Naviguer / Chercher

Thérapeutiques Implantaires d’extractions partielles #1

  1. Thérapeutiques Implantaires d’extractions partielles #1
  2. Thérapeutiques Implantaires d’extractions partielles #2
  3. Thérapeutiques Implantaires d’extractions partielles #3
  4. Thérapeutiques Implantaires d’extractions partielles #4

Il est montré et admis depuis longtemps que l’extraction d’une dent induit inévitablement un processus de résorption plus ou moins important de l’os alvéolaire (Atwood, 1957 ; Tallgren, 1972). Le biotype gingival, la destruction parodontale initiale, le tabac, le nombre de dents extraites, différents facteurs hormonaux, le traumatisme chirurgical de l’extraction, ou la pression exercée par la prothèse transitoire, sont autant de facteurs qui influencent l’importance de l’alvéolyse.

La publication de Tan et coll., 2012 synthétise les modifications tissulaires. A 6 mois, la perte verticale atteint 11 à 22%, alors que la perte horizontale atteint 29% à 63%. La réduction horizontale globale de la crête (tissus durs et mous) est de 1,3 mm après 3 mois de cicatrisation et de 5,1 mm après 12 mois. L’altération dimensionnelle la plus importante a lieu durant les 8 semaines qui suivent l’extraction. Dans cet intervalle une importante activité ostéoclasique est histologiquement mise en évidence (Araujo, 2005).

C’est la corticale vestibulaire en particulier et l’os inter-proximal qui disparaissent progressivement et entrainent ainsi un affaissement de la hauteur des collets, du volume vestibulaire et de la hauteur des papilles. Dans le secteur antérieur le préjudice esthétique est évident et différentes techniques complexes de reconstruction osseuse et muqueuse sont souvent nécessaires pour reconstruire le volume perdu. Différentes solutions ont été proposées pour limiter ce processus négatif.
Le comblement de l’alvéole par un matériau, xénogénique (Norton et coll., 2003) ou allogénique (Hoang TN, Mealey BL, 2012) a été largement proposé dans la littérature. Si ce comblement semble limiter l’alvéolyse, il ne peut l’empêcher complétement, en particulier dans le tiers le plus coronaire où le soutien de l’architecture gingivale est essentiel.
Des membranes de régénération osseuse ont également été placées avec un résultat décevant et un coût augmenté avec ou sans matériau de comblement associé pour fermer l’alvéole et prévenir l’encapsulation du matériau de comblement avec les tissus mous périphériques.
Différentes techniques de chirurgie plastique ont également été proposées pour venir fermer l’alvéole et augmenter la muqueuse kératinisée. Des techniques de greffes épithélio-conjonctives, conjonctives libres ou pédiculées, des lambeaux déplacés, ont décrites. Mais l’apport de tissus mous à ce stade, ne limite pas l’ostéolyse et ne compense pas non plus la perte de volume. De plus dans certaines techniques, la ligne mucogingivale est déplacée en direction coronaire ce qui ajoute à la complexité du cas.

Il est désormais admis que la rupture du ligament alvéolo-dentaire entraîne inévitablement un processus physiologique d’ostéolyse provoqué par une rupture vasculaire et l’arrêt de toutes les stimulations fonctionnelles de l’os (Gluckman H et al., 2016, 2).

Il est donc facile d’imaginer que la préservation de l’attache naturelle radiculaire permettrait de préserver intégralement l’os alvéolaire bien mieux qu’un comblement de l’alvéole avec un biomatériau. Aussi dans certaines indications d’extractions, lorsque les tables osseuses de la dent compromise sont encore intactes, il a été proposé de maintenir partiellement la racine sous trois formes :

  1. Conserver et enfouir la racine entière sous un pontique de bridge
  2. Laisser en place un fragment radiculaire vestibulaire ou proximal et réaliser une implantation immédiate (socket shield).
  3. Préserver un fragment radiculaire vestibulaire (Pontic shield) sous les pontiques de bridges.
  1. Quelle est, selon votre expérience personnelle, le facteur le plus important pour expliquer la résorption osseuse post extractionnelle ?
  2. Envisagez-vous souvent le recours aux techniques d’extractions partielles ?
Bibliographie de l’ensemble des 4 posts de la série

Araujo MG, Lindhe J.
Dimensional ridge altérations following tooth extraction. An expérimental study in the dog.J Clin Periodontol 2005, 32 : 212-218

Atwood DA.
A cephalometric study of the clinical rest position of the mandible. Part II. The variability in the rate of bone loss following the removal occlusal contacts.J Prosth Dent, 1957 : 544-552.

Bäumer D, Zuhr O, Rebele S, Schneider D, Schupbach P, Hürzeler M.
The socket-shield technique first histological, clinical, and volumetrical observations after separation of the buccal tooth segment – a pilot study.Clin Implant Dent Relat Res, 2015, 17, 1 : 71-82.

Bowers GM, Chadroff B, Carnevale R et coll.
Histologic evaluation of new attachement apparatus formation in humans. Part II.J Periodontol, 1989, 60 : 675-682

Cherel F, Etienne D.
Papilla preservation between two implants : a modified socket-shield technique to maintain the scalloped anatomy? A case report.Quintessence Int, 2014, 45, 1: 23-30.

Davarpanah M, Szmukler-Moncler S.
Unconventional implant treatment. II. Implant placed through impacted teeth. 3 case reports. Int J Periodontics Restorative Dent 2009a; 29: 405-413.

Funato A, Ishikawa T.
4D implant therapy : Esthetic considerations for soft tissue managementQuintessence Pub Co, 2011, 199p.

Gluckman H, Du Toit J, Salama M.
The pontic-shield : Partial extraction therapy for ridge preservation and pontic site development.Int J Perio Rest Dent, 2016, 36, 2 : 417-423.

Gluckman H, Salama H, Du Toit J.
Partial extraction therapies (PET) Part 1 : Maintening alveolar ridge contour at pontic and immediate implant sites.Int J Perio Rest Dent, 2016, 36, 5 : 681-687.

Gluckman H, Salama H, Du Toit J.
Partial extraction therapies (PET) Part 2 : Procedures and technical aspects.Int J Perio Rest Dent, 2017, 37, 3 : 377-385.

Guirado JL, Troiano M, Lopez-Lopez PJ, Ramirez-Fernandez MP, de Val JE, Marin JM, Gehrke SA.
Different configuration of socket shield technique in peri-implant bone preservation : An experimental study in dog mandibule.Ann Anat, 2016, 24. Pii : S0940-9602(16)30124-8.

Hoang TN, Mealey BL.
Histologic comparison of healing after ridge preservation using human demineralized bone matrix putty with one versus two different-sized bone particules.J Periodontol, 2012, 83 : 174-181.

Hürzeler M, Zuhr O, Schupbach P, Rebele SF, Emmanouilidis N, Fickl S.
The socket-shield technique : a proof-of-principle report.J Clin Periodontol, 2010, 37, 9 : 855-862.

Kan JY, Rungcharassaeng K.
Proximal socket shield for interimplant papilla preservation in the esthetic zone.Int J Periodontics Restorative Dent, 2013, 33, 1: e24-31.

Lagas LJ, Pepplinkhuizen JJ, Bergé SJ, Meijer GJ.
Implant placement in the esthetic zone : the socket-shield-technique.Ned Tijdschr Tandheelkd, 2015, 122, 1 : 33-36.

Langer B.
Spontaneous in situ gingival augmentation.Periodontics Restorative Dent, 1994, 14, 6 : 525-536.

O’Neal R, Gound T, Levin MP, del Rio BCE
Submergence of roots for alvéolar bone preservation. I. Endodontically treated roots.Oral Surg Oral Med Oral Pathol, 1978, 45 : 803-810.

Malmgren B, Cvek M, Lundberg M, Frykholm A.
Surgical treatment of ankylosed and infrapositioned reimplanted incisors in adolescents.Scand J Dent Res, 1984, 92 : 391-399.

Miller PA.
Complete dentures supported by natural teeth.J Prosthet Dent, 1959, 8 : 924-928.

Mitsias ME, Siormpas KD, Kontsiotou-Siormpa E, Prasad H, Garber D, Kotsakis GA.
A step-by-step description of PDL-Mediated ridge preservation for immediate implant rehabilitation in the esthetic region.Int J Perio Rest Dent, 2015, 35, 6 : 835-841.

Morrow RM, Feldmann EE, Rudd KD, Trovillion HM.
Tooth-supported complete dentures : An approach to preventive prosthodontics.J Prosthet Dent, 1969, 21 : 513-522.

Norton MR, Odell EW, Thompson ID, Cook RJ.
Efficacy of bovine bone minéral for alveolar augmentation : a human histologic study.Clin Oral Impl Res, 2003, 14 : 775-783.

Saeidi Pour R, Zuhr O, Hürzelzer M, Prandtner O, Rafael CF, Edelhoff D, Liiebermann A.
Clinical benefits of the immediate implant socket shield technique.J Esthet Restor Dent, 2017, 12.

Salama M, Ishikawa T, Salama H, Akiyoshi F, Garber D.
Technique de la racine enfouie pour réaliser ou créer le site d’un intermédiaire de bridge en implantologie esthétique : avantagesParodont Dent Rest, 2007, 27 : 521-527.

Siormpas KD, Mitsias ME, Koutsiotou-Siormpa E, Garber D, Kotsakis GA.
Immediate implant placement in the esthetic zone utilizing the “root-membrane” technique : Clinical results up to 5 years postloading.Int J Oral Maxillofac Implants, 2014, 29 : 1397-1405.

Szmukler-Moncler S, Davarpanah M.
Reliability of the rootimplant interface in unconventionally placed implants: an up to 6-year follow-up of 23 implants covering 3 distinct clinical applications.
Clin Oral Implants Res 2009; 20:814

Tallgren A.
The continuing reduction of the residual alvéolar ridges in complete denture wearers : a mixed longitudinal study covering 25 years.J Prosth Dent, 1972, 27 : 120-130

Tan WL, Wong TL, Wong MC, Lang NP.
A systematic review of post-extractional alveolar hard and soft tissue dimensional changes in humans.Clin Oral Implants Res, 2012, 23 Suppl 5 : 1-21.

Laisser un commentaire