Naviguer / Chercher

Les améloplasties en prothèse implantaire

VIDEO

  • Pensez-vous ques ces améloplasties aient un véritable intérêt ?
  • Voyez-vous des inconvénients cliniques à réaliser ce type de manoeuvre pré-prothétique ?

Commentaires

Gérard DUMINIL

Bonjour,
Pourquoi ne pas utiliser un pilier angulé pour rétablir un axe d’insertion prothétique plus favorable et ainsi éviter l’améloplastie ?

laborde

Quelle que soit la solution implantaire, il est nécessaire d’assurer un axe d’insertion prothétique qui doit aussi être perpendiculaire à une ligne rejoignant les points de contact proximaux. Bien entendu, un restauration direct implant est encore plus contraignante dans ce domaine.
Ceci est vrai pour La PF, la PAP, la restauratrice ( inlay/onlay), etc….

Jean-François CARLIER

Il me semble que l’ameloplastie doit être évitée si on peut, par le biais d’un pilier anatomique (atlantis) ou usiné judicieusement choisi, respecter un axe d’insertion perpendiculaire au plan d’occlusion, qui va ménager des embrasures proximales respectant la papille gingivale.
Dans le cas évoqué dans cette vidéo l’élimination de la crête marginale distale de la 2eme prémolaire augmente le risque d’apparition de bourrages alimentaires , réduit l’embrasure et crée une rupture dans l’alignement des tables occlusales.
Dans le cas de la 2 eme molaire versée , une amélopastie mésiale apportera une réduction de l’embrasure et contribuera à renforcer l alignement des tables occlusales de 6 et 7.

Guillaume GARDON-MOLLARD

Chers amis,
Certains d’entre vous semblent douter de ma proposition et j’aimerais savoir si comme moi vous remarquez que beaucoup de patients se plaignent (et parfois très intensément) de bourrages alimentaires récurrents en raison d’embrasures trop larges? Si oui : comment gérez-vous?
Par améloplasties, j’entends une légère retouche de quelques dixièmes de mm… pas question d’éliminer une crête marginale toute entière.
Pour répondre à Gérard Duminil, je ne pense pas que le pilier angulé puisse résoudre le problème de l’axe d’insertion qui, comme le disent Jean-François Carlier et Gilles Laborde, doit être le plus perpendiculaire possible au plan d’occlusion.
Si nous souhaitons privilégier les restaurations transvissées directement dans l’implant, la solution de l’améloplastie est à considérer.
La solution du pilier anatomique est bonne… mais dans les cas où les dents adjacentes sont plus fortement versées, les améloplasties proximales permettront de faciliter le travail du prothésiste et d’améliorer encore un peu plus le résultat prothétique.
Merci pour vos réflexions et vos suggestions.

laborde

Il faut revenir au basique ! L’axe d’insertion doit aussi être perpendiculaire à la ligne joignant les points de contact….

Jean-François CARLIER

Bien sur , mais lorsque les molaires sont versées le point de contact M et plus cervical que le point de contact D de la prémolaire , et la table occlusale n’est plus inscrite dans le plan d’occlusion.
La finalité de la prothèse est de rétablir les conditions du calage en respectant le plan d’occlusion.
Idéalement, sur une molaire versée je restaure préalablement la crête Mésiale pour réaligner la table occlusale soit par composite soit par onlay-overlay et diminuer l’embrasure.

laborde

Bien entendu, voir réponse au post par Gardon pour de léger défaut d’axe, l’améloplastie au niveau des points de contact, préalable au travail du laboratoire, donc avant l’empreinte implantarie en clinique est une nécessité. Ceci permet d’avoir des points contacts efficace pour éviter les retouches qui vont amener tassement alimentaire et le début des embêtements récurent pour le praticien , mais permanent pour le patients.

Les mésio-version plus importante sont traiter avec des TRTS plus invasif (onlay, RAC) permettent de prndre en charge les corrections de plan d’occlusion; MAIS CE N’EST PAR LE DÉ BAT OUVERT PAR Guillaume…..

Guillaume GARDON-MOLLARD

Chers amis,
merci pour les éléments que vous avez apportez. Je pense que nous sommes d’accord sur le principe. Jean-François a raison d’insister sur le fait que plus les retouches sont importantes et plus nous devons nous orienter vers des solutions additives.
J’aimerais malgré tout savoir si vous constater les problèmes qui sont à l’origine de cette discussion et de cette proposition (tassements alimentaires, embrasures trop larges, problèmes d’axe d’insertion…). Personellement, je constate que lorsqu’ils surviennent, ils peuvent être très invalidants pour le patient. A tel point que certains d’entre eux vont même jusqu’à affirmer qu’ils regrettent d’avoir eu recours aux implants!!
Merci pour votre enrichissante participation.

Laisser un commentaire