Navigate / search

Barres sur implants : Que faire ? Que faut-il éviter ?

Un précédent post , nous a permis de discuter des options envisageables pour stabiliser une prothèse amovible complète – de préférence mandibulaire – sur des structures implantaires et nous avons vu que les barres de conjonction pouvaient constituer une option.

Ce qu’il faut toujours faire

  • Réaliser une étude prothétique : des modèles d’études montés en articulateur, à la bonne dimension verticale et au bon rapport inter-maxillaire vont permettre de mesurer précisément l’espace prothétique disponible.
  • Choisir le profil de barre adapté et permettre une certaine amplitude de mouvement de la prothèse et ainsi éviter la fracture des éléments prothétiques.
  • Réaliser une grille de renfort pour la prothèse amovible.

Ce que l’on peut faire

  • Avec deux implants
    Les deux implants sont placés idéalement, comme pour la pose de deux attachements axiaux, et une barre ronde ou ovoïde va permettre une amplitude de mouvement liée au différentiel entre l’appui implantaire et l’appui muqueux.
  • Avec trois implants
    A trois implants, la présence de deux segments de barre verrouillent l’amplitude de mouvement de la prothèse et majorent le risque de fracture des composants. L’adjonction sur la barre, de deux attachements axiaux, à équidistance de l’axe médian, va permettre de retrouver une amplitude de mouvement à la prothèse.
  • Avec quatre implants
    Sur quatre implants, il est possible de d’utiliser des extensions de barre distales. Mais pour les raisons invoquées précédemment, des attachements axiaux doivent être ajoutés, de manière symétriques, en positions antérieure et postérieure.

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Avec deux implants
    La réalisation d’extensions distales est contre-indiquée car le bras de levier et les contraintes générées par la prothèse seront trop importants pour deux implants.
  • Avec trois implants
    L’utilisation de deux cavaliers sur deux segments de barre convergents va totalement bloquer les mouvements de la prothèse amovible. Le risque de fractures des composants prothétiques est grand.

Comments

hodina

Bonjour,
Je me posais différentes questions après avoir lu les blogs précédents concernant les PACSI sur locator et sur barre.
Quel est l intérêt des barres aujourd’hui depuis que le système locator existe? En effet, espace réduit des locators, facilité d entretien autant pour le patient que pour le praticien, possibilité de mettre 2 ou 4 implants que ce soit en mandibulaire ou en maxillaire( ce qui permet au maxillaire de ne plus avoir de palais avec 4 implants)
Système modulable.
Facilité de réalisation pour le praticien et le laboratoire.
Concernant les barres, il faut suffisamment de hauteur, une maintenance plus rigoureuse, des possibilité de casse d apres ce que j ai compris aaugmentées, un coût sûrement bien plus onéreux.
L avantage étant que la PACSI serait moins muco-supportée et qu il y aurait donc moins de résorption. C est bien cela?
Cependant, si l on passe par une PACSI sur 4 implants voir si l’on rajoute des système locator sur la barre, pourquoi ne pas passer par un bridge sur implant même si l arcade est raccourcie???
J imagine que le différentiel financier devient moins important.??
Quels sont les critères de choix pour trouver la bonne solution?
J en imagine bien sur certain, entre autre financier, l envie du patient, l, anatomie du patient.
Mais je. N’arrive pas a appréhender en globalité et a synthétiser tous ces critères, avec avantages et inconvénients de chacun deux.
Un tableau synthétique par exemple serait le bien venu.
Merci a vous pour la qualité de vos sujets et interventions.
Et bravo également pour votre autre blog dont je suis fan.

Guillaume GARDON-MOLLARD

Salut Hodina et merci pour ce commentaire.
Vos questions (et vos réflexions) illustrent parfaitement les problématiques qu’il faut confronter et analyser.
Cet article est le dernier d’une série consacrées au PACSI, aux barres et autres attachements :
que penser des barres?
les attachements axiaux
le positionnement des implants
les avantages et inconvénients des attachements
l’option des attachements supra-implantaire

Notre but était de faire un tour d’horizon des différentes options possibles et de confronter les avis et les pratiques grâce aux commentaires. Vos remarques semblent illustrer une tendance nette : les attachements de type Locator sont largement plébiscités en comparaison avec les barres pour les raisons que vous invoquez. Leur simplicité, leur encombrement et leur coût réduit en font une solution de choix particulièrement versatile. Je me permets cependant de moduler votre remarque disant qu’on peut supprimer le palais d’une prothèse amovible complète lorsqu’on les utilise au palais : je pense qu’il faut garder à l’esprit qu’une PACSI doit rester une PAC dans sa logique de conception car si vous perdez de la rétention par usure des attachements, la prothèse dégringolera immédiatement. Réservez la réduction du palais aux cas de réflexes nauséeux problématiques.
Vous faites preuve de bons sens lorsque vous dites qu’à partir de 4 implants la solution du bridge implantaire fixe doit être sérieusement étudiée. Mais notre idée était également de montrer que pour un patient édenté jeune, les solutions de PACSI peuvent être évolutives dans le temps (2 implants d’abord, puis un 3eme + une barre, puis deux autres et un bridge fixe plusieurs années plus tard) et palier aux inconvénients successifs des précédentes solutions.
Il est difficile de fournir un tableau ou un arbre décisionnel applicable pour chaque cas dans la mesure où le coût et les exigences du patient sont des éléments décisifs. Privilégiez donc les solutions les plus durables et qui présentent le moins de complications ainsi que la plus grande facilité de mise en oeuvre ou de réintervention. Voilà peut être le meilleur résumé!
A bientôt.

Leave a comment