Naviguer / Chercher

Implantologie du futur #4

Le cas clinique présenté dans le post précédent nous donne l’occasion de réfléchir à la méthodologie de traitement de ce type de situations d’échec/complications implantaires.

Dépose de l’ancienne prothèse

La première étape consiste à déposer la prothèse mandibulaire afin d’évaluer :

  • L’osteo-intégration des implants
  • Le positionnement des implants
  • Les axes implantaires

Tous les implants sont testés et leur intégration osseuse est validée.

A ce stade, nous connectons immédiatement des transferts d’empreinte afin d’évaluer les axes implantaires.

L’empreinte implantaire est réalisée grâce à un porte-empreinte individuel, préalablement fabriqué, en technique pick-up.

Nous constatons que :

  • la prothèse a été réalisée par transvissage direct dans les implants sans recours à des piliers coniques intermédiaires.
  • Les axes implantaires divergent entre les deux séries d’implants placés.
  • La distance inter-implantaire entre les implants 42 et 43 est très réduite.

Montage directeur et validation du nouveau projet prothétique

En déterminant le rapport inter-maxillaire et en enregistrant de nouveaux paramètres esthétiques, nous montons les modèles en articulateur et réalisons un montage directeur qui permettra de valider, avec la patiente, le projet prothétique.

Une fois le rapport inter-maxillaire (R.I.M) et l’esthétique validées en clinique, le prothésiste va évaluer la possibilité de faire coïncider une nouvelle prothèse (nouveau bridge de type piloti) avec la position des implants existants.

C’est le dialogue avec le laboratoire qui permet de déterminer si les implants existants sont exploitables en l’état ou si certains d’entre eux doivent être déposés ou si des implants supplémentaires doivent être envisagés.

Le projet prothétique est validé avec le laboratoire et en accord avec la patient :

  • nouvelle prothèse amovible complète amovible,
  • réalisation d’une nouvelle prothèse de type piloti,
  • l’implant en site 43 ne sera pas utilisé en raison de sa proximité avec l’implant mésial et sera ré-enfoui.

Pendant toute la durée de la réalisation prothétique, les anciennes prothèses serviront de prothèses transitoires.

  • Cette conception prothétique vous semble-t-elle réalisable ?
  • Faut-il déposer des implants ?
  • Faut-il placer d’autres implants ?

Commentaires

Jean-Michel MOAL

Bonjour, c’est vraiment dommage de voir que vous n’utilisez pas le plâtre pour ce genre d’empreinte !!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire