenue par le pas de vis du pilier sous le col en céramique. En effet dans le système implantaire utilisé, la vis est solidaire du pilier (photo 5). Le pas de vis est soudé par laser sur sa tige. La priorité est donc bien sûr de ne pas abimer la connexion implantaire sinon, il faut déposer l’implant ou retarauder la connexion.

La solution est donc de désolidariser le pas de la vis du pilier pour retirer la coiffe. La coiffe est donc immobilisée par des coins de bois en mésial et distal puis elle est fraisée pour la faire ensuite tourner sur son axe. La mobilisation de la coiffe dans l’axe de d’implant permet de désolidariser le pas de vis de la tige du pilier. La coiffe implantaire est donc retirée, elle est solidaire du pilier en zircone (photo 6).

Photo 6 : Coiffe implantaire retirée solidaire du pilier prothétique implantaire
Photo 6 : Coiffe implantaire retirée solidaire du pilier prothétique implantaire

Ensuite, à l’aide d’aide optique (microscope), lors de la réalisation d’un lambeau d’exploration, l’intrados de l’implant doit être nettoyé avec des ultrasons. Il faut en effet retirer tous les éclats de zircone dans la connexion implantaire sans abimer le col implantaire. Le nettoyage aux ultrasons doit être fait à puissance faible. L’avantage de la zircone est son aspect blanc très crayeux qui contraste avec le titane.
Après avoir retiré les fragments du pilier zircone, il faut retirer le pas de vis toujours vissé dans la partie taraudée de la connexion implantaire. Deux solutions sont alors possibles, soit en utilisant le tournevis prothétique soit en utilisant un instrument spécifique que l’on surnomme tourne à gauche. Le but est de coincer l’instrument dans le pas de vis pour le dévisser et laisser libre ENFIN la connexion implantaire. Dans notre exemple, c’est le tournevis prothétique qui a permet de retirer le partie filetée.
Nous avons remis en place un autre pilier prothétique et réalisé une nouvelle coiffe d’usage (photo 7).

Photo 7 : Prothèse d’usage vue vestibulaire
Photo 7 : Prothèse d’usage vue vestibulaire
  • Quelle expérience avez-vous des piliers en zircone ?
  • Avez-vous déjà dû faire face à des fractures de pilier implantaire ?

Comments

pluton

cher confrère, merci d’être un peu plus précis dans votre exposé…car pour un non initié, votre description du problème est incompréhensible…

je vais rectifier pour plus de lisibilité:

visiblement, il y a non seulement fracture du pilier dans le col de l’implant, mais aussi une fracture de la vis dans le filetage de l’implant
comme la déformation de la vis est importante, la partie supérieure (tige + tête de vis) est coincée dans ce qui reste du pilier rendant son dévissage impossible, et la restauration prothétique est retenue au niveau apical par une petite amorce du filetage résiduel au niveau de la zone de fracture…ce qui explique que vous ayez été obligé de fraiser la couronne pour dévisser l’ensemble
il vous a ensuite été possible de déposer la partie zircone coincée dans le col et le morceau de filetage dans l’implant

petite précision: je n’ai jamais vu de vis dont le pas de vis est soudé sur la tige…une vis prothétique est taillé dans la masse…si c’est bien soudé, alors c’est un non sens total car une soudure est une zone de fragilité comparé à un composant monobloc

bref, comme je l’ai déjà dit sur l’autre post: fracture classique sur cette marque d’implant, d’autant plus évident qu’il s’agit d’un pilier zircone…

janea

Cher pluton, ne penses tu pas que les lecteurs des posts d’implanto d’idweblogs risquent d’en avoir marre de lire ta prose donneuse de leçon? Un auteur a le courage de montrer un échec et il prend la peine d’expliquer comment s’en sortir…il rend service non? Il est conscient de l’échec et il le met sur la table, au profit de tous. C’est bien non? Toi tu as la science infuse, tu connais tout et tu n’as jamais d’échecs alors tu donnes des cours de réussite. C’est bien aussi mais ça fatigue…car on aimerait bien les voir tes succès. Que tu apportes des informations complémentaires au débat…parfait. Mais utiliser tes remarques pour te faire valoir, mettre en avant tes compétences, comme pour compenser je ne sais quelle carence, c’est stérile et à la limite du ridicule. Je lis tes commentaires et il est indéniable que tu peux apporter bien des choses; alors je te demande, pour moi et pour bien d’autres lecteurs, de commenter d’une façon plus neutre, sa

janea

…sans chercher à te faire mousser, sans dénigrer tout et tous, sans te sentir menacer dans tes propres compétences.
Puisque l’internet c’est une certaine liberté je m’en suis saisi pour te dire cela. Très cordialement, car la connaissance avance avec l’engagement de tous. Modestement.

pluton

janea, sincèrement je ne vois pas en quoi mon message, courtois, donnant des précisions mécaniques pour expliquer ce qui c’est passé et pourquoi le problème a été résolu de la sorte, afin que tout le monde puisse bien comprendre, me vaut une réflexion de la sorte…

avoir des échecs, c’est normal, tout implanto en a, moi aussi et pas plus tard que ce matin, sur un pote bien sûr…
on connaît les taux de succès primaires, qui tournent tous entre 95 et 99% selon les marques, et donc plus on pose, plus on a d’échecs d’autant plus que les implants peuvent avec le temps être soumis aux problèmes mécaniques mais aussi aux périimplantites

donner des leçons…non, j’essaye juste de vous donner des informations techniques/technologiques que je connais et maîtrise ayant à peu près étudié tout ce qui existe comme implants sur le marché…et c’est aussi ce qui fait de moi un des « experts » en reconnaissance/identification d’implants sur un autre forum (Eugénol…) sur lequel je partage mes connaissances avec le même pseudo…(vous voyez je mets entre  »  » car ce n’est pas moi qui me suis autoproclamé de la sorte, mais mes camarades sur le forum…)

vous souhaitez voir mes cas…pas de problème, vous pouvez fouiller dans les quelques presque 7000 messages et environ 90 sujets publié sur eugénol pour vous faire une idée…il y a des photos et des vidéos

publier sur idweblog, pourquoi pas, mais on ne m’en a premièrement jamais fait la demande, et ensuite je ne sais pas si le fait d’être conférencier pour une marque d’implant (même si je pose plusieurs marques différentes) peut être compatible avec la « politique » du blog

cordialement

janea

cher pluton,
merci de cette réponse informative et pondérée. Pour vous préciser le sens de ma remarque je vais reprendre votre phrase initiale: « pour un non initié, votre description du problème est incompréhensible…je vais rectifier pour plus de lisibilité ». Voila un exemple typique de ce qui me semble une intervention prétentieuse. Vous auriez pu écrire « pour bien comprendre votre problème je m’interroge sur la façon de comprendre votre texte; n’aurait-il pas fallu écrire… »
Mais 10 autres phrases amicales et respectueuses de l’auteur auraient pu être écrite. Votre attaque vous dessert et dessert la qualité de votre message. Un blog n’est pas un forum…je l’ai appris à mes dépens et c’est tout ce que je voulais vous faire remarquer.
Nous devons toujours créditer ceux qui travaillent ensemble d’une véritable valeur, reconnaître leur effort et ensuite seulement aller dans la critique constructive. Car la critique est constructive si elle n’est pas noyée par des considérations ou un ton qui la desservent. Je préférais vous le dire directement, sans animosité, car je sais que d’autres utilisateurs d’idweblogs ont eu la même réaction que moi.
Maintenant au travail: Merci de votre proposition de posts. J’irai voir vos contributions sur Eugénol. A titre personnel je serai heureux de voir vos travaux montés sous forme de posts et je ne vois pas pourquoi le fait d’être conférencier pour une marque d’implant serait un handicap. Bien des auteurs de posts sur les blogs d’idweblogs sont des conférenciers de marques d’implants. Il suffit de le dire et les normes de conflits d’intérêt sont respectées.
Cordialement

Thierry COLLIER

Bonjour,
je m’adresse à Janea pour lui dire mon accord sur l’importance des précautions oratoires nécessaires dans les débats suscités par les posts, de l’évitement des jugements à l’emporte-pièce vis à vis du travail énorme que peut représenter la production régulière de posts. La fermeté de ses idées ne saurait s’exonérer de courtoisie.

J’ai des questions à vous poser (qui sortent totalement du sujet, l’implantologie prothétique : ne m’en tenez pas trop rigueur) : vous écrivez: » Un blog n’est pas un forum…je l’ai appris à mes dépens » […]
Quelle est la signification exacte de cette réflexion ? Comment cela s’est-il manifesté ? Avec quelles conséquences ? Doit-on y voir une certaine déception ?
Je ne cherche évidemment pas à vous extorquer une quelconque confession – ce n’est évidemment pas le lieu- , et si vous considérez mon interrogation comme malvenue, ignorez-la tout simplement et acceptez mes excuses.
Bien cordialement

Leave a comment