Naviguer / Chercher

Anatomie d’une empreinte implantaire numérique

Devant l’engouement pour les nouvelles technologies et plus précisément pour les empreintes optiques en implantologie, nous voulons clarifier les notions de scan post, scan body, implant marker, flo intraoral et tibase pour que chacun soit en accord avec les éléments utilisés.

Pour rappel, comme en implantologie classique, l’empreinte optique ne consiste pas à faire une empreinte du col de l’implant car a priori on sait à quoi il ressemble… En implantologie, on réalise une empreinte de situation de l’implant et de l’environnement gingival.

Il s’agit donc de situer avec précision l’implant dans les trois dimensions mais également ses rapports avec les dents adjacentes et antagonistes.

En implantologie numérique, il convient de fixer un repère dans l’implant au moment de l’empreinte.

Il existe plusieurs solutions possibles :

  • Le scan post (fig. 1) : c’est une pièce métallique haute qui dépasse de la gencive. Cette pièce en titane doit être recouverte par une partie en plastique avant d’être scannée, c’est le scan body (fig. 2). Cette pièce en plastique possède une encoche et elle est uniquement clipsée (fig. 3) sur le scan post.
  • Le scan body (fig. 2) : c’est une partie en plastique qui se clipse sur le scan post ou le tibase.
  • Le tibase numérique (fig. 4) : c’est également une pièce métallique sur laquelle on clipse un scan body. L’avantage du tibase c’est qu’il existe une version numérique qui permet aux usineuses de traiter l’empreinte. En effet, sur ce tibase numérique, on va pouvoir usiner une partie en céramique pour coller ensuite la restauration prothétique.

Quelle est la différence entre le scan post et le scan body ?
Le scan body est la partie plastique qui se clipse sur le scan post (mais également sur le tibase).

Quelle est la différence entre le scan post et le tibase ?
C’est la différence de hauteur transgingivale : le tibase sera recouvert d’une partie en céramique donc il est relativement court. Parfois sa portion transgingivale est trop courte pour mettre avec précision le scan body (fig. 5). En effet, normalement il n’existe qu’une seule position dans laquelle on peut mettre le scan body (il faut que les repères soient alignés) mais si le tibase est un peu en position sous-gingivale alors le scan body se fixe mal dessus. À noter : il existe plusieurs hauteurs de tibase, 1 ou 2 mm.

Quelle est la définition de l’implant maker ?
C’est un transfert numérique que l’on fixe sur l’implant. Il permet de réaliser une empreinte numérique par scannage. Attention, classiquement, on doit réaliser deux empreintes pour une empreinte implantaire : l’une sans vis de cicatrisation puis l’autre avec l’implant maker.

Implant maker = flo intraoral. C’est la même chose.

Pour chaque système implantaire, il existe plusieurs marques de transfert numérique (fig. 6, 7, 8).

Actuellement, les laboratoires de prothèse sont capables de réaliser des coiffes implantaires unitaires et plurales sans réaliser de modèle. Nous verrons cela dans un prochain post.

  • À la lecture des définitions, voyez-vous d’autres précisions à donner ?

Commentaires

Thomas SASTRE

Bonjour,
Je ne comprends pas trop le sens des différentes définitions .
Je me permets d’apporter quelques commentaires.
Mais peut être suis je dans l’erreur .

Le scanbody , où corps de scannage, est une pièce vissée sur l’implant lors du scannage que ce soit au cabinet pour l’empreinte numérique ou au laboratoire sur les modeles en plâtre .Elle transmet l’information tridimensionnelle du positionnement de l’implant .
Cette pièce peut être effectivement clipsée mais surtout vissée .

Le scanpost n’est lui pas dédié à l’implantologie mais à la réalisation des empreintes numériques pour inlay-core .Il est l’équivalent de nos tenons calibrés pour empreinte analogique silicone .

Le ti-base ,ou embase titane est une pièce collée à la couronne ou le pilier implantaire, servant d’interface entre la prothèse et l’implant.
Il n’est pas ,dans la très grande majorité des cas ,vissé en bouche puis scanner( flux de travail cerec) .L’empreinte numérique est réalisée avec un scanbody. Le laboratoire conçoit par la suite la partie coronaire en céramique ou zircone à partir de cette empreinte .Ce n’est qu’après cette étape que le Ti-Base ou ( titanium-base) est collé dans l’intrados prothétique permettant ainsi de visser la restauration sur l’implant .

Laisser un commentaire